Assurance santé : quelques astuces pour choisir intelligemment

L’on bénéficie d’une bonne condition de prise en charge des frais de santé en fonction des prestations proposées par la Sécurité sociale et de la mutuelle santé souscrite. Selon des statistiques récentes, plus de 90 % de la population française ont choisi de privilégier des avantages procurés par la souscription à une mutuelle santé, à une institution de prévoyance ou encore à une compagnie d’assurance santé. Ce taux se répartit comme suit : un peu moins de 5 % sont couverts par la CMU complémentaire ; plus de la moitié, dont près de 60 % bénéficient de la couverture par la mutuelle d’entreprise via le contrat collectif à caractère facultatif ou obligatoire. Quant au reste, ils ont opté pour la mutuelle individuelle.

A qui s’adresser lors de la souscription d’une assurance santé ?

Pour souscrire un contrat d’assurance santé, on peut choisir entre les mutuelles santés, les institutions de prévoyance et les compagnies d’assurance santé. Chacune d’entre elles propose respectivement des conditions spécifiques :

Régies par le Code de la mutualité, les mutuelles santé partent de la base de la solidarité. Cela consiste à accepter tout genre de souscription. En d’autres termes, les clients ne sont pas sélectionnés selon les conditions de leur état de santé. Les mutuelles portent le statut de société de personnes à but non lucratif. Les actionnaires ne sont donc pas rémunérés. Seules les cotisations versées par les membres font l’objet de financement des mutuelles.

Les compagnies d’assurance, quant à elles, sont régies par le Code des assurances. Portant le statut de sociétés de capitaux, cette forme d’assurance réalise elle-même des bénéfices faisant office de rémunération pour les actionnaires. Le partage des droits doit se faire d’une façon équitable. Les assurés bénéficient d’un taux de remboursement selon quelques critères. Ainsi sont mis en considération : l’âge de l’assuré, le sexe et son adresse. Par ailleurs, un questionnaire médical permettra à la compagnie de mesurer le taux de risque que cet assuré présente.

Pour ce qui est des institutions de prévoyance, elles sont régies par le Code de la sécurité sociale. La gestion de ces institutions est prise en main par la commission administrative avec un nombre égal des représentants du personnel et des patrons. En principe, les assurés y souscrivent des contrats collectifs.

Point à retenir :

Certaines institutions d’assurance santé prennent des mesures plus strictes dans le cas où des personnes ne souscrivent que lorsque ses frais de santé sont très élevés. C’est ainsi que les assurés sont soumis à des délais de carence lors de la signature du contrat. Dans ce cas, une limitation de remboursement peut être appliquée. Cela peut même aller jusqu’à un non-remboursement des actes de soins onéreux, entre autres, les prothèses dentaires et les soins optiques.

En fait, ces organismes d’assurance prennent en général l’aspect d’une mutuelle. Des structures appliquant les règles de la mutualité, dont la proposition de souscription de contrat individuel sont parfois engendrées par les institutions de prévoyance. D’autres sociétés d’assurances, de leur côté, prennent en main la gestion de la branche sanitaire, toujours en laissant apparaître une forme de mutualité.

Remarque :

Concernant le remboursement des frais de santé sur les actes qualifiés d’onéreux, les compagnies d’assurance santé soumettent souvent aux souscripteurs un questionnaire médical. Bien que ce dernier représente un avantage pour les assureurs, il n’est guère recouru de nos jours.