Mutuelle santé obligatoire : les TPE mal informées

Dans les PME ou les TPE, cette complémentaire santé est rendue inéluctable par l’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 concernant la compétitivité et la sécurisation de l’emploi. Une explication sur le changement pour les TPE nous est fournie par Nicolas Famy qui est le chef de projet ANI pour les assurances collectives du Groupe Prévoir.

Toutes les entités sont obligées d’adhérer à une mutuelle santé collective à partir du 1er janvier 2016. Est-ce que les entreprises sont sous-informées, d’après vous ?

Bien évidemment, l’information est clairement insuffisante sur ce contrat surtout pour les très petites entreprises. Par contre, pour les grandes entreprises, la couverture et les conseils sont déjà comblés par l’assistance d’un RH, d’un DAF, etc., qui peuvent bien leur informer. Ce qui peut clairement assister et donner plus de conseils supplémentaires aux très petites entreprises par leur expert-comptable.

Comment réagiront les petites entreprises face à ce changement ?

Les très petites entreprises sont majoritaires à ne pas adhérer à cette couverture santé collective. Déjà inactif de son occupation quotidienne, le gérant de l’entité peut être bouleversé par la mise en œuvre d’une telle obligation alors qu’il ne dispose d’aucune couverture. Pourtant, cette mise en œuvre sera plus facile en ayant confiance à son concessionnaire disposant d’un produit simple.

La rencontre entre les deux parties est indispensable pour la réussite de la mise en œuvre de ce contrat, ainsi pour pouvoir mieux l’illustrer mais aussi pour stabiliser et participer à sa mise en place. Ce qui est très difficile à distance.

Qu’est-ce qu’elles doivent faire avant la signature du contrat ?

La liaison est plus aisée entre le gérant et les employés dans les très petites entreprises. Par conséquent, ce que le chef doit faire dès maintenant c’est de faire connaître à ses salariés ce futur contrat afin de connaître leurs besoins. Il doit également savoir le budget alloué à ce contrat en discutant avec son expert-comptable.

Les privilèges que les TPE peuvent avoir de cette mutuelle

Elle permet de fidéliser les employés car ce remboursement est conçu comme un élément à part entière du revenu global de l’employé. La mise en place de ce dispositif valorise l’image de l’entreprise et facilite le recrutement des perles rares. L’augmentation des rémunérations revient plus chère que la mise en place de cette mutuelle collective, comme étant un outil de management essentiel. En effet, ce dispositif est déjà accompagné de privilèges fiscaux et sociaux pour le gérant et l’employé.

En matière de santé, les salariés sont rassurés par une meilleure couverture de santé collective, d’où la réduction de l’absentéisme au sein de l’entreprise. On rappelle qu’actuellement en France, beaucoup de personnes refusent les soins sanitaires alors qu’elles ne disposent pas d’une mutuelle.