Remboursement par l’assurance santé des frais de soins pour l’amniocentèse

Après l’échographie, le médecin traitant peut demander à la future maman de faire un autre examen connu sous le nom « amniocentèse ». L’amniocentèse est un prélèvement d’une petite quantité de liquide amniotique entourant le fœtus pendant la grossesse. Une membrane en forme de poche est remplie de liquide amniotique contenant des cellules fœtales et entoure le fœtus. Le régime social recouvre juste une part des dépenses liées à ce type d’examen et c’est la famille concernée qui doit supporter le reste. Pour réduire vos dépenses, il est important d’adhérer une complémentaire santé car cette dernière se chargera de payer l’écart de vos frais de soins.

Au cours de la grossesse, l’amniocentèse se fait généralement entre la 15ème et la 18ème semaine d’aménorrhée. L’analyse des cellules fœtales dans le liquide amniotique prélevé permet de dépister une anomalie chromosomique ou génétique chez le bébé. Le médecin propose cet examen, surtout si vous avez plus de trente-huit ans, car il y a une forte augmentation du risque d’anomalies des chromosomes pendant votre grossesse :

    si vous ou votre conjoint avez une anomalie chromosomique.
    s’il existe un risque élevé de trisomie 21 de l’ADN fœtal dans votre sang pendant le test complémentaire de DPNI (dépistage prénatal non invasif).
    si une anomalie du fœtus est dépistée pendant l’échographie.


L’amniocentèse est une procédure médicale entamée en vue d’un diagnostic prénatal. Environ 20 ml de liquide amniotique sont enlevés de la cavité amniotique dans lequel se trouve le fœtus. L’amniocentèse ne peut être pratiquée qu’au moment où l’on constate que la quantité du liquide amniotique entourant le fœtus est suffisante, à partir de la 14ème semaine d’aménorrhée jusqu’à la fin de la grossesse. Avec la biopsie de trophoblaste (choriocentèse) et la ponction de sang fœtal (cordocentèse), l’amniocentèse fait partie des moyens invasifs de diagnostic prénatal.

En effet, le médecin en a besoin pour étudier les chromosomes et rechercher les anomalies telles que la trisomie 21. Grâce à l’amniocentèse, on peut également trouver les maladies comme les infections fœtales ou les maladies génétiques comme « la toxoplasmose » qui est un genre d’infection que la femme enceinte peut transmettre au nouveau né. La transmission se fait par l’intermédiaire d’un parasite.  Il y a aussi le cytomégalovirus qui peut affecter le fœtus ; cela se passe souvent chez une femme portant le VIH.

Au cas où il existe une infection fœtale, les parents doivent penser à avorter le bébé, car il y a un grand risque. Pour cela, il faut demander l’intervention d’un médecin. L’amniocentèse est un peu coûteuse alors qu’elle est obligatoire. Afin d’éviter une lourde charge, il serait mieux d’opter pour une mutuelle qui garantit un remboursement satisfaisant.

Avant tout, un entretien préalable avec votre médecin est primordial pour savoir davantage à propos de l’amniocentèse. Vous pouvez également l’informer sur votre état de santé, de vos traitements médicaux en cours et de vos antécédents médicaux. Éventuellement, votre médecin vous informera sur tous les risques concernant l’amniocentèse, les traitements nécessaires, les différents moyens de détecter cette pathologie.

En général, l’amniocentèse dure une dizaine de minutes selon la position et les mouvements du fœtus. Le médecin vous fera une échographie pour voir la position du fœtus ainsi que le placenta. La peau de votre abdomen sera désinfectée avec une solution antiseptique avant le prélèvement. En suivant l’image échographique, le médecin place une longue et fine aiguille reliée à une seringue à travers la paroi de votre abdomen pour extraire le liquide amniotique d’environ 15 ml. Après ce prélèvement, le médecin vérifie également si le fœtus va bien. Suite au prélèvement, une journée de repos est nécessaire. Cependant, si vous constatez des contractions utérines, des pertes vaginales de sang ou des douleurs abdominales les jours qui suivent l’amniocentèse, consultez immédiatement votre médecin.

Lorsque l’examen médical est prescrit par le médecin traitant, les frais sont totalement recouverts par la Sécu. En outre, l’amniocentèse est indemnisée à 100% si l’âge de la porteuse a plus de 38 ans. La prise en charge est également effective si les tests sanguins ont montré que le bébé peut être atteint d’une anomalie chromosomique. La Sécu rembourse intégralement ce type de soin pour les maladies génétiques et lorsque la mère risque d’accoucher un enfant portant une trisomie 21. Enfin, l’examen est couvert au cas où la clarté nucale de la femme dépasse 3 mm. Les cas qui ne figurent pas dans la liste ci-dessus ne sont pas indemnisés.

La prise en charge d’une complémentaire varie en fonction de la formule choisie. Il peut aussi y avoir des dépassements d’honoraires sur l’amniocentèse, qui dépendrait du spécialiste. Il est recommandé d’opter pour une mutuelle proposant des forfaits spéciaux tels que la fécondation in vitro. Il faut aussi faire des simulations sur internet afin de trouver celle qui convient à vos attentes.
.