Mutuelle santé senior : la fatigue chronique

Au fur et à mesure que les années passent, diverses maladies pourraient survenir à un senior. L’une de ces pathologies est la fatigue chronique. Presque le quart des patients qui consultent un médecin souffre de ces syndromes qui se traduisent comme une fatigue persistante et intense pendant une période assez longue. Même si les femmes âgées sont les plus atteintes par cette infection, les personnes plus jeunes en sont également victimes. Pour bénéficier d’une prise en charge adéquate et d’une indemnisation en cas d’arrêt de travail lié à ce problème de santé, les seniors ont intérêt à souscrire à une mutuelle santé senior. Cette solution leur permet également de maîtriser les dépenses de frais de santé qui pourraient impacter sur leur budget.

Les capacités physiques, intellectuelles et cognitives s’amenuisent à l’approche de la vieillesse. Les risques de contracter différentes maladies sont ainsi plus élevés. En ce qui concerne la fatigue chronique, les origines de cette maladie neurologique font encore l’objet d’étude des chercheurs. Mais ils ont fait remarquer que les personnes touchées par cette infection avaient une vie normale et saine avant l’apparition des symptômes. Parmi les éléments déclencheurs de cet état de fatigue, les médecins avancent les causes suivantes :

  • une infection virale ou bactérienne
  • une origine psychologique (stress chronique) ou environnementale
  • un problème de santé comme la présence d’une maladie endocrinienne (l’hypothyroïdie, l’hypophysaire), métabolique (diabète, insuffisance rénale), le cancer, une infection digestive (maladie de Crohn, syndrome de l’intestin irritable), un AVC, une maladie neurologique (maladie de Parkinson), une maladie respiratoire (bronchite chronique), une maladie du foie, une insuffisance cardiaque etc.
  • une mauvaise hygiène de vie ou un régime alimentaire mal équilibré
  • prise de certains médicaments ou prise de drogues ou consommation en excès de l’alcool ou de tabac
  • exposition à des insecticides ou pesticides

Cette maladie survient d’une façon soudaine. Elle apparaît comme une baisse subite et importante d’énergie. Cette fatigue résiste au repos et dure dans le temps, allant jusqu’à 2 ans. La lassitude s’accompagne d’une sensation d’épuisement, de maux de tête, d’un problème de concentration ou de somnolence excessive et des douleurs articulaires ou musculaires.
Ce qui rend difficile à la personne atteinte de la maladie l’accomplissement des activités au quotidien. On considère que la personne souffre de « fatigue chronique » lorsque cet état perdure pendant 6 mois.
Cette pathologie est à ne pas confondre avec la dépression. En effet, le dépressif perd l’intérêt dans tout ce qu’il fait. Il souffre également de troubles de sommeil et d’une faible estime de soi, voire des pensées suicidaires. Ces troubles ne sont pas diagnostiqués chez le « fatigué chronique ». En revanche, la fatigue persistante et les douleurs articulaires sont susceptibles de s’aggraver si le patient souffrant de cette maladie continue à exercer une activité. A noter aussi que cette pathologie n’est pas transmissible par voie génétique. Elle n’est pas non plus contagieuse.

Le dépistage de cette maladie requiert de nombreux tests médicaux. Cela permet de trouver la maladie en cause qui pourrait entraîner la baisse persistante d’énergie, par exemple une insuffisance surrénalienne, malnutrition, hypercalcémie, hépatite, tuberculose… Le médecin établit la présence d’un syndrome de fatigue chronique lorsque les bilans montrent l’inexistence des autres maladies. Le diagnostic de cette maladie est donc difficile d’autant plus que l’évolution de cette pathologie se fait par poussés de manière cyclique.

Concernant le traitement du syndrome de la fatigue chronique, pour le moment, il n’existe pas encore de traitement spécifique pour guérir complètement cette maladie. Dans tous les cas, le médecin préconise un changement d’alimentation et une prise en charge du problème de santé qui pourrait causer les symptômes de fatigue. Après ce traitement, la majorité des patients retrouvent leur capacité au bout de 5 ans.