Mutuelles santé : y a-t-il un remboursement pour l’acupuncture ?

Cette médecine traditionnelle chinoise est utilisée pour soulager le stress, les troubles nerveux, et douleurs articulaires et inflammatoires. Ses vertus sont aussi reconnues pour l’apaisement des déséquilibres intestinaux ou gastriques et des problèmes respiratoires. Elle fait partie des médecines douces, une pratique médicale qui a le vent en poupe depuis ces dernières années. Le coût des séances d’acupuncture varie d’un acupuncteur à un autre. Mais elles peuvent être prises en charge par l’assurance maladie sous certaines conditions. Décryptage.

Ce mot vient de l’acus qui désigne une aiguille et punctura qui se réfère à la piqûre. C’est un traitement thérapeutique qui consiste à stimuler certains points (les méridiens) avec des aiguilles très fines afin d’améliorer et de rétablir le fonctionnement des organes correspondant aux points activés. L’acupuncteur effectue cette manipulation avec soins. Le patient ne ressent aucune douleur, au contraire il peut sentir un moment de bien-être et de relaxation totale. Le coût d’une séance varie entre 35 à 77 euros selon le praticien mais certains spécialistes de l’acupuncture peuvent mettre des dépassements d’honoraires. Leur durée est de 15 à 45 mn environ. La caisse primaire d’assurance-maladie peut rembourser ce traitement.

L’assurance maladie rembourse les séances d’acupuncture si l’assuré a respecté les parcours de soins coordonnés. C’est-à-dire, son médecin traitant a prescrit cette pratique médicale et un acupuncteur conventionné effectue la séance. Avec ces conditions réunies, le patient peut bénéficier d’une prise en charge de 70 % de la base du remboursement d’une consultation d’un médecin généraliste de 23 euros. Mais si la personne décide de consulter directement un acupuncteur sans demander une prescription médicale de son médecin traitant, le remboursement de la sécurité sociale sera ramené à 30 %. Le tarif de base diminue aussi en conséquence.
De même si l’assuré consulte un acupuncteur qui pratique des honoraires libres dans le secteur 2, ou qui n’est pas conventionné dans le secteur 3, le tarif des spécialistes sont très variables et peuvent atteindre le double ou le triple du tarif indiqué. Dans ce cas, la prise en charge de la sécurité sociale n’est aussi qu’une part infime. Si l’assuré n’a pas souscrit à une mutuelle santé, la bonne partie des frais du traitement sera à sa charge.

La prise en charge de la complémentaire santé vient en complément de celle de la sécurité sociale. Pour les postes de soins comme les médecines douces, les mutuelles proposent des forfaits annuels ou par acte. A titre d’exemple, chez Mutuelle bleue, elle propose un remboursement à hauteur de 200 euros par an tandis que chez Cardif, la prise en charge est de 50 euros par séance.
Ainsi, le montant du remboursement de cette catégorie de médecine douce varie d’une assurance santé complémentaire ou d’une mutuelle à une autre. Il en est de même pour tous les autres actes de soins. Pour dénicher la complémentaire santé qui propose le forfait le plus intéressant, il suffit de recourir à notre comparateur mutuelles. Cet outil aide à faire jouer la concurrence entre les offres des différents assureurs. La différence de tarif peut faire gagner des centaines d’euros par an. Après avoir déniché la mutuelle qui propose la meilleure garantie adaptée à ses besoins et à coût le plus compétitif, il suffit par la suite de vérifier les détails comme l’existence du tiers payant, la rapidité du remboursement etc. La santé est très précieuse. N’attendez pas de tomber malade pour souscrire à une mutuelle pas chère !