Mutuelle profession libérale assistant informatique

Le régime de profession libérale englobe les activités professionnelles intellectuelles ou conceptuelles, réglementées ou non. L’assistant informatique fait partie de ce régime. Ces professionnels sont rattachés au régime général de la Sécurité sociale pour leur couverture santé. Or, la couverture de ce régime étant insuffisante pour de nombreux postes, il est recommandé de souscrire à une mutuelle profession libérale pour obtenir un remboursement intéressant. Tour d’horizon sur les fonctions, les risques professionnels liés à ce métier et la complémentaire santé profession libérale adaptée à ce travailleur.

Ce professionnel effectue le dépannage des ordinateurs, des serveurs, des réseaux et de l’installation informatique d’une entreprise ou d’une structure. Il travaille souvent avec l’informaticien en chef. Ses interventions peuvent concerner non seulement la résolution des problèmes du parc informatique de la société, mais aussi l’acquittement des travaux de secrétariat. Ses missions s’articulent autour du dépannage de matériel, la maintenance de l’équipement informatique et leur installation, la configuration des nouveaux systèmes, l’analyse et la résolution de pannes. Il peut aussi effectuer l’inventaire des équipements de l’entreprise ainsi que l’archivage du courrier et d’autres tâches administratives.
Pour exercer ce métier, il faut détenir un BTS systèmes informatiques, Bac pro télécommunications et réseaux ou encore BTS informatique. Ces diplômes lui permettent de disposer des connaissances en informatique et des connaissances de normes de sécurité nécessaires à l’exercice de ce métier. Sinon, des qualités comme l’autonomie, la rigueur, la bonne aisance relationnelle, la patience, la pédagogie, le sens d’adaptation sont également requises. Ce professionnel peut travailler en son compte en tant que profession libérale ou travailler au sein d’une entreprise.

Le métier de l’assistant informatique présente des risques professionnels dus aux contraintes organisationnelles, au mauvais aménagement du lieu de travail (chute de plain-pied, blessure…), aux risques inhérents aux tâches (fatigue des yeux, position statique assise entraînant des troubles musculo-squelettique), à l’exposition à des agents biologiques ou biologiques dans les systèmes de ventilation des équipements informatiques. Ce professionnel peut être aussi exposé aux risques psychosociaux comme les tâches urgentes, la culture du jeunisme, l’obligation d’atteindre les objectifs, l’absence de reconnaissance… surtout s’il travaille en entreprise. Sinon, s’il exerce ce métier en tant que profession libérale, il devra faire preuve d’un esprit d’organisation pour pouvoir respecter les contraintes du temps. Pour bénéficier d’un meilleur remboursement en cas de traitement de pathologie comme le stress, les troubles oculaires, les troubles somatiques, la dépression, l’anxiété, l’épuisement, les troubles gastro-intestinaux et d’autres troubles du métabolisme, ce professionnel devrait souscrire à une mutuelle entreprise. Cette assurance complémentaire santé l’aide à bénéficier d’une prise en charge complémentaire pour les postes de soins comme les dépassements d’honoraires des professionnels de santé, les médecines douces, les postes optiques et dentaires etc.

La compagnie d’assurance italienne créée en 1831 fait partie des assureurs proposant une complémentaire santé pour les professions libérales. Cette gamme d’assurances éligible à la loi Madelin permet à l’assuré de maintenir son revenu même en cas d’incapacité de travail ou d’invalidité. Elle se décline en 5 niveaux de remboursement accessibles avec le tiers payant. Voici quelques extraits de cette garantie :

  • en cas d’hospitalisation, les honoraires chirurgicaux des professionnels de santé non adhérents au CAS sont remboursés à hauteur de 200 % de la BR dans le niveau de garantie le plus élevé
  • les consultations, les visites des généralistes et spécialistes conventionnés adhérents au CAS sont pris en charge à hauteur de 250 % de la BR contre 200 % pour les non-adhérents au CAS
  • les auxiliaires médicaux, les analystes, la radiologie, les actes techniques médicaux sont remboursés à hauteur de 400 % de la BR
  • la garantie prévoit un forfait de 150 euros pour les soins optiques (monture) et un remboursement jusqu’à 500 % de la BR pour les soins dentaires et les appareillages orthopédiques.

Les intéressés peuvent réaliser une demande de devis gratuit. Ils peuvent également recourir à l’outil de comparateur de mutuelles en bas de ce site s’il souhaite accéder à la mutuelle offrant le meilleur rapport garanties /cotisation.