Santé seniors après 50 ans : les troubles de la vue

Les déficiences visuelles se développent avec l’âge. En effet, à partir de 45 ans le pouvoir d’accommodation du cristallin diminue et la zone de netteté se rétrécit. Ce qui fait que la personne a de difficulté à voir les objets proches. Ce trouble de vue devient gênant vers l’âge de 60 ans. Outre la presbytie qui est un phénomène normal, les pathologies comme la cataracte, la DMLA, et le glaucome engendrent également des troubles visuels. Une situation qui pourrait entrainer la perte d’autonomie due à la perte visuelle si la maladie n’est pas traitée. Le point sur les symptômes, les causes et le traitement de ces pathologies.

La presbytie est une détérioration naturelle et inéluctable de la vue. Elle peut survenir dès 40 à 45 ans et s’aggrave vers 60 ans. Dans ce cas, la personne a du mal à lire un livre ou un magazine qu’elle doit tenir à distance. Cela est causé par la perte de souplesse du cristallin qui empêche la personne de distinguer de près un objet d’une façon nette. Le vieillissement du cristallin est à l’origine de ce trouble handicapant.
Il se diffère du glaucome, qui est une pathologie plus grave. Elle se caractérise par le durcissement du globe oculaire. Ce symptôme provoque une baisse irrémédiable du champ de vision du patient et de son acuité visuelle. Cette maladie s’accompagne de maux de tête et de douleur au niveau des yeux. Ceux-ci deviennent rouges entraînant la vision brouillée de la personne. Si cette affection n’est pas traitée, elle peut conduire à la cécité.

La cataracte, quant à elle, est une affection causée par l’opacification du cristallin. Cette altération rend les objets flous ou doubles. Les signes de dégradation de cette maladie apparaissent ensuite si elle est non traitée. Le patient perd petit à petit de vue, et à la fin il en est totalement privé. L’œil a alors une couleur blanchâtre et la personne a une vision voilée lorsque ses yeux sont exposés à des lumières vives. Elle a des difficultés à voir la nuit et elle peut également avoir des éblouissements ou apercevoir un halo entourant les lumières vives. La perte de vue peut toucher les deux yeux.
Quant à la DMLA, c’est une forme dégénérative de la rétine qui concerne 25 % des personnes âgées à partir de la soixantaine. Des dépôts blanchâtres s’amoncellent autour de la rétine. Le patient a alors de difficulté en lisant ou en écrivant. Le sujet atteint souffre de baisse d’acuité visuelle et ses yeux deviennent moins sensibles aux contrastes et n’arrivent plus à distinguer les couleurs. Dans l’autre forme de la DMLA qui est moins rare, des nouveaux vaisseaux sanguins se forment sous la rétine causant la gêne de la vision et des trous dans le fond de l’œil. Le patient voit des lignes déformées. Cette maladie peut entraîner une perte de la vision centrale au bout de quelques années mais le patient n’est pas totalement privé de la vision. L’autre œil peut également être touché au bout de 5 ans.

La presbytie est une trouble de vue inéluctable due au vieillissement du cristallin. Quant au glaucome, on attribue son apparition à une cause héréditaire, une fréquente hausse de la pression artérielle des yeux. Les personnes souffrant de diabète sucré ou qui prennent des médicaments dans la famille de corticostéroïdes sont également susceptibles de développer cette maladie.
En ce qui concerne la cataracte, c’est une maladie causée premièrement par une consommation abusive de cigarettes et de l’alcool. Mais les sujets âgés dont les yeux sont toujours exposés au soleil, ceux qui ont de difficulté à voir nettement les objets rapprochés et les diabétiques sont également susceptibles de contracter cette affection.
Quant à la DMLA, les sujets ayant des antécédents à la DMLA, ceux qui abusent la consommation de tabac sont les plus prédisposés à cette maladie. Il en est aussi de même pour ceux qui souffrent de surpoids et d’inflammation des yeux.

Beaucoup de seniors âgés de plus de 50 ans ont des problèmes de perte de vision qui ne sont pas dus à des troubles ou à des maladies citées ci-dessus. Pour prévenir les problèmes de vue, il vaut mieux se rendre régulièrement chez le médecin traitant ou l’ophtalmologiste. Le dépistage et la prise en charge permettent de lutter contre le développement de la pathologie, ou même de

guérir la personne grâce à une intervention chirurgicale. Par ailleurs, les aliments riches en vitamine A comme les carottes, les pissenlits, les épinards, l’oseille, les abricots, les produits laitiers etc. et la vitamine C dans les végétaux frais (poivrons, agrumes…) sont aussi connus pour leur rôle dans l’amélioration de la vision crépusculaire. La carence de vitamine A entraîne une baisse de l’acuité visuelle dans l’obscurité. La vitamine E dans le jaune d’œuf améliore aussi les cellules visuelles. L’arrêt de la consommation de tabac et de l’alcool ainsi que la surveillance de sa pression artérielle sanguine et son taux de cholestérol aident également à prévenir l’apparition des problèmes de vue.
Bon à savoir : la souscription à une mutuelle santé seniors aide également à prévenir et à traiter ces problèmes de vision. Les adhérents à cette assurance santé bénéficient en effet d’une prise en charge de l’équipement comme les lunettes de proximité, les verres correcteurs ou autres. Et même en cas d’opération chirurgicale, d’implant artificiel ou du recours à une lentille intraoculaire, les assurés reçoivent un remboursement de dépenses en fonction de la formule qu’ils ont choisie. A noter que certaines formules de mutuelle santé remboursent aussi jusqu’à 300 % de la base de remboursement les dépassements d’honoraires dans le cadre d’une intervention chirurgicale de cataracte. Il est conseillé de comparer les formules des mutuelles santé seniors avant de choisir une option adaptée à ses besoins de santé.

Concernant le traitement, la presbytie peut être corrigée par le port des lentilles de contact ou les lunettes si le patient ne tolère pas ces équipements. Dans le cas de glaucome, le médecin traitant peut prescrire l’administration de goutte de médicaments comme le bétaxol, la brimonidine etc. dans l’œil atteint. Et pour les patients qui ne souhaitent pas prendre à vie ces médicaments, ils peuvent opter pour le traitement au laser. C’est une opération indolore qui dure une vingtaine de minutes. Ou il peut aussi choisir l’intervention chirurgicale.
Dans le cas de cataracte, si la maladie est encore à son stade initial, le senior âgé peut porter des lunettes ou administrer des gouttes de collyre pour réduire l’opacité du cristallin selon la prescription du médecin. Mais si la vision est affaiblie, seule l’opération de l’œil ou des yeux touchés permet de rétablir la vue. Cette opération sous anesthésie locale dure également une vingtaine ou une trentaine de minutes. Le chirurgien enlève le noyau du cristallin et met un implant intraoculaire à sa place. Une visite post-opératoire permet au médecin de s’assurer qu’il n’y a pas d’infection dans l’œil. Après l’opération, le patient opéré devrait porter des lentilles.
En ce qui concerne le traitement du DMLA, l’ophtalmologiste peut injecter des inhibiteurs de VGEF dans la cavité oculaire. Le procédé de photo coagulation permet aussi de détruire les vaisseaux anormaux. Dans tous les cas, lorsque le sujet âgé commence à avoir une vision voilée ou floue, des paupières irritées ou d’autres problèmes de vision, il lui est conseillé de consulter un ophtalmologiste.