Mutuelle santé senior ; les syncopes

Le grand âge est souvent synonyme de différents troubles neurologiques, psychiques, physiques. La syncope fait partie de ces maladies qui pourraient survenir aux seniors comme aux sujets jeunes. Cette pathologie bénigne se traduit par une perte de connaissance due à une mauvaise réaction du système nerveux ou à d’autres causes. Bien que sans conséquences graves pour la santé du patient, elle peut altérer sa qualité de vie. Tour d’horizon sur les symptômes, les causes et le traitement de cette pathologie.

Cette maladie consiste à la perte de connaissance de courte durée causée par une diminution passagère de la perfusion cérébrale. Des symptômes peuvent ou non annoncer sa venue comme les sensations de malaise, les vertiges ou les voiles devant des yeux. Cette incidence peut s’accroître avec l’âge. Sa fréquence par an est de 6 pour 1000. Cet évanouissement brutal peut être associé à un affaissement de la force musculaire qui engendre une chute. Cette défaillance est souvent brève et la victime reprend conscience rapidement.

Les causes de cet état inconscient sont nombreuses. 20 % des facteurs causant ce symptôme sont d’origine vagale, 10 % venant des problèmes de cœur, 10 % suite à une hypotension orthostatique.

  • la syncope peut provenir d’une émotion intense, d’une forte douleur, d’une chaleur suffocante, ou de la fatigue. Une personne fortement stressée ou fatiguée peut aussi montrer ces réactions inconscientes du système nerveux. La syncope entraîne une baisse du rythme cardiaque et de l’étirement des vaisseaux sanguin. Elle peut entraîner aussi une diminution de la venue du sang au cerveau et une perte de tonus musculaire.
  • la syncope peut résulter aussi d’un problème cardiaque comme l’infarctus, l’accélération anormale du rythme cardiaque, le rythme cardiaque lent… . Ces dysfonctionnements peuvent causer la baisse de l’apport sanguin et l’apport en oxygène au cerveau.
  • la toux intense pourrait être aussi la cause de cet état de défaillance transitoire. L’émission d’urine par évacuation de la vessie et la déglutition peuvent aussi être incriminées dans l’apparition d’une syncope. Ces situations peuvent causer une baisse de tension.
  • les personnes épileptiques ou ayant des crises de ce genre peuvent également avoir ce moment bref de perte de connaissance.
  • cette perte de connaissance peut avoir également quelque chose à faire avec un retard de règles, les douleurs abdominales, les maux de tête, les difficultés respiratoires etc.
  • enfin, dans le cadre de la syncope orthostatique, on peut citer également la baisse de la tension artérielle et la mauvaise répartition du sang dans le corps. Ce symptôme engendre la baisse de l’apport sanguin au corps et l’oxygène au cerveau. La victime peut alors avoir cet état subit de défaillance lorsqu’il se lève brutalement, lorsqu’il est debout pendant longtemps. Les femmes qui attendent un bébé et les personnes qui prennent des médicaments causant la chute de la pression artérielle comme les antidépresseurs peuvent être également concernées par cette syncope orthostatique.

Le traitement dépend des symptômes et du diagnostic du médecin. Pour faire le diagnostic de ce malaise, le médecin s’informera d’abord sur les circonstances provoquant la syncope, les signes ressentis par le patient avant sa perte de connaissance. Il demandera aussi s’il y a d’autres symptômes comme la nausée, la confusion… et se renseignera sur les antécédents médicaux et le traitement ou maladie actuels du patient. Après cela, il effectuera des examens comme l’ECG pour voir le problème du trouble cardiaque, le test d’orthostatisme pour détecter les chutes de la pression artérielle, les analyses de sang ou encore l’échographie cardiaque, les examens d’imagerie (scanner ou IRM) etc.

  • Concernant le traitement, dans le cas une syncope reflexe par exemple, il faut prendre des mesures urgentes. Les proches de la victime peuvent coucher la personne et relever ses jambes. Ce geste entraine l’accroissement de volume de sang qui monte vers le cœur. A noter que le seul moyen d’éviter ce genre de situation est d’appréhender les évènements déclencheurs.
  • si le patient a une syncope orthostatique, le traitement dépend du diagnostic du médecin. Ce professionnel de santé vérifiera s’il convient d’arrêter la prise de tel ou tel médicament ou réduire sa dose. Il orientera également le patient vers le traitement adéquat si une pathologie est en cause. Par exemple, si la victime a une hypotension, il prescrira un médicament pour augmenter sa pression artérielle. Le médecin peut également conseiller le patient sur l’importance de boire suffisamment de l’eau.
  • dans le cas d’un état de défaillance de courte durée provoquée par une pathologie aiguë, le traitement dépend de la maladie et de son évolution.
  • enfin s’il s’agit d’une syncope provenant d’un trouble cardiaque, il faut également passer par un professionnel de santé ou un cardiologue. Ce dernier fera le diagnostic des problèmes cardiaques (rythme cardiaque lent ou trop rapide…) et il peut conseiller la pose d’un défibrillateur implantable par exemple.

Les complications que peuvent résulter de la syncope sont les blessures, les bosses ou les plaies causées par la chute. Si la victime conduit une voiture, cela pourrait causer aussi un accident grave. D’où l’intérêt de soigner les maladies causant cette perte de connaissance pour éviter les chutes et les complications causés par les épisodes de syncopes. A noter que les syncopes cardiaques sont à prendre à sérieux. Elles peuvent être causées par des anomalies vasculaires, par l’arythmie, les troubles de conduction, la cardiomyopathie hypertrophique etc.
Concernant la prise en charge de l’assurance maladie de ce symptôme, il convient de se référer sur le site. Dans tous les cas, cette maladie bénigne ne fait pas partie des 30 affections de longue durée (ALD) remboursés par la caisse du régime obligatoire. Il s’avère judicieux ainsi de souscrire à une mutuelle santé qui prend en charge les maladies et traitement non remboursés par le régime obligatoire.
Afin de dénicher la mutuelle santé senior moins chère, il est recommandé de recourir à un comparateur de mutuelles santé. Cet outil gratuit et sans engagement les aide à dénicher en quelques clics parmi les nombreuses compagnies d’assurances santé et mutuelles présents sur le marché la mutuelle proposant le meilleur rapport qualité prix. Les seniors doivent chercher par exemple l’assurance santé complémentaire qui propose une prise en charge plus satisfaisante de poste de santé comme l’hospitalisation, les médicaments, les médecines douces…. s’ils souffrent de cette malaise. Ils doivent également vérifier si la mutuelle propose le tiers payant et si elle dispose d’un réseau de santé et de service d’assistance sans supplément de cotisation.

La prévention de ce trouble consiste à comprendre son origine et à identifier ses causes possibles. Si elle est causée par exemple par la baisse du volume du sang, il faut boire tout au long de la journée et ne pas oublier de porter de bas de contention. On peut également faire des gestes simples comme serrer fort les mains pour améliorer le retour des veines.
Dans le cas d’une syncope orthostatique, il convient aussi de se lever lentement du lit afin d’éviter un éventuel évanouissement. Il est nécessaire aussi de dormir avec deux coussins et porter des bas à varices si la personne une mauvaise circulation des veines des jambes. Enfin, l’arrêt de la consommation de tabac, de l’alcool, le soin de diabète, de cholestérol permet aussi de traiter la maladie cardiaque.