Mutuelle santé senior : les maladies proctologiques

L’âge avancé est souvent synonyme de fragilité lié aux pathologies chroniques, des troubles métaboliques dus à la faiblesse du système immunitaire. Les maladies proctologiques ou l’inflammation de la partie terminale de l’anus font partie des problèmes de santé que pourraient rencontrer fréquemment un senior. Cette affection génitale est prise en charge par la Sécurité sociale. Ce remboursement est souvent incomplet. La souscription à une assurance santé senior permet de le compléter. Tour d’horizon sur les causes, les symptômes et les traitements des proctites.

La proctite ou l’inflammation du rectum ou de l’anus peut toucher les jeunes personnes tout comme les adultes. Cette affection peut se manifester par l’apparition d’un œdème entraînant des ulcérations dans la partie de la région du rectum à l‘anus. Mais les signes les plus courants des proctites sont les suivants :

  • l’hémorragie par l’anus au moment de la défection
  • les démangeaisons et le suintement du pus ou de glaire au niveau de l’anus
  • une douleur aigue entraînant une fissure anale
  • outre les douleurs de l’anus, la personne atteinte de cette maladie pourrait aussi avoir une lésion en relief extériorisée à l’anus.
  • l’évolution de l’hémorroïde pourrait provoquer la formation des grosses excroissances et d’un gonflement douloureux sur la marge anale. Une partie de la muqueuse du rectum pourrait également s’extérioriser aussi par l’anus.
  • des petites verrues sur les organes génitaux.
  • ces symptômes peuvent s’accompagner des troubles de transit et des problèmes de continence.

Les maladies proctologiques apparaissent souvent chez les personnes âgées de plus de 50 ans. Elles arrivent aussi en cas de constipation ou chez les femmes enceintes ou qui viennent d’accoucher. En dehors des cas cités ci-haut, certaines maladies prédisposent également à cette pathologie :

  • les maladies inflammatoires de l’intestin qui attaquent le rectum comme la maladie de Crohn par exemple.
  • les infections vénériennes comme la syphilis ou la gonococcie
  • le présence d’un parasite comme la bilharziose
  • le développement d’une tuberculose
  • la prise en grande quantité ou sur une longue période des anti-inflammatoires, des antiparasitaires, des laxatifs, des pommades locales
  • outre ces pathologies, l’effet de la radiothérapie pourrait aussi déstabiliser le fonctionnement du rectum

Lorsqu’une personne montre une hémorragie ou l’émission de glaire anale, elle devra consulter son médecin traitant. Ce dernier prescrira l’examen utile (la rectoscopie) pour visualiser l’état du rectum et fera aussi le toucher rectal avec l’accord du patient. Il peut aussi réaliser une coloscopie totale pour vérifier l’intestin et une anuscopie pour examiner la muqueuse du canal de l’anus. Si ces examens ne permettent pas d’établir le diagnostic, le médecin traitant peut également orienter le patient vers l’IRM du canal anal, et l’énchoendoscopie. Ce dernier examen aide à avoir une vue globale des anomalies sur la paroi du rectum et les muscles sphincters.

Le traitement des proctites dépend essentiellement de sa cause :

  • s’il s’agit d’une inflammation du côlon comme dans la maladie de rectocolite, le professionnel de santé peut indiquer un traitement avec les corticoïdes et les immunosuppresseurs.
  • si le dérèglement du fonctionnement de l’anus apparaît suite à la prise d’un médicament ou l’effet de la radiothérapie, le médecin préconise l’arrêt du traitement ou de la radio.

En complément de ces traitements, les médecines naturelles comme l’acupuncture et la phytothérapie avec les plantes comme la guimauve ou l’achillée millefeuilles pourraient aussi réduire la fréquence des crises et leur durée.
Notons enfin que la Sécurité sociale prend en charge le traitement de ce type d’infection. Mais la prise en charge de l’assurance maladie étant loin d’être complète, la souscription à une assurance santé senior est à recommander pour compléter la prise en charge.