Qu’est-ce que l’assurance invalidité ?

Actuellement, l’on considère que la vraie protection sociale n’est autre que l’assurance invalidité. Ce type d’assurance permet à son ayant droit de préserver et d’assurer son bien-être matériel si jamais il subit un accident. Une pension d’invalidité permet de compenser la perte de revenu octroyé à l’employeur ainsi qu’au salarié, grâce au contrat d’assurance invalidité. Cet avantage est offert sous quelques critères mentionnés ci-dessous.

L’assurance permet à un assuré de percevoir une pension d’invalidité en cas de maladie invalidante ou d’un accident non professionnel. Toutefois, il bénéficie encore de l’attribution accordée par l’assurance vieillesse du régime général et éventuellement de points non cotisés accordés par le régime de retraite complémentaire.

L’assurance d’invalidité est tout simplement la meilleure protection sociale pour celui qui souscrit, et également pour sa famille, en cas d’invalidité ou en cas d’arrêt de travail. Il faut savoir que le Régime de la Sécurité sociale se limite à rembourser une infime partie des frais de santé, et encore moins il ne peut pas supporter la maintenance de niveau de vie d’un salarié ou d’un TNS suite à un arrêt de travail, quelle que soit la cause, un accident non professionnel ou une maladie invalidante.

En effet, seule l’assurance d’invalidité est une solution pour préserver le niveau de vie. Selon le contenu du contrat d’assurance d’invalidité d’un salarié, d’un TNS ou d’un chef d‘entreprise, il peut bénéficier une pension d’invalidité, autrement appelée rente d’invalidité. C’est le seul moyen de compenser la dégradation, voire la perte de rentrée d’argent.

On peut traduire l’assurance emprunteur ou assurance de prêt comme une assurance d’invalidité, de manière à ce que le prêteur ou la banque puisse continuer à percevoir les mensualités si l’emprunteur est victime d’une maladie invalidante ou d’un accident, surtout que c’est un prêt à long termes.

Il existe certaines conditions pour qu’une personne puisse bénéficier d’une pension d’invalidité, lui permettant de maintenir son niveau de vie. La première condition est que la personne ait souscrit une assurance d’invalidité. Le souscripteur à l’assurance d’invalidité doit être immatriculé à la Sécurité Sociale depuis 12 mois. L’invalidité ou l’arrêt définitif au travail résulte d’un accident non professionnel ou d’une maladie, et au moment du sinistre, l’assuré est âgé moins de 60 ans. L’âge limite dans la souscription est de 60 ans. Par ailleurs, certaines conditions proposent la prolongation du contrat chez les assurés.

Une autre condition pour considérer l’invalidité de l’assuré est la diminution de 2/3 du salaire ou de la capacité à exercer le travail habituel. A noter que la pension d’invalidité est versée exclusivement à l’assuré. Sa famille, ses proches ou une personne à sa charge n’a aucun droit d’encaisser la pension d’invalidité.

Pour bénéficier de la pension d’invalidité, il faut justifier l’invalidité permanente totale ou partielle à 2/3, ou peut-être l’incapacité temporaire totale ou encore la perte totale et irréversible de l’autonomie.

Il faut répondre à quelques critères afin de pouvoir toucher la pension d’invalidité :
le contrat d’assurance exclut l’accident professionnel. En d’autres termes, l’ayant droit bénéficie d’une assurance invalidité seulement suite à un accident de cause non professionnelle ou une maladie.
L’invalidité est assurée uniquement si celle-ci a diminué de deux tiers la capacité à travailler de l’employé ou de son salaire.

Tout le long de la période pendant laquelle l’ayant droit de l’assurance invalidité touche la pension, celui-ci peut compléter sa cotisation à raison de quelques points par trimestres auprès de l’organisme d’assurance senior du régime obligatoire. Cet acte s’effectue par attribution de points non versés auprès de l’assurance s’occupant de sa retraite. Autrement dit, l’avantage offert par l’assurance invalidité ne se limite pas à la perception d’une pension en cas d’accident, mais permet également au bénéficiaire d’assurer sa retraite. Tout cela mène à poser quelques questions :

1) Raison de la souscription additionnelle à une assurance invalidité outre celle de la sécurité sociale
De nos jours, la souscription auprès d’une assurance invalidité s’avère d’une grande nécessité. En cas d’accident, l’assuré sera épargné de toute crainte concernant son niveau de vie basé sur le plan financier. L’assurance invalidité procure un tel confort à son ayant droit que celui-ci n’aura point à s’inquiéter pour le moyen de financement des études de ses enfants, même si celui-ci est victime d’une incapacité à travailler.
La souscription d’une assurance invalidité est également recommandée par les banques afin de couvrir les mensualités dues lors d’un achat à crédit de biens immobiliers. Ainsi, la possession d’un contrat d’assurance invalidité permettra au fournisseur d’immobiliers de s’assurer du bon paiement du crédit par l’organisme d’assurance. Par ailleurs, la banque peut conseiller à l’assuré de prendre des initiatives pour la couverture de ses proches en cas de décès du souscripteur.

2) Assurance invalidité : qui sont les bénéficiaires ? Comment s’effectue le calcul de la cotisation ?
Les personnes qui peuvent bénéficier d’une assurance invalidité sont l’employeur, le salarié, le particulier et le TNS. Le calcul de la cotisation de la pension d’invalidité se base sur le salaire du bénéficiaire ainsi que ses besoins.