Future maman : l’intérêt de bénéficier d’une mutuelle complémentaire santé

Les complémentaires santé pour femme enceinte couvrent en général la totalité des dépassements d’honoraires des médecins accoucheurs ou des gynécologues. En fait, les femmes et les hommes n’ont pas les mêmes besoins en matière de santé. C’est pourquoi on ne peut pas compter entièrement sur la sécurité sociale puisqu’elle n’acquitte qu’une partie des frais de traitements. Ainsi, il s’avère nécessaire de se souscrire à une assurance qui arriverait à couvrir la majorité les charges non indemnisées par la Sécu. Il suffit juste de faire une comparaison en ligne afin de trouver les modes remboursements ainsi que les garanties qui vous conviennent.

D’après les études menées sur la vie et la santé des femmes, les femmes peuvent vivre 6 ans de plus que les hommes en moyenne même si elles sont atteintes parfois des maladies cardiovasculaires, d’hypertension artérielle et de surpoids.

Comme les femmes consultent des gynécologues et des obstétriciens, leurs frais de traitement peuvent être coûteux. D’après les études statistiques, les frais médicaux des femmes excédent 20 % de ceux des hommes puisqu’elles ont besoin de soins particuliers. Avec les complémentaires santés, elles pourront jouir d’une prise en charge sur les dépenses contraceptives, les fécondations in vitro (FIV) et les échographies.

En général, les assurances pour femmes se focalisent sur l’accouchement. Leurs mutuelles peuvent même les proposées à signer un contrat avec délai de carence. En effet, elles prévoient une période à durée variable pendant laquelle les garanties ne s’appliquent pas. Alors, si une femme enceinte choisit une mutuelle, il est préférable de se souscrire à un contrat sans délai de carence car c’est plus avantageux.

L’accouchement sans couverture sociale et les frais médicaux liés à des différents examens sont tellement couteux. Faire son attestation de grossesse dans les temps permet de bénéficier les remboursements auxquels on a droit.
Avant tout, pour bénéficier un remboursement de ses frais médicaux, une femme enceinte doit déclarer sa grossesse en envoyant l’attestation et les justificatifs de ses examens prénataux à sa caisse d’assurance maladie dans les trois premiers mois. Le remboursement consiste à deux cas : les frais médicaux dépensés pendant les six premiers mois de grossesse et la prise en charge jusqu’à l’accouchement et la période postnatale.

En principe, l’assurance maladie rembourse à 70% pour les deux premières échographies du bébé et à 100% pour les examens obligatoires pendant les cinq premiers mois de grossesse, dont la consultation du premier trimestre, la visite mensuelle et tout examen biologique. Mais à partir du sixième mois de la grossesse et douze jours après la naissance dans un hôpital ou une clinique conventionnée, le remboursement se fait à 100%. La visite de contrôle obligatoire dans les huit semaines suivant la naissance ainsi que les soins procurés au nouveau-né dans les trente jours suivant l’accouchement sont aussi prise en charge à 100%. Toutefois, l’assurance maladie rembourse toujours en intégralité et dans la limite des tarifs de base, des examens comme les sessions de rééducation périnéale.

Oui, car la prise en charge des frais médicaux et hospitalisation est basé sur la convention de la sécurité sociale. Ainsi la mutuelle prendra en charge les dépassements honoraires, le forfait hospitalier, le frais de confort, etc. Toutefois, il est préférable de faire sa souscription avant d’être enceinte afin d’éviter les problèmes de délais de carence qui peuvent s’allonger jusqu’à six mois, une période à laquelle le remboursement est improbable.