Bien comprendre les principes de la mutuelle d’entreprise collective

En France, la sécurité sociale qui s’occupe généralement des remboursements des dépenses sanitaires, se trouve actuellement en grande difficulté face à la hausse perpétuelle des frais de santé que les cotisations salariales ont peine à recouvrir. Ce qui entraîne un réel déséquilibre budgétaire du régime général de la sécurité sociale. Par ce fait, les compagnies de mutuelles proposant des complémentaires santés connaissent un déploiement significatif afin de pallier à ces problèmes de remboursement.
La mutuelle d’entreprise est en effet une complémentaire santé approuvée suite à la décision de l’employeur. Il appartient à l’employeur de traiter avec une compagnie d’assurances des contrats de mutuelle d’entreprise, des cotisations, des clauses et barèmes de remboursement des frais de santé.
Selon la législation en vigueur, en l’occurrence la loi Fillon de 2009, toutes les entreprises, quelle que soit l’envergure, sont tenues d’adhérer à une mutuelle entreprise obligatoire pour les employés.

Tout employeur employeur doit adhérer à une mutuelle d’entreprise, tous les employés et les dirigeants en ont le droit. Il en est de même pour les familles de ces derniers. Le montant de la cotisation se fait en fonction du nombre d’adhérents

Les privilèges fiscaux qu’offre la mutuelle d’entreprise à l’entreprise elle-même sont diversifiés, à savoir l’exonération des charges sociales, les réductions des impôts sur le bénéfice ainsi que les abattements.
Sachez que l’employeur peut s’acquitter jusqu’à 75% de la somme totale de la cotisation salariale. Les employés jouissent non seulement de privilèges financiers mais aussi de la prise en charge automatique de ses remboursements de santé. Grâce à un système tout à fait informatisé, les remboursements de la part du régime général et celles de la mutuelle d’entreprise sont exécutés de manière automatique, ne nécessitant aucune intervention de la part de l’employé.