Mutuelle pour auto entrepreneur dépanneur informatique

Le statut d’auto-entreprise ou de micro-entreprise permet de ne pas trop prendre de risques dans une exploitation d’autant plus qu’il n’exige pas de formalités administratives compliquées. Les professionnels exerçant sous ce statut sont affiliés au régime social des indépendants. A ce titre, ils ont besoin d’une assurance santé complémentaire afin de compléter le remboursement insatisfaisant du régime obligatoire. Le dépanneur informatique fait partie de ces micro-entrepreneurs. Le point sur les fonctions, les risques professionnels et la mutuelle adaptée aux besoins de cet entrepreneur autonome.

Ce professionnel a pour fonction de réparer et d’installer les ordinateurs défectueux et ses périphériques. Il effectue la réparation de leur panne que ce soit à cause d’un défaut de logiciel, d’un virus ou à cause du mécanisme de l’ordinateur. Il fait aussi la mise en place de connexion internet, le changement des pièces et le nettoyage des différents composants des appareils informatiques. Ce professionnel peut également acheter et revendre les composants informatiques directement. A ce titre, il peut se déplacer à domicile des particuliers ou auprès des professionnels qui l’appellent.
Pour pouvoir exercer ce métier, il faut avant tout avoir acquis de l’expertise dans le domaine informatique et savoir manier les logiciels et les autres composants de l’ordinateur. La connaissance des dernières versions des logiciels et des nouveautés dans le domaine est aussi nécessaire. Un dépanneur informatique doit aussi être réactif et organisé afin que son client n’attende pas pendant longtemps la disponibilité de son appareil. La bonne gestion de son planning est aussi requise afin qu’il puisse prendre en charge la réparation de nombreux appareils dans le temps. La bonne écoute et la patience sont également utiles afin de bien cerner les problèmes de l’appareil et apporter des préconisations efficaces.
Cette activité n’est pas réglementée. En d’autres termes, le métier n’exige pas de formation ou de diplôme. Certains dépanneurs en informatique sont ainsi des autodidactes, d’autres suivent une formation après le bac Pro jusqu’au DUT, le BTS ou la licence. A noter que ce professionnel peut aussi ajouter une autre activité après le lancement de son auto-entreprise de dépanneur informatique.

Les principaux risques de ce métier sont la fatigue oculaire, les contraintes organisationnelles entraînant le stress et les éventuels troubles musculo-squelettiques. En effet, le travail continu sur écran entraîne la fatigue visuelle. Les positions statiques assises peuvent aussi aggraver les troubles de musculature. Par ailleurs, dans ce secteur, les contraintes de temps et la mauvaise organisation de son planning peuvent engendrer aussi du stress, de l’irritabilité, du manque de sommeil à ce professionnel. Voilà pourquoi les médecins de travail et les ergonomes lui conseillent la pose d’écran de protection, l’ergonomie du poste et la place de l’ordinateur par rapport à la lumière pour maîtriser les risques de fatigue oculaire. Afin d’éviter un traitement coûteux en cas de maladie ou de pathologie, il aura ainsi intérêt à souscrire à une complémentaire santé pour indépendant qui complètera le remboursement incomplet du régime obligatoire et qui prend aussi en charge les dépenses de soins et médicaments non remboursés par le régime obligatoire.

La troisième compagnie d’assurance mondiale Generali fait aussi partie des assureurs proposant une assurance santé pour les auto-entrepreneurs. Ce contrat prévoit de meilleurs remboursements pour les soins courants, l’optique, le dentaire. Il se décline en 6 niveaux de remboursement s’échelonnant entre 100 % à 500 % de la BRSS selon le poste de santé.
Voici quelques extraits de cette garantie :

  • les honoraires chirurgicaux des praticiens adhérents au CAS sont remboursés à hauteur de 200 % contre 100 % pour les non-adhérents.
  • la chambre particulière est couverte à hauteur de 5 % PMSS par jour tandis que l’hospitalisation à domicile est remboursée à hauteur de 400 % de la BRSS dans la formule la plus élevée
  • les auxiliaires médicaux, les analyses, les radios et les actes techniques sont quant à eux pris en charge à hauteur de 400 % de la BRSS. Le contrat prévoit aussi un forfait de remboursement de pharmacie comme les pilules contraceptives, les traitements progestatifs, les implants et les contraceptifs non pris en charge par la sécurité sociale à hauteur de 150 euros par jour.
  • concernant les soins dentaires, ils sont remboursés à hauteur de 500 % de la BRSS.

Les auto-entrepreneurs intéressés peuvent faire une demande de devis gratuit sur le site de l’assureur ou recourir au comparateur de mutuelles en bas de ce site pour dénicher la complémentaire santé moins chère.