Mutuelle pour auto-entrepreneur : apporteur d’affaires

Le régime d’auto-entreprise permet aux travailleurs non-salariés de jouir des avantages fiscaux et administratifs intéressantes. En effet, le calcul de cotisation sociale des auto-entrepreneurs est très simplifié car ils paient de cotisation en fonction du chiffre d’affaires qu’ils ont réalisé. Dans l’ensemble, ces travailleurs n’auront pas aussi à mobiliser un budget de fonctionnement conséquent. Cependant, ils nécessitent une assurance santé complémentaire pour compléter la prise en charge insatisfaisante du régime social des indépendants et afin de se prémunir des éventuelles dépenses de santé qui pourraient impacter sur leur finance. D’autant plus qu’ils ne peuvent pas aussi profiter des avantages du contrat Madelin. L’apporteur d’affaires fait partie de ces micro-entrepreneurs. Zoom sur ce métier, ses risques professionnels et la couverture utile dans l’exercice de ce travail.

Ce prestataire de services rapproche un prospect et un particulier ou une entreprise qui ont intérêt à travailler ensemble. Il cible les clients intéressés par l’offre de la société sans engagement pour eux. Soulignons qu’il n’est pas salarié de l’entreprise, et en tant que travailleur indépendant, cette dernière lui versera une commission définie d’avance d’un commun accord lors de la conclusion de l’affaire. Il peut ainsi proposer ses services à n’importe quelle entreprise en France ou à l’étranger, sans distinction de leur taille, leur statut, leur ancienneté dans le secteur… Son marché est donc large. En tant que travailleur sous le régime de micro-entreprise, un apporteur d’affaire n’aura donc pas à s’acquitter de charge sociale s’il n’encaisse pas de chiffres d’affaires. Il ne respecte pas aussi d’horaire et ne doit pas forcément se déplacer car il peut travailler depuis son domicile.
La différence avec un agent commercial, c’est qu’il ne se sert pas de matériel de vente comme la documentation de la société sur un produit ou un service etc. Ce qui implique que l’apporteur d’affaires n’est aucunement responsable vis-à-vis du prospect comme de la société. Si le prospect est mauvais payeur ou s’il est en situation de liquidation judiciaire, la responsabilité de ce micro-entrepreneur ne peut pas être engagée sauf s’il connaît déjà la situation financière du client.
Ainsi, même s’il n’est pas obligé de signer un écrit liant l’apporteur d’affaires et l’entreprise, il serait prudent de rédiger un contrat d’apport d’affaires pour éviter les malentendus et les litiges.

Outre les problèmes avec les clients insolvables, la personne exerçant cette profession pourrait être aussi soumise au stress dû à une charge importante de travail et à un dépassement horaire. Cela pourrait arriver s’il aurait à trouver des nombreux clients pour les produits de l’entreprise. L’apporteur d’affaires pourrait aussi contracter d’autres pathologies qui ne sont pas forcément liées à son activité comme les problèmes d’articulations, le mal de dos, les troubles oculaires, auditives etc. Ces maladies requièrent une prise en charge adéquate afin qu’elles n’impactent pas sur la capacité de travail de cet auto-entrepreneur. Il est ainsi judicieux pour ce micro-entrepreneur de souscrire à une complémentaire santé individuelle afin de bénéficier d’un meilleur remboursement pour ses soins de santé.

Alptis est un courtier grossiste français en assurance de personnes. Il propose un contrat dédié aux auto-entrepreneurs et aux seniors appelé « Alptis plurielle ». Les garanties comprennent le tiers payant, l’assistance et la protection juridique. Ce contrat qui pourrait s’adapter aux besoins de l’apporteur d’affaires se décline en 3 niveaux de couverture avec une remise de -25 % pour les TNS et 3 packs optionnels pour obtenir des meilleurs remboursements en vignette orange, optique, dentaire, audioprothèses, cures thermales, médecine douce, et chambre en séjour hospitalier. Dans le niveau le plus élevé, l’assuré peut bénéficier d’un remboursement de soins dentaires, d’orthodontie, de visites chez le médecin et les actes d’échographie à hauteur de 300 % du BRSS. Cet auto-entrepreneur peut également recourir au comparateur de mutuelles en bas de ce site s’il souhaite obtenir un aperçu général du meilleur rapport tarif/cotisation des mutuelles dans ce marché.