Mutuelles entreprise : Les maladies professionnelles dues à l’amiante 

L’exposition professionnelle à l’amiante est la source de plus de 2500 décès chaque année. Ce silicate fibreux a été beaucoup utilisé avant les années 90 dans l’isolation des produits manufacturés comme les vêtements de protection thermique, les câbles électriques, l’isolation thermique, etc. Depuis, 1997, son utilisation est interdite en France à cause de ses risques pour la santé. En effet, il a été montré qu’il est à l’origine des altérations cardiaques respiratoires, voire des cancers bronchiques et de mésothéliome. Le danger apparaît lorsque le matériau contenant l’amiante est mal isolé ou en mauvais état. L’inhalation de ce type de minéraux fibreux pendant sa fabrication provoque aussi des pathologies plus ou moins graves.

Ce matériau isolant et non-conducteur a été très prisé par les secteurs industriels du fait de ses nombreuses propriétés. Cela est dû à son coût bon marché. De plus, il résiste au feu, à la chaleur, à l’usure et aux décompositions chimiques. Il a été notamment utilisé dans la fabrication de canalisations, de plaquettes de frein, de câbles, de joints divers, des matériaux d’emballage des vêtements résistants à la chaleur, etc. Son caractère dangereux pour la santé a été déjà évoqué vers le début du 20ème siècle, mais c’est depuis 1983 qu’il a été interdit dans une quarantaine de pays (UE, Argentine, Arabie saoudite, etc.). Le gouvernement français et américain ont suivi cette interdiction plus tard. Tandis qu’au Canada, l’interdiction n’est (n’a été) effective que depuis 2019. Malgré ses propriétés intéressantes, l’exposition à long terme à l’amiante entraîne l’insuffisance respiratoire car, il entraîne le changement des tissus tapissant les poumons. Des études ont révélé que les formes d’amiantes sont au cœur de l’apparition d’un cancer de poumon et de mésothéliome. Lorsque le scellage de ce matériau dans les murs ou dans les plafonds n’est pas parfait ou il n’est pas bien isolé, le risque est important. Le fait d’être exposé pendant une durée plus ou moins longue aux fibres de ce matériau cause ces effets néfastes à la santé. A noter que la majorité des bâtiments bâtis avant 1997 contiennent ce matériau dans leurs équipements (cloisons, dalles..). La dépollution et le retrait de ces matériaux sont indispensables pour ces logements.

Les pathologies de l’amiante ont toutes des degrés variables. Certaines sont bénignes comme les maladies pleurales ou la fibrose du poumon. Celles-ci sont dues à l’exposition pendant une durée, plus ou moins longue, aux fibres de ce matériau. La maladie apparaît dans l’intervalle de 10 à 20 ans suite à l’exposition. Les signes évocateurs sont la gêne de la respiration, voire l’insuffisance respiratoire due à l’épaississement de la plèvre. Si le patient abuse du tabac, le risque de contracter le cancer est plus élevé. 70 % des pathologies causées par l’amiante sont constituées des plaques pleurales. Par ailleurs, lorsqu’un employé dans l’industrie fabricant ces matériaux de construction est exposé à un degré élevé de fibres d’amiante, il court le risque d’avoir un cancer de bronches ou de poumon. La guérison est possible si le dépistage se fait de manière précoce. Quant au mésothéliome, ce cancer se déclenche dans l’intervalle de 20 à 40 ans après l’exposition à faible dose aux fibres de ce matériau. Le patient fait signe de douleur au niveau du thorax ; puis, de toux et de gêne de la respiration. Ce type de cancer est très difficile à diagnostiquer. C’est pour cette raison que la chance de guérison est minime. Enfin, l’exposition à ces fibres peut aussi provoquer les cancers de larynx, de l’estomac ou du système urogénital.

La fibrose pulmonaire figure dans le tableau 30 A des maladies professionnelles prises en charge par l’Assurance maladie. Le régime social rembourse le traitement pendant 35 ans si la victime a été exposée pendant, au moins, 2 ans. La durée de la prise en charge est la même pour la pleurésie exsudative, l’épaississement de la plèvre viscérale, le cancer broncho-pulmonaire si la personne a été exposée pendant, au moins, 5 ans aux fibres de l’amiante. En cas de présence de plaques calcifiées confirmées par un examen ou dans le cas d’un mésothéliome malin, le régime social prend en charge le traitement pendant 40 ans sous réserve d’une durée d’exposition de 5 années au minimum. Les travailleurs suivants sont susceptibles de contracter ces maladies :

  • les ouvriers qui extraient ou manipulent les minerais et les roches contenant de l’amiante.
  • ceux qui utilisent l’amiante brut dans la fabrication des matériaux comme le ciment, le plastique, le textile, les feutres, les joints, les feuilles, l’emballage ou d’autres produits isolants.
  • les ouvriers assurant le cardage, le filage d’amiante.
  • les employés qui posent ou qui démolissent les équipements et appareils contenant ce matériau. Le risque provient de l’inhalation des poussières.
  • les employés qui portent habituellement des tissus protecteurs contenant de l’amiante.

En ce qui concerne la prise en charge du régime agricole, cette assurance sociale rembourse le traitement de fibrose pulmonaire, lésions pleurales bénignes pendant 20 ans. Si la maladie se dégénère en cancer malin bronchique ou pulmonaire, la durée de la prise en charge est de 35 ans, à condition que la victime ait été exposée à ce matériau pendant au moins 10 ans. Pour le cas de mésothéliome malin ou autres tumeurs pleurales, le régime agricole assure un remboursement des soins pendant 40 ans. Les travailleurs concernés par cette prise en charge sont :

  • ceux qui font l’équipement et la maintenance des locaux contenant ce matériau toxique.
  • ceux qui posent, détruisent ou éliminent des produits à base d’amiante.

Remarque : cette prise en charge du régime social et du régime agricole permet d’alléger partiellement les dépenses du traitement de ces maladies. Or, s’il s’agit d’une pathologie grave comme le cancer ou le mésothéliome, la facture risque d’être élevée. Une protection complémentaire est requise pour pouvoir maintenir son niveau de vie. Pour cela, la souscription à une mutuelle entreprise offre une aide non négligeable lors des soins de santé coûteux. D’autant plus que la plupart de ces assurances santé permettent de moduler les garanties en fonction des besoins. Il est toutefois recommandé de recourir à un comparateur mutuelles avant la souscription. Cette démarche permet de trouver la solution qui offre un rapport tarif/garantie intéressant.

Pour diagnostiquer la présence de l’amiante dans les parties du poumon, de bronches ou dans d’autres parties du corps, le médecin fait souvent appel à une radio ou à un scanner. Il se peut aussi qu’il ait recours à la bronchoscopie, à la tomodensitométrie, à l’électrocardiogramme, etc. Le traitement du cancer bronchique ou de mésothéliome nécessite soit la chirurgie, soit la radiothérapie ou encore la chimiothérapie. Le médecin peut conjuguer aussi le traitement avec l’immunothérapie. Le choix du traitement dépend de la gravité de la maladie et de l’état du patient. En ce qui concerne l’insuffisance cardiaque ou la difficulté respiratoire, le professionnel de santé pourrait proposer l’oxygénothérapie, la mise en place d’un extenseur en cas de blocage ou rétrécissement de voie respiratoire. Le médecin est le seul compétent à décider quant au traitement adéquat pour l’état du le patient. Pour augmenter ses chances de guérison, des soins adéquats sont indispensables, d’où l’intérêt pour le patient de souscrire à une mutuelle santé pour bénéficier d’un meilleur remboursement de ses dépenses santé.

La partie inférieure des poumons est la destination préférée des fibres d’amiante, d’où les fibroses pulmonaires et le changement au niveau de la muqueuse de la cavité thoracique. Ces 2 maladies sont respectivement appelées amiantose et plèvre et peuvent diminuer la fonction respiratoire, voire être mortelles en cas de retard de traitements. Si une personne est exposée à long terme à l’inhalation des fibres d’amiante, elle risque le cancer du poumon et aussi la mésothéliome. Il y a également la cardiomégalie qui se produit comme effet indirect de la résistance du flux sanguin dans les poumons.

La liste des professions exposées aux risques liés à l’amiante ne peut être achevée, mais certains organismes américains essaient de définir les milieux de travail qui exposent les salariés et les exploitants qui touchent cet élément de près ou de loin durant l’exercice de sa profession. En effet, Agency for Toxic Substances and DiseaseRegistry et OccupationalSafety and Health Administration indiquent que dans les gisements minéraux naturels, les ouvriers chargés de l’extraction d’amiante et/ou la transformation de minerais d’amiante, du broyage en particulier, sont les plus exposés.

Les usines de fabrication qui utilisent des matières premières contenant de l’amiante et les entreprises de construction qui utilisent des mains d’œuvre pour transporter de matériaux contenant de l’amiante, exposent ces ouvriers aux risques professionnels liés à l’amiante.

Pour les autres professions, qui utilisent peu ou beaucoup de matières contenant de l’amiante, l’on peut énumérer les mécaniciens, les marinas, les corps de métier chargés de l’isolation et chargés des systèmes de chauffage, les tôliers, les ouvriers d’industrie de ciment, les agents chargés de l’entretien des bâtiments, les personnels chargés de l’élimination des rebuts d’amiante. S’ils ne sont pas exposés à de fortes concentrations d’amiante, ils peuvent être exposés à petite dose, mais de manière prolongée ou fréquemment, donc ils sont à risques de toutes les façons.