Mutuelle entreprise maladies professionnelles dues à l’arsenic et ses dérivés : cancer de la peau et du foie

L’environnement professionnel contient un grand nombre des agents physiques et chimiques qui peuvent provoquer l’apparition d’un cancer. L’exposition à ces agents nocifs des salariés est estimée à 10%. L’arsenic est par exemple à l’origine des tumeurs malignes de poumon, de foie et de la peau. Selon les études effectuées en 1986 sur des unités de travailleurs de la fonderie d’Anaconda, 22% des décès des employés sont provoqués par un cancer pulmonaire. Tandis que le taux de décès suite à un cancer de bronches ou de peau dû à l’arsenic est environ 24 % chez les ouvriers des usines antiparasitaires. Plus le salarié est exposé longuement à cette substance nocive sur son lieu de travail, plus il a besoin d’une protection performante. Le point sur la prise en charge du régime social de la sécurité sociale de ces maladies ainsi que le moyen pour toucher une meilleure indemnisation en cas de traitement.

Ce corps chimique sans odeur, de couleur gris de fer à l’éclat métallique est un composé toxique qu’on retrouve dans l’environnement (sol, minéraux, air, l’eau). La contamination de l’environnement peut apparaître suite aux dépôts dans l’atmosphère des composés arsenic des industries. En fait, les principaux émetteurs de ce composé chimique sont les industries productrices de cuivre, de plomb, de zinc, de cobalt ou de l’or (l’émission se fait via l’extraction, la raffinerie, le travail, l’alliage ou la fonderie de ces métaux). Les industries qui fabriquent et utilisent des pesticides, des raticides et herbicides, les artisans fabricants de verre via le procédé de décoloration, les industries électroniques et ceux fabricants des colorants manipulent également ce produit toxique. L’arsenic est également utilisé dans la fabrication de certains médicaments, dans la préparation des peaux des animaux pour en faire de fourrure, et dans l’industrie du tannage et le travail du cuir.
L’arsenic et ses composés inorganiques figurent dans la liste du CIRC des agents cancérogènes pour l’homme. L’exposition à dose élevée à ce corps peut provoquer l’irritation de l’intestin ou de l’estomac, la baisse de la production des globules blancs et rouges ainsi que le cancer de la peau, de foie et celui du poumon. L’ingestion de l’eau contaminée par cette substance peut aussi causer le cancer du poumon, de la peau et de vessie. Chez les femmes, la forte exposition à ce composé peut entraîner l’infertilité, les fausses couches ainsi que le dysfonctionnement du cœur et des atteintes du cerveau. Le régime général reconnaît quelques pathologies dues à cette substance cancérogène au titre de maladies professionnelles. Notons que la liste des substances cancérogènes dans le tableau des maladies professionnelles regroupe entre autres: l’amiante, les amines aromatiques, l’arsenic, le benzène, le chlorure de vinyle, le chrome, le goudron et les brais de houille, l’oxyde de fer, le rayonnement ionisant, les poussières de bois, la silice.

Les tableaux RG 20, RG 20 bis, RG 21 et RA 10 contiennent les affections professionnelles dues à l’arsenic. Le régime général et le régime agricole prennent en charge pendant 7 jours l’intoxication aigüe à cet élément toxique et à ses composés minéraux. Les symptômes comme l’insuffisance de la circulation, le trouble du rythme ou l’arrêt de la circulation, l’encéphalopathie, les troubles de l’opération d’arrêt de l’hémorragie, la dyspnée aigüe sont parmi les signes évocateurs de cette introduction du poison dans l’organisme.
S’il s’agit d’une intoxication subaigüe qui entraîne l’atteinte de plusieurs nerfs, la mélanodermie, les troubles de la pigmentation de la peau palmo-plantaire, les deux régimes assurent le remboursement du traitement pendant 90 jours. En revanche, dans le cas des affections cancéreuses comme la maladie de Bowen ou l’épithélioma cutané primitif, la sécurité sociale et le régime agricole prennent en charge les frais du traitement pendant 40 ans. Les travailleurs bénéficiant de ces remboursements sont ceux qui manipulent ou inhalent l’arsenic et ses composés minéraux dans le traitement métallurgique des minerais ou des métaux arsenicaux, les travailleurs employant ou fabricant des pesticides arsenicaux ainsi que les ouvriers dans la tannerie, la verrerie, et l’électronique.
Concernant le remboursement du traitement des affections de la peau et de foie causées par l’exposition à l’arsenic et à ses composés minéraux, les deux régimes remboursent pendant 7 jours l’irritation (dermite, ulcération de la peau, rhinite, perforation de la cloison nasale, inflammation du pharynx, du larynx, de la muqueuse buccale, de la conjonctive, de la cornée ou des paupières) et les plaies dues à l’arsenic. Le traitement des intoxications aigües comme les nausées, la diarrhée, les douleurs abdominales, le trouble de dysenterie qui entraîne l’insuffisance de la circulation, l’hépatite cytolytique, l’insuffisance rénale aigüe accompagnée d’un syndrome dysentérique sera aussi remboursé pendant 7 jours. Par contre, la diminution de globules blancs dans le sang, l’anémie, la trombopénie et la neuropathie périphérique seront remboursés pendant 90 jours.
Mais s’il s’agit d’une pathologie grave chronique comme la fibrose hépatique associée à la maladie de Bowen, ou la mélanodermie, l’artérite des membres inférieurs, la maladie de Bowen ou la mélanodermie seule etc. le régime social prend en charge le traitement pendant 30 ans. Tandis que le délai de prise en charge pour les carcinomes cutanés, l’adénocarcinome hépatocellulaire, l’angiosarcome du foie, le cancer bronchique s’étend jusqu’à 40 ans. Le critère d’exposition pendant au moins 10 ans est requis dans la prise en charge du cancer de bronches. Cette dernière pathologie touche notamment les ouvriers de pyro-métallurgie, ceux fabricant l’anhydride arsénieux, et ceux fabricant les pesticides arsénieux.
Les pathologies causées par l’hydrogène arsénié comme l’hémoglobinurie, l’ictère avec hémolyse seront quant à elles prises en charges pendant 15 jours. Les employés exposés aux émanations d’hydrogène arsénié constituent les personnes à risques pour ces maladies.
Le certificat médical du médecin permet d’établir un cancer professionnel. Ce professionnel de santé informe également le malade du lien entre son activité professionnelle et la tumeur cancéreuse. Il aurait aussi à déclarer la maladie auprès de la Caisse primaire d’assurance maladie. Le malade qui répond aux critères imposés du tableau n’aurait pas à prouver la relation entre son activité professionnelle et l’apparition de la pathologie.
Bon à savoir : le patient qui ne répond pas aux critères de la prise en charge comme la durée d’exposition ou qui souffre d’une pathologie non décrite dans le tableau etc. ne bénéficiera pas de remboursement du traitement. D’où l’intérêt pour tous les travailleurs qui manipulent ce composé toxique de souscrire à une complémentaire santé. Cette solution de prévoyance permet de compléter le remboursement incomplet du régime général ou du régime agricole. A noter qu’il est également possible de choisir des garanties spécifiques à son activité professionnelle chez certaines mutuelles. Le recours à un comparatif mutuelles santé permet de trouver en quelques clics la complémentaire santé qui convient à son budget et à ses besoins santé.

Outre l’exposition à l’arsenic dans l’environnement du travail, le rôle de l’alimentation, de la mode de vie, du tabac, de l’alcool, de l’exposition à d’autres agents perturbateurs de la fonction endocrinienne (travail de nuit) sont aussi évoqués. Le médecin peut recourir à des traitements comme l’ablation de la tumeur ou l’opération chirurgicale, la radiothérapie, la chimiothérapie associés ou non à d’autres thérapies ciblées pour s’attaquer aux cellules cancéreuses.