Mutuelle entreprise maladies professionnelles dues au goudron de houille : cancer de la peau

Les chercheurs ont fait une étude clinique portant sur l’effet d’un contact avec les substances chimiques dans les suies. L’étude clinique a permis de conclure que le contact prolongé avec le goudron de houille est susceptible de provoquer non seulement le cancer cutané, mais également les cancers de bronches et de la vessie. Tour d’horizon sur la prise en charge du cancer de la peau provoqué par ces substances cancérigènes ainsi que les mesures préventives pour éviter les soucis financiers liés au traitement de cette pathologie.

L’utilisation du goudron de houille, dans les travaux routiers et le revêtement des trottoirs, date déjà d’il y a longtemps. Toutefois, aujourd’hui, dans de nombreux pays, il est remplacé par le bitume, un dérivé de pétrole, dont les fumées sont aussi classées cancérigènes. En revanche, on ne reconnaît pas les propriétés provoquant le cancer de peau ou de poumon avec les fumées du bitume. On se souvient cependant du cas d’un ouvrier spécialiste dans l’épandage du bitume de la société Eurovia qui meurt en 2008 d’un cancer de la peau suite à une exposition à cette matière minérale naturelle, brûlante. Il a été estimé que les mesures de protection instaurées par l’employeur vis-à-vis de risques liés à l’UV des rayonnements solaires et aux fumées du bitume sont à l’origine de l’apparition des tissus cancéreux de l’employé. En fait, les goudrons, utilisés par l’entreprise à l’époque, proviennent des produits houillers lesquels ont une concentration élevée en hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Son inhalation régulière provoque la tumeur de poumons tandis que qu’être en contact avec pourrait provoquer le cancer de la peau. L’Entreprise Eurovia réfute ces arguments, mais le tribunal a fait un lien entre l’apparition de tumeur maligne de l’ouvrier décédé et la toxicité du bitume. Quoi qu’il en soit, le cancer cutané dû à l’exposition à cette substance toxique est considéré comme maladie professionnelle.

Le régime social met dans le tableau n°16 bis RG les critères à prendre en compte pour la prise en charge d’un cancer provoqué par le goudron de houille et les suies de la fumée du charbon. Le régime général rembourse ainsi le traitement de l’épithélioma primitif de la peau pendant une durée de 20 ans si la personne est exposée au goudron de houille pendant 10 ans. Les personnes susceptibles de contracter cette affection sont les travailleurs qui manipulent ou emploient les goudrons et les brais de la houille. Le régime général reconnaît également le cancer broncho-pulmonaire primitifs et les tumeurs bénignes ou malignes de la vessie. Il prend en charge ainsi le traitement pendant une durée de 30 ans si la personne a été exposée aux goudrons de houille, huile de houille ou suies de la flambée du charbon pendant 10 ans. Les personnes concernées sont les travailleurs de cokerie qui s’occupent de l’entretien des fours. Les employés exposés à l’inhalation du goudron dans les usines, en fonderie de fonte, dans la fabrication de l’aluminium ou par électrolyse selon le procédé Söderberg sont susceptibles de contracter ces maladies.

Le traitement du cancer de la peau nécessite une ressource financière assez conséquente. Or, le remboursement des frais de soins du régime social est partiel. La souscription à une complémentaire santé entreprise permet de compléter la prise en charge de la Sécurité sociale. En souscrivant à cette protection complémentaire, le travailleur qui évolue au sein d’un environnement traitant ces substances cancérigènes peut opter pour une protection optimale pour les postes de soins dont il a besoin. Certaines mutuelles proposent un rapport qualité/garanties intéressant. La mise en concurrence des propositions est toutefois de mise avant la souscription. Pour ce faire, il existe des outils de comparateurs de tarifs et services d’assurances santé sur internet. Il suffit de remplir quelques renseignements comme le nom, prénom, niveau de remboursement des soins pour recevoir en quelques clics le devis de plusieurs mutuelles. Il ne faut pas oublier de vérifier des critères comme le délai de carence et le tiers payant lors de l’adhésion. Le délai de stage ou délai de carence est la période pendant laquelle les garanties ne sont pas applicables. Tandis que la carte de tiers payant permet au titulaire de la carte de ne pas avancer des frais lors des analyses en labo, l’achat de médicament en pharmacie, les consultations médicales, etc.

Notons d’abord que ce type de cancer apparaît notamment chez les personnes qui travaillent au grand air comme les travailleurs agricoles, les exploitants de ranch, les travailleurs routiers, les travailleurs de la construction, etc. C’est l’exposition chronique aux rayonnements ultraviolets qui affecte la santé de la peau. Ces rayonnements peuvent être de grandes ou de courtes longueurs d’ondes ou des coups de soleil. Ils entraînent le bronzage, les rides, le vieillissement accéléré de la peau et la brûlure et ils sont offensifs à long terme. Si la personne est à la fois exposée aux rayons UV et au goudron de houille, sans qu’il y ait de protection adéquate, les risques de contracter les lésions cancéreuses de la peau ne sont pas à exclure. L’exposition permanente au soleil, au goudron de houille et aux produits pétroliers renfermant du HAP augmente le risque via le processus de photosensibilisation. Des facteurs comme la capacité de bronzage, les antécédents familiaux, l’accumulation de pigments dans la peau sont aussi évoquées. Ce type de cancer n’est pas très courant. C’est pour cette raison que la victime ne se rend pas souvent compte de son apparition à son stade précoce. La personne la plus exposée pourrait ne montrer aucun signe alarmant dans les 10 années précédant le diagnostic.

Il existe 3 types de cancers cutanés : le carcinome, l’épithélioma et le mélanome.

  • Le premier survient aux parties les plus exposées au soleil (les parties du visage) sous la forme d’une plaie saillante et dure et il se guérit sans complication.
  • L’épithélioma, qui est une pathologie prise en charge la Sécurité social, apparait chez les personnes exposées longtemps aux rayonnements solaires. Il apparaît aussi dans les parties surexposées aux UV, sous forme de petites lésions qui ne cicatrisent pas et qui s’attaquent aux autres parties, dans son stade avancé.
  • Enfin, le mélanome malin est le plus dangereux de toutes les affections cancéreuses. Il prend l’aspect d’un grain de beauté ou d’une tache de pigments qui saigne et se propage s’il n’y a pas de traitement adéquat.

Il faut réduire dans la mesure de possible l’exposition au soleil et aux substances néfastes cancérogènes. Quant aux travailleurs au grand air, ils devront porter un chapeau à larges bords, des lunettes et des vêtements protecteurs contre le rayon UV. L’ouvrier peut également réduire l’effet du soleil en appliquant un écran solaire. Dans tous les cas, si la partie de la peau d’une personne ne cicatrise jamais ou si elle présente une grosseur, il est conseillé de faire un examen cutané. La lésion ou la tumeur cancéreuse peut être éliminée par l’intervention chirurgicale, la cryochirurgie, la radiothérapie ou la chimiothérapie accompagnée de l’immunothérapie.

Ce sont les maladies professionnelles contractées durant l’exercice de l’activité professionnelle qui font l’objet de ce billet. Effectivement, la maladie professionnelle résulte de l’exposition prolongée à des risques de métiers qui sont parfois minimisés par l’employeur, mais aussi par le salarié, mal gré bon gré. Pourtant, il y a des travaux qui sont susceptibles de provoquer des maladies que le régime obligatoire de l’Assurance maladie reconnaît déjà et il les inclut dans les tableaux de maladies professionnelles, en rapport au Code de la Sécurité Sociale en vigueur.

Cependant, certaines maladies, qui ne figurent pas dans ces tableaux, peuvent être considérées après expertise individuelle. Les tableaux sont régulièrement mis à jour et complétés par décret selon l’évolution de la science et des techniques approuvées par le commun des professionnels de santé et du gouvernement. En général, les tableaux sont subdivisés en trois catégories, pour s’occuper respectivement :

  • des maladies relatives aux intoxications aiguës ou chroniques,
  • des infections microbiennes ;
  • des affections dues aux attitudes particulières ou d’une ambiance, du genre syndrome du canal carpien.

Si on parle particulièrement des maladies professionnelles dues à l’exploitation des goudrons de houille, on peut énumérer les dermites eczématiformes, les dermites pholotoxiques, les conjonctivites pholotoxiques, les lésions eczéma. La liste des principaux travaux susceptibles de provoquer ces maladies est relativement longue. En résumé, ce sont les cokeries, les travaux de distillations de goudrons de houille, les travaux de fabrication d’agglomérés de houille, les travaux de fabrication de pâtes et de revêtements. Les travaux liés à la fabrication de l’aluminium, selon la méthode à anode continue, sont également suspects, avec les travaux de ramonage de chaudières ou d’étanchéité et de revêtement de toitures et d’autres travaux tels que les routiers entre autres.