Recouvrement de vos dépenses en chirurgie oculaire et garanties proposées par les mutuelles

Si dans certains cas, l’utilisation d’un simple dispositif médical comme les lunettes ou les lentilles suffisent à optimiser la capitale vision d’une personne, ce n’est pas toujours les soins idéaux pour retrouver une bonne vision. Selon la gravité de votre cas, une chirurgie oculaire peut être obligatoire.

La chirurgie oculaire, également connue sous le nom de chirurgie ophtalmologique ou chirurgie de l’œil, est la chirurgie exécutée sur l’œil et ses annexes, par un ophtalmologue. Même si la majorité des interventions chirurgicales oculaires sont réalisées par des ophtalmologues expérimentés, les démarches les plus délicates sont confiées à des médecins qualifiés et reconnus.

La chirurgie oculaire est une opération par laquelle vous pouvez corriger les petits problèmes de vision définitivement. Les experts utilisent une machine à infrarouge pour opérer les yeux et augmenter votre acuité visuelle. La démarche ne prend généralement que quelques minutes et est sans risque, sans douleur postopératoire la plupart du temps et avec des effets immédiats.

Pour toute chirurgie oculaire, l’anesthésie est une nécessité absolue. D’habitude, l’anesthésie locale est de plus en plus employée. Afin d’immobiliser les muscles extra-oculaires et éliminer la sensation de douleur, on adopte des techniques d’injection et d’infiltration de produit anesthésiant au niveau sous-cortical. En général, des gels à base de lidocaïne sont souvent utilisés pour l’anesthésie locale qui est préférée pour les opérations rapides.

La coopération du patient est plus que nécessaire lors d’une anesthésie locale. Pour les enfants, des lésions traumatiques de l’œil ainsi que pour la plus grande partie des orbitotomies et pour les patients ayant de l’appréhension, il est préférable d’opter pour l’anesthésie générale. L’anesthésie locale requiert une surveillance cardiovasculaire et celle-ci est également exigible lors d’une anesthésie générale.

La chirurgie oculaire ou opération des yeux s’adresse généralement aux myopes, aux hypermétropes ou encore aux astigmates. Vous vous sentez oppresser par vos lunettes ? Désormais, les médecins peuvent vous proposer une meilleure solution afin de retrouver la vue : la chirurgie oculaire.

Mais attention, seules quelques personnes pourront passer sur la table d’opération. Parmi les conditions à remplir, on peut citer notamment le fait que vos problèmes de vision doivent être assez faibles et ne pas être dégénératifs. Vous ne devez pas non plus être atteint de glaucome et ne pas être enceinte.

Avant toute opération, il est nécessaire d’établir des devis afin de connaître le prix total des interventions et les frais de séjour à l’hôpital. En fait, le tarif et la qualité de soins varient selon l’établissement (public, privé conventionné et privé non conventionné).

Il ne faut pas oublier que le coût augmente en fonction de la technologie utilisée par le spécialiste. Plus on utilise des appareils de haute technologie comme les lasers, plus le prix devient élevé. Il est à rappeler que l’emploi de ces nouveaux appareils apporte plus de sécurité et plus de chance au patient. En même temps, ils facilitent davantage l’intervention. En général, les frais de consultation avant l’opération peuvent être indemnisés par les assurances santés si on envoie à temps les dossiers contenant les traitements du patient.

Les frais liés à la chirurgie oculaire sont un peu coûteux. Si la personne a été victime d’un accident, elle sera remboursée automatiquement sur les dépenses en chirurgie. Par contre, si elle ne veut plus de lunettes ni de lentilles et demande une chirurgie oculaire à son ophtalmologue, les dépenses ne seront plus prises en charge par le régime obligatoire. Dans ce cas, il est important de souscrire à une assurance santé.

Une nouveauté sur le marché et pourtant très demandée, la chirurgie oculaire peut heureusement être éligible aux assurances et couvertures sociales de toutes sortes. En effet, il faudra compter en moyenne dans les 1 500 à 3 000 euros pour profiter de ce genre de soin. Par contre, les assureurs ne couvrent pas à 100 % les soins. Vous aurez tout de même des restes à charge plus ou moins conséquente en fonction de la qualité de votre contrat.

Les patients n’auront plus à dépenser beaucoup d’argent en cas d’une chirurgie réfractaire s’ils sont déjà membres d’une mutuelle complémentaire. Le recouvrement des frais est assuré intégralement par ces dernières. En fait, les garanties offertes dépendent du contrat signé par les adhérents. Pour trouver celle qui rembourse convenablement, il est possible de faire des recherches sur internet. Les sites de mutuelles vous demandent de remplir un formulaire et vous envoient un devis non-payant. Il n’y aura aucun engagement, tout le monde est libre de faire des comparaisons avant de signer un contrat.