Mutuelle santé senior : les troubles du comportement alimentaire (TCA)

L’âge avancé est quelquefois synonyme de diverses troubles et pathologies. D’un côté, les personnes âgées peuvent avoir des soucis financiers, de l’autre ils peuvent être sujets à des problèmes de santé ou des problèmes psychologiques ou affectifs qui impactent sur leur habitudes alimentaires. Les troubles du comportement alimentaire font partie des troubles problématiques qui peuvent avoir des conséquences graves pour la santé des seniors. Heureusement que la mutuelle santé senior prend en charge le traitement de ce problème de santé sérieux. Cette prise en charge peut compléter celle de la sécurité sociale. Tour d’horizon sur les symptômes, causes et traitement de cette pathologie.

Les troubles de conduite alimentaire touchent le plus souvent les adolescents et les jeunes adultes mais les personnes plus âgées peuvent être aussi confrontées à cette pathologie. Les syndromes les plus courants de cette maladie sont l’anorexie, la boulimie et l’hyperphagie.

  • l’anorexie se manifeste par un souci permanent de perdre du poids et de maigrir davantage en réduisant l’apport alimentaire. Les personnes qui souffrent de cette maladie psychologiques limitent ainsi leur ratio au quotidien de peur de grossir ou de gagner du poids. Le régime peut entraîner une perte de poids conséquente qui risque d’impacter sur leur santé. La perte du poids s’accompagne quelquefois d’une activité physique intense. Ce trouble du comportement alimentaire est considéré comme une maladie car il peut toucher même une personne mince. Ce qui pourrait conduire à des complications comme la dépression, les troubles de comportement, les troubles cardiaques, les problèmes digestifs, les crises convulsives …
  • la boulimie : contrairement à l’anorexie, les personnes souffrant de ce trouble se suralimentent. Elles adoptent une attitude obsessionnelle vis-à-vis de la nourriture. Elles mangent jusqu’à ce qu’elles se sentent peu confortables à la suite de la consommation excessive de nourriture. Elles vont alors vomir ce qu’elles ont mangé ou prendre des laxatifs pour se purger l’estomac. Les personnes boulimiques peuvent aussi faire une pratique sportive intense ou faire un jeûne de plusieurs jours pour reprendre leur poids normal.
  • l’hyperphagie se caractérise également par la consommation excessive de nourriture notamment en secret. Cela se passe pendant un temps court durant la journée ou la nuit. La différence avec les boulimiques, c’est que les hyperphagiques ne font pas d’exercice physique, ni de diète et ne purgent pas leur estomac.
  • En ce qui concerne l’anorexie, les causes les plus avancées sont la mauvaise image de soi et la dysmorphobie. Les chercheurs indiquent aussi divers facteurs sociaux, génétiques, psychologiques (état dépressif, anxiété, obésité), biologiques et même l’influence de l’environnement. Le culte de la minceur pourrait provenir de la pression de la société.
  • les boulimiques, quant à eux, ont une perception anormale de leur poids. Les causes de cette frénésie alimentaire anormale sont également l’origine psychologique (dépression, schizophrénie), la génétique (antécédents familiaux d’obésité), une besoins d’assouvir une pulsion mais aussi les modifications hormonales de certaines régions du cerveau. Ces régions contrôlent les sensations comme la faim, les désirs.
  • les causes de l’hyperphagie sont le stress, la dépression, la mauvaise estime de soi, la prise de certains médicaments neuroleptiques, les fréquents régimes amaigrissants ainsi que le changement hormonal ou une modification génétique. Cette maladie pourrait entraîner le diabète, l’hypertension, l’AVC, les problèmes articulatoires et le cholestérol.
  • En général, les anorexiques ne prennent pas conscience de leur maigreur extrême. C’est leur entourage qui leur conseille de se rendre chez le médecin. Elles peuvent être alors hospitalisées de force. Le traitement de cette maladie comprend une rééducation nutritionnelle, un soutien psychologique et la prise de médicaments pour les personnes souffrant des maladies spécifiques.
  • Pour les boulimiques, le médecin évalue la fréquence des crises de boulimie et recherchera les problèmes cardiaques, dentaires, gastriques, intestinaux, rénaux et dermatologiques. Puis il fera un test de dépistage EAT-26 avant de prescrire le traitement approprié.
  • Pour traiter les hyperphagiques, le médecin analyse leur comportement alimentaire et fait également des tests pour vérifier la présence d’autres maladies. Puis, il peut orienter le patient vers un nutritionniste ou un psychothérapeute.