Mutuelle santé senior : le lymphome

Cette forme de tumeur maligne du système lymphatique affecte notamment les personnes de 15 à 70 ans avec un taux d’incidence de 60 % chez les hommes. Elle se caractérise par la multiplication maligne des cellules lymphoïdes dans le corps humain. Presque la moitié des cancers sanguins sont des lymphomes. Les soins et le traitement de cette maladie sont pris en charge à 100 % par l’Assurance-maladie, mais cette couverture est limitée. La souscription à une mutuelle santé senior permet de compléter le remboursement des soins. Tour d’horizon sur les symptômes, les causes et traitement du lymphome.

Les lymphomes sont des maladies du sang dont la maladie de Hodgkin représente plus de 40% des lymphomes malins. La cause de la maladie est encore inconnue, seulement le taux de survie à plus de 5 ans est de 75%, voire plus. A noter que les lymphomes malins touchent surtout les hommes et regroupent les lymphomes hodgkiniens et les lymphomes malins non hodgkiniens ou LNH. Cependant, les causes de certains LNH ont pu être identifiées, entre autres l’Immunodépression sévères congénitale ou acquise, puis le LNH de Burkitt africain, le lymphome associé à un rétrovirus et enfin le LNH du Malt associé à l’infection chronique gastrique par heliobacterpylori. A noter que les LNH sont des affections malignes qui apparaissent au sein des tissus lymphoïdes ou dans des localisations extra-ganglionnaires, par exemple le tube digestif, la cavité buccale, la peau, le système nerveux central, les testicules, etc.  La fréquence des lymphomes malins s’accoise dans le temps.

La connaissance du grade de la tumeur est nécessaire pour définir la vitesse d’évolution des cellules du lymphome et pour déterminer le traitement le plus adéquat. En effet, chaque lymphome se détermine par un degré d’agressivité, autrement appelé grade.  Les lymphomes de grade inférieur ou de faible malignité se développent très lentement, tandis que ceux de haut grade ou de malignité intermédiaire ou de malignité élevée représentent des tumeurs agressives et évoluent rapidement. En voici un tableau qui affiche les stades d’évolution des lymphomes.

  • Stade 1 (début de la maladie) :le cancer se trouve dans un groupe ganglionnaire ou dans un organe ou région à l’extérieur des ganglions lymphatiques.
  • Stade 2 (maladie localisée avancée) :le cancer s’éparpille dans plusieurs groupes ganglionnaires qui se trouvent du même côté du diaphragme.
  • Stade 3 (maladie avancée) :le cancer se trouve dans les groupes ganglionnaires situés des deux côtés du diaphragme.
  • Stade 4 (extension de la maladie) :le cancer se repend dans plusieurs organes en dehors des ganglions lymphatiques et de la rate, et à un ou plusieurs organes tels que les os, la mœlle osseuse, la peau ou le foie.

Le lymphome qui touche la famille des globules blancs se décline en deux types : le lymphome de Hodgkin (LH) et les lymphomes non Hodgkiniens. La première forme de lymphome est rare. Les patients victimes sont des jeunes adultes âgés entre 20 et 30 ans et des personnes de plus de 60 ans. Le taux de guérison de ce type de cancer est élevé. Les lymphomes non Hodgkiniens, quant à eux, apparaissent plus fréquemment chez les hommes âgés entre 60 et 65 ans. Ils infiltrent le système lymphatique. On les classe en lymphome indolent avec une évolution lente et en lymphome agressif avec une évolution rapide.

Pour la première forme de lymphome, les signes indicateurs surviennent tardivement. La malade a de la fièvre, se sent fatiguer et affiche une perte de poids. Le gonflement de ganglions dans le cou, la nuque et l’aine, la difficulté de respiration et la toux persistante qui caractérisent l’état d’une personne ayant une infection latente sont aussi des symptômes de ce lymphome indolent et agressif. Le malade peut avoir aussi des sueurs nocturnes et une grande fatigue. Certains patients peuvent également avoir des démangeaisons. A souligner que ces symptômes peuvent aussi apparaître dans le cas d’autres maladies graves comme la tuberculose, la grippe ou une infection causée par des virus. Ces signes peuvent ne pas alerter le patient car, ils peuvent disparaître dans le temps, mais dans le cas grave d’un lymphome, ils persistent et s’aggravent au fil du temps.

Si les tissus lymphatiques à l’intérieur de l’abdomen ou de l’estomac sont, par exemple, affectés par cette maladie, cela pourrait causer une accumulation de liquide et un gonflement près des intestins. Ce qui finirait par provoquer des diarrhées ou des ingestions au patient. De plus, le gonflement des ganglions lymphatiques pourrait aussi comprimer une veine et des engourdissements. A noter également que comme tout type de cancer, lorsque le lymphome évolue et touche les autres organes, le système immunitaire de la malade est défaillant.

Les chercheurs sont encore en train d’étudier les causes de cette infection. Il se peut que certaines personnes soient prédisposées à cette pathologie. La pollution est également incriminée dans son apparition même s’il n’y a actuellement aucune preuve permettant d’indiquer les facteurs favorisant le développement de ce type de cancer. L’infection à Helicobacter pilori et le virus d’Epstein-Barr semblent avoir un lien avec le développement de certains lymphomes non hodgkiniens.
Certains lymphomes non Hodgkiniens proviennent aussi d’un SIDA ou d’autres pathologies auto-immunes ou le lymphome associé à l’HTLV1, un retrovirus qu’on retrouve exceptionnellement en Europe.

Le diagnostic est incertain parce que les signes indicateurs de cette tumeur maligne n’apparaissent pas dans tous les cas. Consulter son médecin traitant périodiquement est ainsi de mise. En effet, il fera un examen physique complet afin de découvrir la présence d’un ganglion dans le cou, l’aine, sur les épaules, sous le menton, etc. Il examinera aussi les autres parties du corps s’il n’y pas du liquide dans la poitrine ou l’abdomen du patient. Un tel symptôme pourrait être causé par le gonflement des ganglions lymphatiques. Il vérifiera également si le patient n’a pas une faiblesse résultant de l’hypertrophie de ganglions lymphatiques et leur compression contre les nerfs. L’examen de l’abdomen lui permet également de savoir s’il n’y a pas d’hypertrophie de la rate. Si après auscultation et examen, il suspecte le début ou le développement d’un lymphome, il prescrira par la suite un prélèvement sous anesthésie locale d’un ganglion lymphatique ou une biopsie sanguine en complément des analyses de sang et des radiographies.

Après avoir fait le diagnostic, les médecins font une concertation pour choisir le traitement adapté au cas du patient. Pour le type de lymphome Hodgkinien, ils peuvent opter pour la chimiothérapie associée à la radiothérapie. Ce dernier traitement se fait par rayonnement ionisant. Pour le lymphome non Hodgkinien, la chimiothérapie peut être aussi envisagée couplée avec le traitement par anticorps monoclonaux. La chimiothérapie permet d’éliminer les cellules cancéreuses et de tuer les agents pathogènes. Notez toutefois que Cette thérapie a des effets secondaires comme le risque d’infertilité, la chute des cheveux…

C’est pour cette raison qu’avant le traitement, les médecins en charge du cas de la malade pourraient conserver le sperme et les ovocytes si cela est nécessaire. A la fin du traitement, l’équipe médicale effectue encore un suivi sur plusieurs années pour savoir s’il n’y ait pas de récidive. Ainsi, pendant les 5 années après le traitement, le patient pourrait être amené à faire un bilan sanguin ainsi qu’un scanner pelvien, abdominal dans les 6 mois après le traitement et un an plus tard.

Bon à savoir : 9 patients sur 10 dans un stade initial du lymphome non Hodgkinien peuvent être guéris.

Les personnes âgées qui souhaitent bénéficier d’une meilleure prise en charge des soins liés à un éventuel cancer, que ce soit ce lymphome ou toute autre tumeur maligne, ont intérêt à souscrire à une assurance santé complémentaire senior. La mutuelle santé intervient en effet en complément du remboursement incomplet de la Sécurité sociale.

A titre de rappel, le lymphome fait partie des 30 maladies remboursées par la Sécurité sociale à hauteur du 100 % de la BRSS. La prise en charge concerne les actes médicaux et les examens nécessaires au traitement de cette maladie. Cela inclut les frais d’hospitalisation, les médicaments, etc. En revanche, certaines dépenses sont à la charge du patient comme la participation forfaitaire de 1 euro, la chambre particulière ainsi que les dépassements d’honoraires pratiqués par les spécialistes et les professionnels de santé. Le forfait hospitalier et le traitement des actes qui ne se trouvent pas dans le protocole de soins restent aussi à la charge de l’assuré.

Pour bénéficier d’un meilleur remboursement, d’autant plus que le traitement de cette maladie est long et onéreux, il convient ainsi de souscrire à une mutuelle santé senior. Cette assurance santé complémentaire n’est pas forcément chère. Il suffit de recourir à l’outil de comparaison de mutuelles pour s’en assurer. Cet outil gratuit permet en effet de dénicher en quelques clics la mutuelle santé la moins chère avec les garanties correspondant à ses besoins. Après cette comparaison, il suffit de vérifier les détails comme la rapidité du remboursement, le tiers payant, etc.

Ce groupe allemand présent dans plus de 70 pays et comptant 5 millions d’assurés en France fait propose aussi une mutuelle santé senior. Son contrat se décline en 3 modules avec 6 niveaux de modules et des renforts. A titre d’exemple, pour l’implant dentaire, le senior peut bénéficier d’un forfait de remboursement de 300 euros et d’une prise en charge de prothèses dentaires à hauteur de 200 % de la BRSS. Pour les prothèses auditives, ils peuvent aussi obtenir un forfait allant jusqu’à 450 euros contre 180 euros pour l’optique.

Le tiers payant est proposé pour tous les postes de soins de santé. Des sérieuses prestations d’assistance accompagnent aussi cette formule Composio senior. Ce service assistance inclut la téléassistance. Ce service par téléphone permet d’obtenir les informations sur :

  • les urgences,
  • les structures sanitaires, leurs coordonnées et spécialités,
  • des conseils sur le problème de poids, d’alcool, de tabac, les pathologies de 3ème et de 4ème âge,
  • l’alimentation à prendre en fonction de certaines maladies comme le lymphome et les informations spécifiques à cette pathologie.
  • l’assistance à domicile en cas d’accident, de décès, de livraison de médicaments en urgence, de l’assistance des enfants à charge pendant la durée d’une hospitalisation imprévue de plus de 24 h de l’assuré, de l’assistance aux ascendants dépendants à charge etc.

Les intéressés peuvent demander un devis gratuit sur le site de l’assureur ou se rendre auprès de l’agence la plus proche. Ils peuvent également recourir à un comparateur de mutuelles pour dénicher la mutuelle senior la moins chère.