Mutuelle pour auto-entrepreneur : correcteur-relecteur

Les TNS qui adoptent ce régime jouissent d’avantages fiscaux et administratifs non négligeables. En effet, ils peuvent payer leur cotisation en fonction du chiffre d’affaires qu’ils ont réalisé. De plus, dans l’ensemble, le lancement en auto-entreprise ne nécessite pas un budget très conséquent. Cependant souscrire une assurance santé qui complète le remboursement incomplet de l’assurance-maladie est recommandé, en cas de maladie. En effet, leurs frais de santé peuvent leur coûter cher. D’autant plus qu’ils ne bénéficient pas des avantages du contrat Madelin. Les correcteurs-relecteurs choisissent généralement le statut d’auto-entrepreneur pour exercer. Tour d’horizon sur les fonctions, les risques professionnels liés à ce métier et la mutuelle adaptée à ce professionnel.

La maîtrise de la langue d’exercice est nécessaire pour devenir correcteur-relecteur. Il a généralement un œil d’expert et repère la virgule mal placée, la redondance, les verbosités, les mauvaises syntaxes, les coquilles, les fautes d’orthographe… Il travaille notamment dans le monde de l’édition des livres, des magazines ou des journaux ou dans une entreprise web, mais il peut aussi opérer en tant qu’auto-entrepreneur. Ses missions consistent à relire et à corriger un texte sur écran ou sur papier avant la publication finale. La relecture s’articule autour de la correction des fautes d’orthographe, de grammaire etc. d’un texte tandis que la partie correction concerne la révision de la justesse des références, des citations, des sources… ainsi que le respect des règles de mise en page. Généralement, un correcteur-relecteur n’entreprend pas la reformulation d’un texte. Cependant, son client peut lui demander de reformuler les phrases maladroites en fonction de son contrat. Lorsque son travail est fini, corrigé et annoté, il le soumet à son client pour validation. Puis le document est transmis à l’imprimeur ou au metteur en pages. Les personnes qui possèdent les diplômes suivants peuvent exercer ce métier : BTS édition, licence en lettres classiques ou lettres modernes ou langues étrangères appliquées ou mieux, un master dans le domaine des lettres, arts et sciences humaines. Les autodidactes ont également la possibilité de pratiquer ce métier. Sinon, la rigueur, l’excellente maîtrise de la langue française, une bonne culture générale, l’aisance dans l’écriture, la bonne gestion de son temps sont nécessaires pour exercer ce métier.

Comme tout travail sur écran et en auto-entreprise, les risques professionnels concernent le stress dû aux contraintes organisationnelles et au respect des délais de livraison ainsi que les problèmes visuels et les troubles articulaires et posturaux liés à la position assise devant l’écran. Pour éviter les problèmes de santé qui peuvent découler de ces horaires atypiques et la surcharge de travail, ce professionnel bénéficie d’un remboursement de soins de santé intéressant. En effet, si ses dépenses santé sont trop élevées, cela impacte ses revenus et éventuellement sa capacité à continuer son travail. Il est donc judicieux pour cet auto-entrepreneur de souscrire une mutuelle santé qui lui propose une prise en charge adaptée à ses besoins en matière de dépenses optiques, dentaires, hospitalisation, médecines douces, maternité etc.

Le contrat dédié aux auto-entrepreneurs de cette mutuelle propose une prise en charge allant jusqu’à 500 % des honoraires généralistes et spécialistes DPTAM contre 200 % pour les honoraires des professionnels de santé non DPTAM. La formule prévoit un remboursement de la chambre particulière allant jusqu’à 130 euros par jour et un forfait de 650 euros pour le remboursement d’une paire de lunettes. Les intéressés peuvent demander un devis gratuit pour ce contrat. S’ils souhaitent accéder à une mutuelle santé pas chère, ils peuvent recourir gratuitement à l’outil de comparateur de mutuelles en bas de ce site.