Santé seniors après 50 ans : le manque de tonus

Passé la cinquantaine, on s’aperçoit qu’on n’a plus le même dynamisme qu’avant. Cela peut être dû au stress, à la fragilisation du corps, à la chute hormonale, à des déséquilibres du métabolisme, mais aussi à des signes de vieillissement, des carences en vitamines ou une mauvaise nutrition. Ce manque de tonus ruine le quotidien du senior. Il peut être passager ou persistant, mais fort heureusement, il existe des remèdes à ce mal-être. Dans cet article, nous allons voir les symptômes de cette baisse de vitalité, ses causes et les recommandations pour retrouver ardeur et garder le moral en toutes circonstances.

Les troubles de la vision ou de l’audition, la sensibilité accrue au bruit, les troubles de la digestion, de la fonction cardiaque ou ceux des fonctions articulatoires provoquent le stress qui, à la longue, impacte sur la vitalité du senior. A cela s’ajoutent l’instabilité financière, la mauvaise alimentation et les problèmes de couple (trouble de sexualité, soucis avec ses enfants, divorce..). Quand bon nombre de ces soucis ont tendance à apparaître simultanément, le corps du senior enverra un signal d’avertissement de manque de tonus. Cet état peut s’envenimer jusqu’à la déprime ou à la dépression nerveuse si la personne ne se prend pas en main rapidement.

En effet, il faut rappeler que l’usure de l’organisme apparaît progressivement avec l’âge. A partir de 45 à 50 ans, la chute des hormones, les problèmes d’érections, la baisse de libido, la surcharge pondérale provoquent un manque de tonus sur le plan sexuel. D’autre part, au fil des années, les intestins et l’estomac peuvent devenir moins enclins à fonctionner correctement. Cela peut être dû à l’habitude de manger rapidement ou à la qualité du contenu de son assiette. Il y a également les maladies comme l’ostéoporose, les douleurs articulaires, la baisse de vue et de vision etc. qui ne permettent pas à un senior d’adopter une attitude positive.

On observe également chez les seniors des maladies comme l’hypertension artérielle, l’excès du mauvais cholestérol, le diabète. Ces pathologies s’installent souvent vers la soixantaine à cause de la sédentarité et le départ à la retraite. Le fait est que lorsqu’une personne se retire de la vie active, elle a tendance à consommer plus de sucre et d’aliments gras, ce qui favorise son cholestérol et la production excessive du sucre sanguin. Pour couronner le tout, on constate aussi les signes de vieillissement corporel comme la récupération plus lente de mémoire, les rides, le chute de dents, la pâleur du teint, le regard terne, les mains ridées, les yeux cernés, la tête dégarnie, la diminution de la taille des testicules, etc. Tout cela a un effet non négligeable sur le tonus et la confiance en soi de la personne âgée.

Ces soucis de santé et de modifications physiques sont accentués par une mauvaise mode de vie, une alimentation mal équilibrée, la consommation de tabac ou d’alcool, etc. C’est très compréhensible qu’un quinquagénaire se retrouve ainsi quelquefois sans vitalité et se laisse aller à la déprime. Or, quel que soit son âge, on peut retrouver punch et tonus.

Lorsque le manque de tonus est la conséquence d’une maladie ou d’une lésion organique, la consultation médicale est la meilleure solution. Le médecin traitant fera alors l’examen médical nécessaire. Parfois, il peut recommander des examens complémentaires comme la prise de sang, la radiographie, l’électrocardiogramme, l’échographie pour confirmer son diagnostic. Pour plus d’efficacité, cette prescription médicale devrait s’accompagner d’une prescription diététique.

Le changement de régime alimentaire :
Le médecin peut prescrire un changement diététique car, on attribue également cette baisse de vitalité au manque de vitamine C. Cette vitamine participe non seulement à la synthèse des anticorps et augmente la résistance aux infections, mais elle aide également à lutter contre le stress, responsable de baisse de tonus. Elle améliore aussi les capacités de travail et de rendement en provoquant une hausse du taux sanguin d’acides gras libres qui possèdent un bon rapport énergétique. Cette dernière fonction est très utile car, il arrive qu’un senior travaille quelquefois à un rythme effréné. Ce qui provoque un état de fatigue et une baisse de vitalité. Les sources de vitamine C se trouvent principalement dans les végétaux frais comme les agrumes, le persil, la goyave, le brocoli, le kiwi, les fraises (les fruits rouges), etc. Les pommes de terre nouvelles, les abats, le lait de vache en apportent également en quantité plus ou moins appréciable.

Outre l’apport en vitamine C, le sujet âgé devrait aussi adopter une alimentation riche en fer, en calcium et en micronutriments. La viande, le poisson (hareng, saumon, sardine…), les produits laitiers (yaourt, fromage…), les légumes secs devront se trouver ainsi dans le régime alimentaire du senior. L’abus de tabac, d’alcool et des boissons ou aliments excitants est également à proscrire si on souhaite retrouver son dynamisme. Il en est de même pour les sucres rapides et les aliments gras. Le senior qui souhaite avoir une silhouette svelte et musclée ou en forme sans surpoids devrait aussi manger des fruits et boire la ration hydrique minimum de deux litres et demi. A noter également que l’apparence extérieure influe sur le tonus et le punch. Le senior a donc intérêt à soigner son aspect physique (dents, cheveux, poids, etc).

Bon à savoir : certaines mutuelles santé seniors proposent de(la) prise en charge pour la chirurgie esthétique et la médecine douce. Ces deux solutions aident également à lutter contre le manque de tonus. Il est conseillé de faire la comparaison des formules de mutuelles santé seniors en ligne avant toute souscription.

La pratique d’un sport :
Outre le suivi d’une alimentation équilibrée, le fait de s’adonner à des activités sportives modérées comme la marche, la natation, le jardinage etc. aide à mieux vieillir tout en étant bien dans sa tête et bien dans sa peau. En effet, la pratique sportive régulière a un impact sur le moral, la vigueur et l’endurance car V elle soulage le risque dépressif et les différentes maladies de l’organisme. Le sport est également une brûle-calorie qui aide à combattre le mauvais cholestérol, le surpoids, le diabète et la hausse de la pression artérielle. Faire 30 minutes de marche ou d’exercice de stretching 3 ou 4 fois par semaine diminue aussi la sensation de stress, d’anxiété ou de solitude car, cela permet au senior âgé de faire connaissance avec les autres personnes de son âge qui pratiquent le même sport que lui.

Le changement de comportement :
Il est tout à fait possible d’être quinquagénaire et d’être bien dans sa peau. On retrouve beaucoup d’hommes et de femmes séduisants passés la cinquantaine qui montrent toujours pleins de dynamisme. Pour combattre le manque de tonus, il faut prendre du recul, bien gérer son temps, se faire une beauté et adopter une attitude positive.

Dans la plupart des cas, le médecin traitant conseille, voire ordonne, son patient de faire des activités physiques. Jusqu’à preuve de contraire, l’activité physique représente des apports bénéfiques pour la santé. L’on dit parfois que la santé est synonyme du sport, et le sport est la santé dans la pratique.

Tout le monde est conscient de cette vérité, voire les législateurs français ont voté la loi de modernisation du système de santé en 2016, permettant ainsi aux professionnels de santé de prescrire une thérapie non-médicamenteuse dont l’activité sportive.  A partir de ce moment, le sport par ordonnance est autorisé, et notamment bénéfique pour plusieurs malades chroniques.

En général, le sport sur ordonnance est prescrit sous 4 formes typiques, à savoir :

  • le sport à intensité faible où le patient doit bouger sans essoufflement et sans transpiration, par exemple promener son chien, lire debout, etc.
  • le sport à intensité modérée : une marche de 20 mn à 4km/h ou monter des escaliers selon le rythme qui convient au patient, sans trop d’effort mais juste une petite transpiration, et éventuellement un petit essoufflement ;
  • le sport à intensité élevée avec une marche rapide plus de 6km/H, voire une course à pied ou une montée rapide d’escalier où le patient n’arrive pas converser durant l’exercice. Il y a certainement d’essoufflement et beaucoup de transpiration. A noter que le médecin traitant est maître du contexte et de l’aspect des exercices à faire, s’il s’agit évidemment d’un sport thérapeutique ;
  • le sport à intensité très élevée : c’est du sport à haut niveau avec l’encadrement d’un coach et d’un entraîneur avéré assisté par un médecin sportif. Jusqu’ici, le sport par ordonnance n’est pas pris en charge par la Sécurité sociale.