Mutuelle santé senior : diverticulose et diverticulite

L’avancée en âge en plus du régime alimentaire et de mode de vie pourrait faire apparaître diverses pathologies et anomalies anatomiques. La diverticulose et la diverticulite du colon font partie de ces troubles du métabolisme. Le premier se caractérise par la présence de diverticules. Si ces derniers ne sont pas traités, ils risquent de se compliquer en diverticulite. Le traitement de ces pathologies est pris en charge par l’assurance-maladie. Mais lorsque le traitement conduit à des complications graves, le remboursement de la mutuelle santé senior permet de bénéficier d’une meilleure couverture des dépenses santé. Dans cet article, nous allons voir les symptômes, causes et traitements de la diverticulose et la diverticulite. Nous aborderons aussi le remboursement de la sécurité sociale et l’utilité de la souscription à une assurance santé complémentaire pour les seniors.

  • La diverticulose du côlon se traduit par une anomalie du côlon due à la présence des diverticules. Ces derniers sont des excroissances ou des petites hernies muqueuses qui apparaissent sur les zones les plus faibles de la paroi externe du sigmoïde. Ils peuvent se développer aussi dans l’œsophage ou dans le petit intestin. Ces diverticules n’évoluent jamais vers une forme maligne. Ils peuvent avoir un diamètre entre 0,25 cm à plus de 4 cm. Toutefois, on ne peut retrouver qu’un seul gros diverticule dans une personne.
  • La diverticulite du côlon se traduit par l’inflammation ou l’infection des diverticules. Le quart des patients atteints de diverticules développeront plus tard un diverticulite. Cette pathologie peut être causée par les aliments mal digérés qui se coincent dans un diverticule. Cela provoque l’infection. Les diverticules ont la forme de grappe. Ce phénomène peut apparaître à partir de 40 ans et se développent souvent chez la moitié des aînés de plus de 60 ans. La présence des diverticules pourrait ne pas causer de symptômes gênants. Pourtant, deux tiers des quinquagénaires présentent ces protrusions. A noter que si le diverticule apparaît dans l’œsophage, la personne peut vomir les aliments stockés lorsqu’elle se penche.

Dans bien de cas, les diverticules ne font aucun symptôme. Mais s’ils causent des complications, ils peuvent montrer les signes suivants :

  • douleur intense dans l’abdomen gauche
  • nausées/diarrhée
  • crampes abdominales
  • troubles de transit, ventre gonflé
  • fièvre
  • douleur à la miction, constipation
  • sang dans les selles

Dans les cas graves, la diverticulite peut causer une fistule conduisant l’inflammation d’une grande partie de la cavité abdominale. Le patient aura alors un ventre dur et ballonné qui pourrait entraîner la mort si non traité rapidement. L’occlusion du côlon et de l’intestin grêle, l’abcès et la sténose pourraient aussi apparaître dans le cas d’une diverticulite compliquée.

On estime qu’une alimentation pauvre en fibres mais abondant en matières grasses et protéines favorise l’apparition des diverticules. En effet, le manque de fibre entraîne les difficultés d’aller à la selle. Les selles dures ne sont pas évacuées comme il faut. Cela provoque la pression sur l’organe qui pourrait entraîner la faiblesse de la paroi intestinale. D’autres facteurs peuvent être aussi responsables de ces pathologies :

  • une consommation excessive de viande rouge
  • une surcharge pondérale (>IMC 25)
  • le manque d’exercice physique
  • l’âge (les personnes âgées sont plus prédisposées à cette infection)
  • la prise des anti-inflammatoires
  • la faiblesse du système immunitaire
  • l’abus de la consommation d’alcool (plus de 3 verres par jour)

Si la personne ne montre aucun signe d’alarme comme les vomissements, l’hémorragie rectale, la fièvre (plus de 39 °), le suivi d’un traitement n’est pas forcément nécessaire. La diverticulose peut se guérir d’elle-même après la modification du régime alimentaire en fonction de l’immunité de la personne. En fait, la découverte des diverticules se fait toujours d’une manière fortuite lors d’un examen d’imagerie médicale comme la radiographie, le scanner abdomino-pelvien ou lorsque le patient s’inquiète du saignement dans les selles ou d’un saignement rectal. Lors de la présence d’un symptôme douteux, le médecin effectuera un examen physique accompagné des analyses sanguines et des analyses de l’urine. Cela l’aide à s’assurer de la présence d’une infection. Pour confirmer la présence de la diverticulite, il peut réaliser une tomodensitométrie (TDM), ou une coloscopie. Si le patient souffre de crampes abdominales, le médecin opte pour la TDM pour ne pas causer la rupture de l’intestin enflammé. En cas de présence du sang dans les selles, le médecin prescrit généralement une coloscopie pour identifier la cause du trouble.

  • Une diverticulite sans complications ne nécessite pas l’hospitalisation. Le médecin prescrit uniquement la prise des antibiotiques, un régime hydrique pour amollir les selles, la prise des médicaments soulageant la douleur et la consommation des aliments qui circulent facilement dans les colons. Pour prévenir la rechute, le médecin peut conseiller un régime alimentaire riche en fibres après le traitement.
  • Dans le cas d’une diverticulite compliquée, le médecin peut prescrire une prise d’antibiotique par voie intraveineuse, et le drainage du pus de l’abcès par l’insertion de l’aiguille dans la peau si l’abcès se produit. Dans les cas compliqués, ou des cas de récidives et des patients immunodéprimés ou âgés de plus de 75 ans, il peut aussi préconiser une intervention chirurgicale comme la résection, la résection avec colostomie. L’opération chirurgicale peut se faire par laparoscopie.

Dans tous les cas, le traitement doit s’accompagner du changement du régime alimentaire, du repos et de l’exercice physique.

La diverticulose et diverticulite n’étant pas considérés comme des affections de longue durée (ALD) qui peuvent bénéficier d’une prise en charge à 100 % de l’assurance-maladie, le traitement des complications pourrait s’avérer lourd pour le budget d’un senior. En effet, le remboursement de la caisse de la sécurité sociale des postes de soins comme l’hospitalisation, les dépassements d’honoraires des médecins et l’intervention chirurgicale n’est guère satisfaisant. Pour bénéficier des remboursements des dépenses santé partiellement ou non prises en charge par la sécurité sociale, il est recommandé de souscrire à une mutuelle santé senior. Cette couverture complémentaire permet d’alléger le reste à payer pour les postes de santé comme l’opération chirurgicale, les excès d’honoraires pratiqués par les médecins généralistes ou spécialistes. L’adhésion à cette assurance santé complémentaire permet aussi au senior de bénéficier des meilleurs soins tout en évitant les factures salées. La prise en charge peut atteindre 100 % à 400 % du BR pour l’intervention chirurgicale et l’hospitalisation.   ; Mais comme les offres des mutuelles ne se valent pas toutes, il est utile de faire une prospection de la meilleure mutuelle santé senior ; c’est-à-dire, celle qui propose la cotisation la moins chère et la prise en charge la plus satisfaisante pour les postes de soins en adéquation à ses besoins. Pour faciliter cette recherche, le futur souscripteur à cette mutuelle santé senior peut recourir au comparateur de devis assurance sur ce site. Ce service est gratuit et libre de tout engagement. Il lui suffit de mentionner les renseignements comme son régime d’assurance-maladie, le pourcentage de remboursement dont il souhaite obtenir… Après le remplissage de ce formulaire, il recevra les meilleures offres de mutuelle santé senior sur le marché. Il lui reste ensuite à sélectionner celle qui convient le plus à son budget et à ses attentes en termes du taux de remboursement et des services annexes.