Mutuelle santé senior : les traumatismes crâniens

L’âge avancé emporte quelquefois son lot de maladies, accidents et divers dysfonctionnements. Le traumatisme crânien fait partie des accidents qui pourraient survenir à un senior. Ce phénomène pourrait causer des conséquences graves comme le déficit moteur, les troubles de personnalités, les séquelles invalidantes voire la mort. L’assurance-maladie prend en charge le traitement de cet accident mais son remboursement n’est pas complet. La souscription à une mutuelle santé senior permet de compléter cette prise en charge. Tour d’horizon sur les symptômes, les causes du traumatisme crânien et l’utilité d’une couverture de mutuelle santé senior.

Ce terme définit un choc violent au niveau de la tête et du crâne. Il peut occasionner une atteinte passagère ou définitive du cerveau et du tronc cérébral. Cet accident fréquent pourrait aussi entraîner une perte de conscience. Il pourrait provenir à la suite d’une chute, d’une agression à la tête, d’un accident de voiture, de moto, de vélo… On distingue trois étapes de traumatisme crânien : le traumatisme crânien léger, modéré et grave ou sévère.
Dans le premier cas, cet accident ne provoque pas de symptômes neurologiques ni d’atteinte de cerveau. Le patient perd seulement connaissance. Des signes comme les maux de tête, la désorientation ou vertige peuvent s’accompagner de ce symptôme.
Dans le cas d’un traumatisme crânien moyen, le patient est aussi victime d’une perte de connaissance. Ce syndrome est suivi des maux de tête, de vomissements, de troubles de conscience, de perte de l’odorat. Des symptômes comme les dents cassées ou la fracture du nez pourraient également apparaître. Le patient pourrait alors afficher un liquide céphalo-rachidien au niveau du nez ou des oreilles.
Si l’accident a entraîné un traumatisme crânien grave, le patient fait état d’une nécrose hémorragique avec œdème. Ce syndrome provoque la baisse de la force musculaire et la sensibilité d’un membre, mutisme, signe de Babinski etc . Le patient pourrait aussi avoir des membres extérieurs rigides et un coma profond stade III.
Des autres troubles psychologiques comme l’instabilité nerveuse, les insomnies, la dépression, l’anxiété, l’amnésie, les troubles de l’équilibre pourraient aussi survenir.
Les atteintes les plus fréquentes dans le cas de ce choc sont : les fractures de crânes qui s’accompagnent généralement des lésions à l’intérieur de crâne, la commotion cérébrale, les ecchymoses du cerveau susceptibles de causer des atteintes neurologiques sévères, le cumul du sang à l’intérieur ou autour du cerveau et des lésions axonales.

Un choc violent reçu à la tête ou à la base du crâne pourrait être causé par un accident de la route ou une chute. Il pourrait aussi s’agir d’un accident domestique, une chute dans les escaliers ou chute d’un toit. Les querelles entraînant la violence physique pourraient aussi causer ce trouble. La survenue de cet accident pourrait aussi être causée par le traitement anticoagulant, la consommation abusive d’alcool, les pathologies hémorragiques.
Par ailleurs, les traumatismes pourraient arriver à tous tranches d’âges, jeunes, adultes ou seniors. Ils peuvent être sources de nombreuses complications si elles entraînent des lésions graves. Les séquelles de cet accident sont les troubles de coordination ou de déglutition, les troubles des facultés auditives et visuelles, les troubles de la mémoire, et de concentration et d’autres troubles psychologiques. D’autres séquelles comme l’épilepsie post-traumatique, des troubles psychiques et le syndrome frontal post-commotionnel pourraient aussi apparaître. Ce sont des problèmes de vertiges des patients alors que leur examen clinique n’a rien montré de trouble quelconque.
Cet accident est une cause importante de mortalité chez les enfants. Chez les seniors, la majorité des patients souffrent de traumatisme crânien léger ou modéré qui ne laissent pas de séquelles. Les seniors victimes d’un traumatisme crânien grave exigent de traitement particulier en milieu hospitalier.

Le médecin traitant effectue d’abord un examen clinique pour s’assurer de l’état de conscience du patient. Par exemple, il lui demande de lever les brais ou de tourner la tête. Si le malade perd conscience, il juge le tonus des membres, vérifie le contrôle des sphincters, le réflexe de la pupille si elle est exposée à la lumière. Il vérifie également la tension artérielle, le pouls, la température et recherche la présence d’une crise convulsive, d’un écoulement de liquide par le nez ou l’oreille. Il recherche également s’il y a des lésions de traumatisme d’autres membres comme le bassin, l’abdomen, le thorax…
Pour déterminer la gravité de la fracture du crâne et de l’hémorragie qui pourrait s’ensuivre, le médecin effectue ensuite un scanner cérébral. Cet examen est pratiqué quelques heures après l’accident. Les autres examens comme le radio de crâne sont dépassés. Si le traitement se fait tôt, les séquelles pourraient être guéries. Mais si le traitement traîne, cet accident pourrait entrainer des complications comme l’hématome extra-dural et l’hématome sous-dural qui pourraient causer la mort du traumatisé.
La prise en charge de cette maladie dépend de la gravité du traumatisme :

  • si le bilan n’a montré aucune lésion, la victime peut retourner à son domicile mais une surveillance de son entourage est recommandée pendant les 24 h après son retour à domicile. Si personne ne pourrait assurer une surveillance étroite à la maison, elle aurait à rester 1 jour à l’hôpital.
  • si le bilan montre une commotion cérébrale, le malade devrait être surveillé pour vérifier la présence d’une complication comme l’hématome extra-dural ou sous-dural
  • dans le cas d’un coma cérébral, le médecin prescrit le recours à des médicaments anti-œdémateux
  • s’il s’agit d’un coma profond d’un cas de hématome, si elle peut être opérée, l’intervention chirurgicale doit être faite rapidement. Dans le cas contraire, le patient suivra un traitement de réanimation. Les chances de survie dépendent de l’âge du patient et de son état de santé.
  • concernant les séquelles de cet accident, les séquelles invalidantes touchent 5 % des victimes. Ces dernières deviennent alors dépendantes. Les séquelles moins graves les plus fréquentes sont les troubles cognitifs, les troubles de la mémoire et de l’organisation, des troubles d’humeur, agressivité etc. Selon la gravité de ces symptômes, le malade aurait à suivre une rééducation fonctionnelle en cas de séquelles cognitives.

L’assurance-maladie prend en charge ce traitement mais ce remboursement est loin d’être satisfaisant car le traumatisme crânien ne fait pas partie des 30 ALD prises en charge par la Sécu. Pour bénéficier d’un remboursement plus complet de ses dépenses santé en cas d’intervention chirurgicale et d’une hospitalisation à domicile avec séances de rééducation fonctionnelle, il est recommandé de souscrire une mutuelle santé senior. Cette complémentaire santé aide à bénéficier d’une prise en charge du ticket modérateur (le reste à charge de l’assuré après le remboursement de l’assurance-maladie), des dépassements d’honoraires, de l’HAD, de soins de médecines douces etc.
Mais face à la pluralité des offres de mutuelles santé senior sur le marché, il devient évident aussi de passer par une mise en concurrence des différentes formules avant la souscription. Pour faciliter cette démarche sans perdre du temps en faisant le tour des mutuelles, il suffit de recourir à l’outil de comparateur de mutuelles en bas de ce site. Cet outil gratuit et sans engagement permet de dénicher en quelques minutes la mutuelle moins chère avec les garanties adaptées à ses besoins.