Santé seniors : les droits à l’assurance maladie pour les retraités expatriés

Coût de vie et montant de fiscalité plus favorables, envie de voir d’autres horizons et de passer le reste de leur vie dans un autre pays, voilà autant de raisons qui peuvent conduire les retraités à s’expatrier. Toutefois, la question relative à l’Assurance maladie pourrait se poser pour les seniors qui décident de tenter la grande aventure. Ils peuvent se demander s’ils ont toujours droit à cette couverture sociale s’ils vont s’installer dans un autre pays, autres que la France. Leur question est justifiée car, à cet âge, les pépins de santé peuvent s’amplifier. Notez toutefois que le souci d’un mauvais remboursement peut décourager les seniors à s’expatrier.

Notons d’abord que l’expatriation est bénéfique pour les personnes d’âge avancé. Cela pourrait être une bonne alternative face à des pathologies comme la maladie d’Alzheimer. En effet, le fait de voir d’autres paysages et d’autres visages permet de stimuler le cerveau de l’aîné. Toutefois, s’ils ont passé l’âge de 70 ans, le voyage pourrait avoir un effet déstabilisant sur leur état de santé déjà fragile. En outre, ils peuvent avoir de difficulté à s’adapter au nouveau milieu. Ceci dit, on enregistre tout de même quelque 1,5 million de seniors qui décident de partir vivre en dehors de la France. Et chaque année, 250 000 personnes viennent aussi augmenter ce chiffre. Mais si l’expatriation après la retraite suscite ainsi l’engouement de certains seniors âgés, d’autres se font du souci quant aux remboursements de leurs dépenses santé s’ils quittent l’Hexagone.

Toutefois, les retraités peuvent être tranquilles, car il y a un règlement européen relatif à ce sujet. En effet, le système d’assurance maladie entre les pays européens est coordonné, mais le tarif de la couverture sociale sera celle du pays où l’expatrié réside. Si le senior décide d’élire domicile en Grèce, il percevra la base des tarifs dans le pays. S’il souhaite revenir dans l’Hexagone, il bénéficiera de nouveau de la Sécurité sociale de la France. A part l’Europe, d’autres pays comme le Brésil, l’Israël ont également signé l’accord avec la France. Ces pays étrangers sont au nombre de quarante environ. Dans tous ces pays, les retraités expatriés peuvent toucher le remboursement de soins de santé du pays où ils résident.

Pour les expatriés qui résident dans un pays n’ayant pas signé l’accord avec la France, la situation est différente. En effet, le senior ne bénéficiera plus de couverture sociale ni de remboursement relatif à ses frais de santé dans ces pays s’il y réside définitivement. S’il revient en France par la suite, il peut toujours retrouver ses avantages. En revanche, pour une personne âgée qui reste plus de 6mois sur le territoire français, l’État le considère comme un résident français. Il bénéficie ainsi de la couverture sociale de l’assurance maladie française.

Pour bien préparer son expatriation, il est conseillé au retraité ou au senior âgé de se renseigner sur les modalités de remboursement des frais de santé et l’assurance maladie dans le pays qui va l’accueillir. S’il a de fréquents soucis de santé, il aurait grand besoin de ces remboursements. Pour les retraités non français qui s’expatrient en France, il n’y a pas vraiment de problème. Ils payent juste une cotisation comme tous les autres adhérents à l’assurance maladie, cette participation étant obligatoire en France. Ils ont ainsi droit à une couverture sociale et une prise en charge de leurs dépenses santé. Notons également que la demande de l’obtention de la carte vitale de l’étranger et son renouvellement ne sont pas choses faciles. Si le titulaire de la carte l’a perdu ou l’a égaré, il aurait à suivre une démarche fastidieuse.

Pour simplifier la démarche, il y a un service gratuit offert par l’assurance maladie. Les retraités expatriés peuvent ainsi obtenir une carte vitale plus facilement, s’ils résident en Europe, en Suisse ou en dehors de l’UE. Ce service est accessible via le portail web d’Ameli. Le service destiné aux retraités français sur le site n’est pas payant.

Avant le départ à l’étranger, tout expatrié aurait à prévenir la caisse primaire d’assurance maladie et la caisse de retraite qu’il va s’installer à l’étranger. Cette information permet à ces deux organismes de définir la nouvelle couverture de l’expatrié. La caisse indique si le pays a fait une convention avec la France. A noter aussi que l’expatrié peut également se renseigner auprès du Centre de liaison européenne et internationale de la sécurité sociale.

Pour les seniors qui partent vivre en dehors de l’Europe, ils peuvent également souscrire à la caisse des Français de l’étranger. Cet organisme rembourse certains soins sous certaines conditions.

Outre l’avantage de l’assurance maladie, il est également conseillé au senior expatrié en France de souscrire une assurance santé ou une mutuelle santé senior afin de bénéficier d’un remboursement en complément de celui de la sécurité sociale. Ce type de couverture santé permet également d’avoir accès à des services d’assistance. Pour les retraités expatriés en France, cette solution est à préconiser, car non seulement elle permet d’être plus couvert dans le remboursement de soins de santé, mais elle offre également de tarifs qualité-prix compétitifs. Pour ce faire, le senior retraité pourrait faire une comparaison de coût de mutuelles santé senior en ligne le plus avantageux.

Pour le retraité français résidant à l’étranger affilié à la sécurité sociale qui souhaite avoir une prise en charge de ses soins lorsqu’il est en France pendant quelques mois, il peut remplir le formulaire d’inscription sur le portail web d’Ameli.

Un senior retraité ou un expatrié qui s’installe dans un pays autre que l’UE, le Suisse ou l’EEE ne bénéficie plus de la couverture sociale de l’assurance maladie. Toutefois, s’il est adhérent à la CFE, il pourrait toujours percevoir de remboursement sous certaines conditions. Pour les résidents dans les pays indiqués ci-haut, ils peuvent recevoir la prestation de l’assurance maladie de leur pays de résidence.

Deux réflexes principaux doivent être considérés par un retraité français qui doit partir à l’étranger. Avant de quitter le pays, quelle que soit la raison du voyage : professionnelle ou changement de domicile, quelle que soit la durée à moyen terme ou à long terme, quelle que soit la situation personnelle, le sujet se doit d’informer sa caisse d’assurance maladie et sa caisse de retraite. A ce moment, il est préférable que le retraité, sur le point de partir, connaisse déjà sa nouvelle adresse à l’étranger.

Puis, afin de pouvoir souscrire correctement un contrat d’assurance, le retraité doit se renseigner sur l’état sanitaire du pays étranger qui est sa destination et sa demeure pendant un certain temps. Il doit comprendre comment se déroule les prises en charge, les frais médicaux et le reste à charge. Il peut tenter de souscrire une mutuelle Santé à distance, et si possible engager une pré-souscription.

Ce second réflexe est primordial car les actes médicaux dans certains pays peuvent coûter très chers. Ainsi, pour garantir le remboursement les frais médicaux, il est important d’utiliser un comparateur de mutuelles et chercher des garanties qui contiennent également le rapatriement sanitaire si les problèmes sanitaires ne pourront être résolus sur place.

A noter que le retraité résident d’un pays étranger n’est plus couvert par l’Assurance Maladie. Ainsi, il faut chercher les informations sur l’existence ou non de convention de sécurité sociale entre la France et le pays de destination, surtout que c’est un pays hors UE/EEE. Si c’est le cas, le retraité affilé au régime français peut se faire rembourser ses frais de santé sur le lieu de résidence, ainsi que ses ayants droit.

La caisse d’assurance maladie du retraité peut fournir les informations y afférentes, sinon le Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale peut aider dans toutes les démarches à faire. L’adhésion à la Caisse des Français de l’Étranger ou CFE est aussi une solution pour prévoir les aléas de la vie à l’étranger. Pour se faire rembourser au mieux, des compagnies d’assurance privée existent partout dans le monde moyennant de cotisations supplémentaires.