Remboursement Mutuelle et couverture des dépenses en radiologie

Le taux de remboursement de la sécurité sociale pour les actes médicaux est plus ou moins limité. C’est le cas pour les consultations chez un généraliste ou un dentiste, les analyses en radio, les soins optiques. Heureusement, la mutuelle prend en charge une partie ou l’intégralité du reste à la charge de l’assuré, selon la formule à laquelle il a souscrit. L’assuré peut ainsi bénéficier d’un taux de remboursement intéressant pour les analyses médicales comme :

  • les prises de sang,
  • les examens de labo,
  • la radiologie, etc.

En règle générale, ils remboursent à hauteur de 100 %, voire même 400 % de la BR pour les différents postes de soins. Vous l’aurez compris ! Le taux dépend de la politique et des offres de la mutuelle ainsi que des options choisies par l’assuré lui-même. Pour les dépenses en radiologie, une prise en charge de 100 % peut couvrir une bonne partie des dépenses. Explications.

Il y a une différence entre la radiologie et la radiographie.

  • La radiographie englobe les techniques d’imagerie comprenant l’échographie, le scanner ou tomodensitométrie, utilisant de rayon X.
  • La radiologie est une technique d’imagerie médicale utilisant de rayon X dont les radiations ionisantes sont destinées à des fins diagnostiques ou à des fins thérapeutiques.

En effet, la radiologie est la technique permettant d’identifier et d’analyser une large palette de maladies, ou de blessures. Il s’agit de pouvoir diagnostiquer avec précision les fractures, les déformations osseuses, en cas d’accident par exemple. En revanche, l’échographie se limite à analyser les tissus « mous ».

De plus, cette technique d’imagerie médicale est utilisée pour examiner les poumons et les os, en particulier pour la détection et la localisation de corps étrangers tels que les blessures par balle. Elle est devenue partie intégrante de la médecine moderne et joue un rôle majeur dans le parcours de soins. Cela s’explique surtout par le fait que les résultats radiographiques fournissent des images précises qui permettent un traitement adéquat ou l’orientation vers un spécialiste. En pratique, la radiologie permet de faire le lien entre les différentes spécialités de la médecine afin que le traitement soit le plus adapté possible et que le suivi médical soit précis et efficace.

Les erreurs de diagnostic sont réduites autant que possible, les errances médicales sont évitées, les frais à payer sont diminués. Au fait, la radiologie permet d’éviter de nombreuses chirurgies exploratrices et permet de préserver les patients d’examens très invasifs, qui peuvent parfois provoquer de traumatisme, de stress et des dépenses très importantes ou superflues.

Les tarifs en radiologie varient de 24 € pour les radios :

  • du bras, coude,
  • des avant-bras,
  • du poignet,
  • de la main,
  • de la cuisse,
  • des chevilles,
  • du pied.

Une radiographie mammaire ou un panoramique dentaire sont légèrement plus élevés (25€). L’ostéodensitométrie est un soin généralement facturé 40 €. Quant à la radiologie de la colonne vertébrale et la télémétrie du rachis, le prix atteint les 40€. Pour ce qui est de la mammographie, les frais de radiologie avoisinent les 60€. Il est à savoir que la mammographie est remboursée à 100% si réalisée dans le cadre du dépistage ADEMAS. La Sécurité sociale définit les tarifs des actes médicaux pour les professionnels du secteur 1. Les dépassements d’honoraires sont acceptés par les professionnels du secteur 2 à partir de ces tarifs de base.

Les offres de recouvrement proposées par les mutuelles santé sont diverses concernant les dépenses liées à la radiologie. Le remboursement peut correspondre à l’intégralité du coût des consultations lors d’une radiologie, mais il se peut aussi que la mutuelle se base sur le système du tiers payant. Dans le cas où la mutuelle adopte pour la deuxième option, l’adhérent doit verser une somme forfaitaire à la mutuelle, puis celle-ci doit payer à son tour les frais de consultation en radiologie.

C’est ce qu’on appelle le système du « tiers payant ». Ce système est très intéressant quand les frais de radiologie sont correctement recouverts par la Sécurité sociale ainsi que par la mutuelle santé. En effet, l’adhérent n’a plus besoin de payer quoi que ce soit, tout en respectant la limite imposée préalablement sur les honoraires des radiologues.

Le principal avantage du tiers payant est de ne pas devoir payer tout de suite les frais liés :

  • aux soins médicaux,
  • aux médicaments,
  • à l’hospitalisation, la radiologie, etc.

En principe, c’est l’assuré qui doit avancer ces frais, qui sont ensuite payés par l’assurance maladie ou par la complémentaire santé. Dans le cas où la prescription de radiologie est effectuée par le médecin traitant de l’assuré, il est nécessaire de se munir de la carte d’assurance pour pouvoir ne rien payer. L’assuré ne verse aucune somme après avoir effectué ses examens en radiologie, il n’a plus besoin non plus d’attendre le remboursement.

Tout d’abord, l’assurance maladie rembourse à hauteur de 60 % à 100 % certaines analyses médicales. A titre d’exemple, pour l’analyse d’urine, elle prend en charge à hauteur de 60 % de la BRSS contre 70 % pour les actes de prélèvement des sages-femmes et des praticiens. La prise en charge des actes de dépistage de SIDA et de l’hépatite C est quant à elle fixée à 100 % du BR. Cependant, elle ne rembourse pas les analyses médicales comme le test de paternité, le test de fluor ou certains tests urinaires (taux de fer dans les urines). Par ailleurs, si le patient bénéficie de 3 actes en radiologie, il s’acquitte de 3 euros pour ces actes.

La mutuelle santé permet de compléter la prise en charge incomplète de la sécurité sociale. En règle générale, la souscription à une assurance santé complémentaire qui propose une prise en charge de 200 % de ces actes est déjà très intéressante. En fait, une mutuelle peut prendre en charge :

  • les dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins en charge de prélèvements sanguins
  • le reste à charge lors des examens radiologiques, les échographies, les analyses. A titre d’exemple, pour une radio d’une colonne cervicale, le remboursement de la Sécurité sociale est 70% de la BRSS fixée à 58,32 euros. L’assuré doit ainsi payer de sa poche 17,50 euros s’il n’a pas adhéré à une couverture mutuelle. De même pour une radio de colonne lombaire, le tarif de la BRSS est fixé à 66,42 euros, le reste à la charge du patient est donc 19,92 euros. La mutuelle santé peut pallier cette dépense même avec un pourcentage de 100 %. A noter que le coût des actes de radiologie est aussi variable. La facture d’une IRM peut atteindre 500 euros alors que la base de remboursement de la sécu est de 69 euros. Certains actes nécessitent l’accord de la sécu pour bénéficier d’une prise en charge.
  • Par ailleurs, les mutuelles qui disposent d’une carte de tiers payant permettent à leurs adhérents de bénéficier d’une dispense d’avance de frais lors des actes de radiologie. Le patient doit seulement remettre sa carte vitale au professionnel de santé ou au centre de radiologie et l’assurance-maladie et la mutuelle paient le praticien. Pour l’éventuel montant restant à la charge de l’assuré, ce dernier peut payer cette somme lors de la réception de la facture du centre de radiologie. Si la complémentaire santé n’a pas de tiers payant, le patient aurait à régler la somme et à envoyer la facture avec ordonnance à la caisse de l’assurance maladie. Puis, il aurait à envoyer le décompte du remboursement à sa mutuelle pour bénéficier d’un remboursement.
Remarque 

:
La souscription à une mutuelle santé est ainsi importante pour avoir une meilleure prise en charge de ses dépenses santé. Notre comparateur mutuelles permet de dénicher en quelques minutes la meilleure assurance santé offrant un taux de remboursement intéressant à tarif abordable. N’hésitez pas à recourir à cet outil gratuit pour avoir le meilleur contrat.