Mutuelle entreprise : les maladies professionnelles dues au fluor

Les préjudices physiques causés par l’exposition régulière à un risque au travail sont pris en charge par l’Assurance maladie s’ils répondent aux critères définis dans l’un des tableaux professionnels du régime général. L’ostéocondensation diffuse due au fluor, à l’acide fluorhydrique et ses sels minéraux fait partie de ces pathologies. Le point sur les conditions d’octroi de cette réparation financière ainsi que le traitement et les mesures préventives pour éviter l’apparition de cette affection.

Sans entrer dans les détails, le fluor contribue à la solidité du squelette et à la prévention des caries dentaires, c’est pourquoi certaines marques de dentifrices utilisent du fluor lequel entre dans la structure des os et des dents.

Qu’est-ce que le fluor ?
En revenant à la source, le fluor fait partie des éléments constitutifs, et en abondance, de l’écorce terrestre. L’on peut dire que le fluor est plus abondant que le cuivre, à titre d’exemple. Le fluor est présent sous forme de fluorure de silicium gazeux soit dans les feux follet des volcans, soit dissous dans les eaux thermales. En d’autres termes, le fluor est l’élément chimique avec le numéro atomique 9, de symbole F. On peut dire que le fluor est un élément chimique le plus réactif, lié à d’autres éléments. Par ailleurs, il est trop réactif pour être utilisé à l’état pur.

Cependant, les composés chimiques du fluor ont une multitude d’application, par exemple, le fluor entre dans :

 

  • la composition de matières plastiques à faible coefficient de friction,
  • la composition des tensioactifs fluorés,
  • les systèmes de réfrigération et d’air conditionné,
  • la fabrication de dentifrices,
  • certaines sources d’eaux ou d’aliments pour lutter contre les caries dentaires.

 

La liste d’utilisation du fluor et de ses composés chimiques est longue, mais il y a toujours des risques à observer.

Les risques du fluor sur la santé
En résumé, le fluor passe de poison à remède. A noter en priorité que le fluor est dangereux s’il est absorbé en trop grande quantité. C’est-à-dire que la dose fait le poison. De nombreux dégâts ont été causés par l’administration en trop grande quantité aux populations à travers l’eau du robinet ou de la supplémentation, dans certains pays. Certes, les produits qui contiennent du fluor peuvent prévenir les caries dentaires, mais un apport excessif entraîne des maladies, entre autres la fluorose dentaire, c’est-à-dire l’apparition de tâches sur les dents. Ces tâches sont de couleur blanchâtre ou de couleur marron, plus ou moins désagréables. A noter que jusque dans les années 1980, en France, le fluor a été ajouté aux dentifrices, à l’eau minérale et à l’eau de robinet. A plus forte dose, le fluor peut être l’origine d’ostéoporose ou de maladies thyroïdiennes, voire des troubles neurologiques et la baisse du QI chez les enfants.

Cette pathologie se caractérise par une anomalie due à l’augmentation de la densité osseuse. A titre d’information, l’os n’est pas une partie de squelette morte, elle nécessite un remodelage pour bien remplir ses fonctions de :

  • maintien de l’équilibre du phosphore et du calcium,
  • résistance aux traumatismes.

Le fluor est un composé qui se démarque par sa toxicité par inhalation, par ingestion ou même par contact cutané. Dans le cas d’une intoxication aiguë, il réagit avec les ions minéraux (calcium et magnésium). Cette réaction cause alors le dommage des organes dépendants de ces ions. Les symptômes d’intoxication ne sont pas douloureux dans l’immédiat même si la victime peut avoir des blessures graves au cœur, aux reins et aux os. Pour rappel, le fluor est un réactif utilisé pour purifier et produire l’aluminium et l’uranium. L’acide fluorhydrique est également utilisé dans le raffinage de pétrole, dans l’élimination de l’impureté de l’acier inoxydable, dans la synthèse de téflon et de gaz en réfrigération, etc.

L’ostéocondensation diffuse causée par le fluor et l’acide fluorhydrique fait partie des maladies indemnisables par l’Assurance maladie. Les critères précis de la prise en charge, la durée et la définition des symptômes se trouvent dans le tableau numéro 32 du RG. Voici le contenu de ce tableau :

 

  • les travailleurs susceptibles de bénéficier de la prise en charge des maladies définies dans ce tableau sont ceux qui fabriquent et manipulent le fluor inorganique, l’électrométallurgie de l’alu, les fluorocarbures et les superphosphates.
  • s’il s’agit d’un symptôme de brûlure ou de dermite ou de conjonctivite, le délai de la prise en charge est de 5 jours.
  • s’il s’agit d’un œdème du poumon ou broncho-pneumopathie aigüe entrainant l’ostéocondensation diffuse et des calcifications des membranes interosseuses, le Régime général rembourse le traitement dans la limite de 10 ans, sous réserve que le travailleur soit exposé à ce risque pendant une durée de 8 ans.

 

Les manifestations pathologiques qui correspondant aux critères définis dans ce tableau bénéficient d’un remboursement du traitement. En revanche, le Régime général ne prend pas en charge les anomalies osseuses causées par une fracture, une tumeur, le vieillissement ou autres causes. Il est conseillé de souscrire à une mutuelle individuelle pour une profession libérale afin de bénéficier d’un remboursement adéquat.

De même, pour les entreprises traitant le fluor, il est conseillé de bien choisir la complémentaire santé qui propose un taux de remboursement intéressant pour bien couvrir ces risques. Comme il existe de nombreuses mutuelles, il est judicieux de faire jouer la concurrence entre eux. En effet, la cotisation, les garanties, le taux et les conditions de remboursement diffèrent l’un de l’autre. Pour dénicher l’assurance santé complémentaire qui propose la cotisation la moins chère, il y a le comparateur de mutuelles. Cet outil gratuit aide les personnes qui souhaitent souscrire à une complémentaire santé à titre individuel ou à titre collectif en entreprise à trouver rapidement la mutuelle moins chère. Après avoir déniché cette assurance santé, il leur reste à s’informer sur les détails comme le délai de carence, les cas d’exclusions, l’existence de tiers payant etc.

On détermine la masse osseuse selon l’âge d’une personne, les mesures hygiéniques et diététiques, l’activité physique, etc. Pour savoir si un patient souffre d’une augmentation osseuse, il faut passer par le diagnostic. En général, le patient ressent des douleurs et peut montrer de la tuméfaction. Les signes cliniques n’apparaissent que quelques heures après que l’acide réagit avec le calcium de l’os sauf dans le cas d’une intoxication grave causant une brûlure. Dans tous les cas, il faut retenir que même une exposition à de petites quantités de fluor sur 10 % de la surface du corps peut causer la mort de la victime. Si cette dernière a subi une intoxication avec une solution très concentrée d’acide fluorhydrique, cela peut provoquer une baisse aigue de calcium entrainant une crise cardiaque mortelle si l’exposition se fait sur 2 % de la partie du corps.

Si l’ostéocondensation de l’os s’accompagne aussi d’autres symptômes comme la hausse de phosphate alcaline, la modification du calcium et de l’état général de la victime, ce phénomène pourrait indiquer une évolution maligne de l’affection. Outre l’intoxication aiguë au fluor, cette pathologie peut être aussi causée par un cancer osseux secondaire à un autre cancer, par le cancer du système lymphatique, par la dystrophie, etc. En cas d’accident ou d’ingestion, il est conseillé de consulter rapidement son médecin traitant. Lors de l’auscultation, le patient devrait montrer l’étiquette du produit afin que le professionnel de santé puisse l’orienter vers le traitement le plus adéquat.

La prise en charge des pathologies osseuses est assurée par des professionnels de santé ayant des spécialités à la fois médicales et chirurgicales. Le médecin traitant fait d’abord le diagnostic pour déterminer s’il s’agit d’une pathologie bénigne ou maligne. Le traitement des pathologies ostéocondensantes repose sur les médicaments, les actes préventifs, la correction des atteintes ophtalmologiques, dentaires ou auditives et la chirurgie si la maladie est à un stade avancé.

Le médecin peut conseiller le patient sur l’augmentation de son apport calcique ou sur les exercices physiques à pratiquer. Il peut aussi prescrire des médicaments qui ciblent la formation de l’augmentation osseuse afin de résorber cette masse. A côté des médicaments, le médecin peut également prescrire une intervention chirurgicale après la radiographie ou la biopsie si l’augmentation osseuse menace la solidité de l’os ou si les médicaments antalgiques n’ont aucun effet. Dans le cas d’une tumeur maligne, l’opération chirurgicale est aussi inévitable. D’autres traitements pourraient alors suivre comme la chimiothérapie, l’hormonothérapie, etc. La reconsolidation de l’os est possible à la suite de ces traitements si la tumeur maligne est sensible à ces interventions.

Les maladies ostéocondensates comportent des nombreuses catégories comme la pycnodysostose, le sclérostose ou la maladie de Van Buchen, l’hyperostose endostéale,etc.

Pour les travailleurs dans les usines fabricant ou manipulant le fluor et l’acide fluorhydrique, outre la visite médicale annuelle obligatoire, l’identification des zones et situations dangereuses est aussi importante. L’entreprise doit respecter le maintien en bon état des équipements de travail et indiquer les consignes de sécurité pour chaque poste. Enfin, la souscription à une mutuelle entreprise ou une mutuelle individuelle est aussi à conseiller pour les entreprises privées et pour les agents ayant quitté leur emploi ou travaillant dans le secteur libéral.