Comment choisir la meilleure mutuelle pour artisan et commerçant

 
Pour la protection renforcée des artisans et commerçants, des offres spécifiques sont disponibles sur le marché des assurances. L’artisan peut décrypter l’offre selon ses habitudes de consommation, par exemple, si son séjour à l’hôpital est fréquent ou si l’état de denture ou l’état de l’optique risque de ralentir son niveau de productivité, il doit orienter ses garanties vers les prestations où les prises en charge y sont plus conséquentes. L’essentiel est de ne pas renouveler tous les ans les garanties, bien qu’on ait trouvé une mutuelle souple et facile à négocier. En tout cas, pour trouver la meilleure mutuelle pour artisan, la comparaison des mutuelles est une étape non négligeable, mais au préalable il faut définir les besoins réels. Et pour trouver le meilleur rapport garanties/prix, les e-commerçants peuvent se tourner vers le comparateur en ligne proposant des mutuelles Commerçants, répondant à leurs besoins spécifiques en matière de santé.

Les artisans et les commerçants forment la majorité des travailleurs non-salariés en France. Ces derniers, contrairement aux idées reçues, doivent aussi faire face à certains risques. Quels sont-ils et comment les minimiser ? Le point

Qu’est-ce qu’un artisan ?
Avant tout, vous devez comprendre ce qu’est un artisan. C’est un statut. Dit simplement, il s’agit d’un auto entrepreneur, un chef d’entreprise qui travaille pour son propre compte. Depuis quelques années, le statut d’artisan et de commerçant a le vent en poupe en France. Les professionnels ont trouvé dans ce dernier une solution pour sortir du chômage et détourner la crise de l’emploi.

Des risques qui varient en fonction du secteur d’activité
Les risques du métier d’artisan varient en fonction du secteur d’activité dans lequel il travaille. Les spécialistes de l’immobilier sont généralement les plus en danger avec les bruits, les positions de travail, etc. Il y a également l’exposition au gaz, aux produits toxiques en tout genre, etc. Pour les commerçants, les risques concernent surtout la chute, les lumbagos à cause de la position de travail, le transport des charges, les effets négatifs du stress, etc.

Comment minimiser ces risques ?
Heureusement, les artisans et les commerçants peuvent aussi profiter d’une mutuelle santé TNS ou d’une prévoyance sociale. C’est une assurance qui peut être souscrite auprès des entreprises classiques et dont les primes sont déductibles des charges patronales. Avec le contrat de prévoyance sociale, vous pouvez profiter d’un panier de soin de base et de garanties complémentaires, comme pour les assurances d’entreprises. La couverture s’étend sur la majorité des charges liées aux soins : dentaires, optiques, hospitalisation, frais de médicaments, examens médicaux en tout genre, soins homéopathiques, etc.  Il est possible de personnaliser votre contrat selon vos besoins.

Contrairement aux salariés qui sont couverts, en cas d’aléas de la vie, par la mutuelle d’entreprise obligatoire, les travailleurs non-salariés ne sont remboursés que d’un taux infime de ses dépenses de santé par l’Assurance Obligatoire, et encore, le remboursement de certaines prestations est soumis à des conditions particulières. A cet effet, l’utilité d’une complémentaire santé pour TNS est mise en exergue, que ce soit pour les soins courants, les soins spécifiques que pour les arrêts de travail.
 
Pour les soins courants, les consultations et l’hospitalisation, la complémentaire santé TNS prend en charge une partie du ticket modérateur. Le ticket modérateur est le reste à charge du TNS après que la Sécurité sociale ait rempli son devoir de remboursement d’une partie des dépenses. En cas d’accident de travail ou de maladie professionnelle, les artisans et les commerçants ne sont pas couverts au même titre que les salariés.

L’artisan et le commerçant sont des travailleurs non salarié qui doivent être affiliés de droit à la Sécurité Sociale des Indépendants, le nouveau régime qui remplace le RSI ou Régime Social des Indépendant. Bien sûr, ce régime propose des indemnités journalières ou des rentes, en cas d’arrêt temporaire de travail ou en cas d’arrêt définitif ou d’invalidité permanente, mais le taux est relativement faible. Par exemple, les indemnités journalières correspondent à la moitié du revenu professionnel moyen des 3 dernières années, la période de prestations est limitée, puis un délai de carence d’une semaine est appliqué. C’est la même procédure pour l’allocation de repos maternel, de congé de paternité.

Aux vues de l’insuffisance de ces prises en charge, la souscription d’une mutuelle santé adaptée à chaque activité de l’artisan et du commerçant, et de leur situation familiale est d’une utilité inéluctable bien que cette souscription n’est pas obligatoire pour tous les TNS.

Un artisan et/ou d’un commerçant est parfois soumis à des contraintes sans oublier les horaires décalés pour améliorer le revenu professionnel. Tel rythme pourrait nuire à la santé de ces travailleurs indépendants. En outre, les risques de diabète, d’obésité et des maladies de métabolisme sont des fois fatales surtout en période de pointe où le sommeil manque et le stress s’amplifie.

Les artisans et les commerçants sont régulièrement cotisants à la Sécurité Sociale, et l’Assurance Maladie est gérée par la Sécurité Sociale des Indépendants, l’ex-RSI. Les cotisations payées par les artisans et commerçants sont calculées sur la base des revenus professionnels de l’avant-dernière année.

Cependant, pour bénéficier les indemnités proposées par le SSI, l’artisan ou le commerçant doit être inscrit à ce régime depuis plus d’un an. Il doit être également en règle vis-à-vis des cotisations. Contrairement aux garanties Mutuelle individuelle ou complémentaire Santé et de prévoyance dont le TNS choisit la formule qui convient à sa situation, la SSI impose les règlements. Citons entre autres un délai de carence de 7 jours en cas de maladie ou d’accident ou un délai de de carence de 3 jours en cas d’hospitalisation.

Pour compléter les prestations de l’Assurance Maladie Obligatoire gérées par la SSI, ex-RSI, les artisans et les commerçants ont intérêt à souscrire une complémentaire santé et prévoyance, surtout pour bénéficier plus de remboursements des dépenses de soins, de consultations, d’hospitalisation, etc. Il est dont important de maîtriser les critères prioritaires dans le choix d’une meilleure mutuelle pour les artisans ou les commerçants.

Implicitement, les critères de choix dépendent des besoins de l’artisan et du commerçant. Pratiquement, l’artisan peut lister les garanties qui sont indispensables, pourtant il doit tenir compte des points suivants :

Essayer d’interpréter les niveaux de garantie :
Il existe des garanties de premier niveau qui couvrent les soins courants, l’hospitalisation et les médicaments. Les niveaux supérieurs requièrent des cotisations plus chères, mais les dépassements d’honoraires médicaux et chirurgicaux peuvent être remboursés avec un taux élevé.

Découvrir les offres commerciales avantageuses :
C’est le cas, par exemple, d’une mutuelle TNS qui accorde une ristourne de 10% sur les cotisations si l’adhérent accepte de prendre en charge 1€ forfaitaire par acte de pharmacie, ou accorde un bonus si l’adhérent n’a pas consommé son forfait de soins auditifs ou dentaires durant quelques années consécutives.

Décrypter le niveau de remboursement
Que ce soit en euros ou en pourcentage. Par exemple : le remboursement à 150% avec assurance obligatoire n’est pas plus intéressant qu’un remboursement à 100% sans assurance obligatoire. La rapidité de remboursement est aussi un critère important.

 Questionner sur le dispositif de tiers payant :
C’est important pour ne pas payer d’avance les frais de soins. Un tiers payant peut être plus intéressant qu’un tarif compétitif où l’artisan doit d’abord payer de sa poche, surtout pour les prestations qui peuvent être fréquentes pour l’artisan ou le commerçant.

 Opter pour une formule souple :
C’est un critère de choix qui permet d’ajouter d’autres options à certains contrats, surtout pour les actes qui risquent d’évoluer, du genre forfaits optiques. Il faut aussi prévoir une formule qui permet d’opter un meilleur remboursement pour un poste de soins spécifique, en essayent d’éviter une tarification plus importante.

 Vérifier le délai de carence :
C’est le critère à surveiller de près, au risque d’attendre des mois pour être pris en considération par la mutuelle, alors que les cotisations doivent être réglées. Un délai de carence nul est le meilleur critère de choix d’une mutuelle.

Depuis la mise en place de la Loi Madelin en 1994, les TNS, en général, ont pu profiter d’un régime réel d’imposition et d’un avantage non négligeable matérialisé par la déductibilité du montant des cotisations de leur revenu imposable. Ce ne sont pas tous les contrats d’assurance santé qui peuvent bénéficier de ces avantages. Ce sont les contrats éligibles à la Loi Madelin qui peuvent également offrir une protection renforcée en cas d’arrêt de travail de l’artisan ou du commerçant quo peuvent garantir une protection renforcée de l’artisan ou le commerçant. En effet, deux types de contrats sont éligibles à la Loi Madelin, à savoir :

  • les contrats individuels dédiés aux TNS et leurs ayants droit,
  • les contrats de groupe dédiés aux gérants majoritaires d’une entreprise.

 
En général, la Loi Madelin a pour enjeu de compenser les carences de la Sécurité Sociale envers les TNS y compris les artisans et les commerçants. Ces derniers peuvent alors constituer leur propre protection : santé, prévoyance et retraite. En sus de la déduction fiscale mentionnée plus haut, les contrats Madelin permettent aux artisans et commerçants de choisir des garanties personnalisables. De surcroît, certains traitements non remboursés par la SSI peuvent être pris en charge par la Mutuelle Madelin, notamment le remboursement des dépenses de soins en optique et dentaire qui sont très chers, mais les plus mal remboursés par le régime social.

Les contrats Madelin permettent également les ayants droit, les enfants, les conjoints et les proches de l’artisan d’être pris en charge, seulement sous certaines conditions. A titre de rappel, les offres des contrats Madelin sont diversifiées en contrat prévoyance, en contrat retraite, en contrat complémentaire santé, en contrat assurance-chômage.