Mutuelle pour auto entrepreneur : antiquaire

Le régime de micro-entreprise permet de bénéficier de certains avantages : déduction forfaitaire, simplicité des obligations comptables… Toutefois, un auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur ne peut pas profiter des avantages fiscaux dans le cadre de la loi Madelin. Comme tout travailleur non salarié (TNS), ce professionnel a intérêt à souscrire une complémentaire santé, afin de compléter la prise en charge du régime social des indépendants. L’antiquaire fait partie des professionnels classés dans cette catégorie. Zoom sur ce métier, ses risques professionnels et la mutuelle santé pour indépendant adaptée à ses besoins.

Un antiquaire collectionne, valorise et vend au plus offrant des objets anciens comme les œuvres d’art, des bijoux, des meubles, des bibelots… datant de plusieurs décennies ou siècles. Il n’exerce pas la même activité que le brocanteur, car ce métier nécessite tout de même de spécialisation de 2 à 3 ans au minimum en arts anciens et en histoire. C’est indispensable car il doit bien connaître l’objet qu’il vend. Grâce à sa connaissance approfondie des antiquités et des pièces rares, il est capable d’identifier rapidement un objet est antique et de distinguer les contrefaçons. De plus, il exerce également de petits travaux de restauration sur les objets avant de les proposer à la vente et il garantit l’authenticité de la pièce. L’antiquaire est inscrit au registre de commerce, et il paie des taxes en fonction de son chiffre d’affaires. Ce qui n’est pas le cas des brocanteurs. Pour pouvoir réaliser un chiffre d’affaires, l’antiquaire doit avoir un carnet bien fourni. Il doit notamment connaître des amateurs d’œuvres d’art et des personnes influentes qui pourraient être intéressés par les objets qu’il met à la vente.

Du fait qu’il doit se déplacer souvent chez les particuliers et fréquenter les salles de vente et les salles d’exposition afin de dénicher les objets rares et anciens qu’il va acheter et revendre ensuite, L’antiquaire subit de nombreuses contraintes liées à son activité. Il est généralement soumis à des contraintes physiques ou du stress. Outre les risques liés à la fatigue, au stress , aux divers modifications d’horaires subies , il peut aussi contracter d’autres pathologies qui ne sont pas forcément liées à ses activités. Il peiut souffrir de maux divers, tels que des problèmes auditifs, oculaires, dentaires, des troubles circulatoires ou d’autres pathologies comme les troubles gastriques ou intestinaux (ulcères, ballonnements). Pour profiter d’un remboursement plus satisfaisant surtout en cas de traitement dû à une affection de longue durée, il lui est recommandé de souscrire une complémentaire santé adaptée aux besoins d’un micro-entrepreneur. Cette couverture supplémentaire permet de bénéficier d’une prise en charge plus intéressante au niveau des postes de soins comme les séjours hospitaliers, les soins dentaires et audio, la médecine douce etc.

L’antiquaire peut recourir au comparateur de mutuelles (disponible en bas de ce site) pour dénicher l’assurance santé complémentaire adaptée à ses besoins et budget. Cette démarche est gratuite et sans engagement. Parmi les mutuelles disponibles, on peut citer Smam qui propose un contrat appelé Smam équilibre + . Celui-ci est adaptée aux besoins d’un auto-entrepreneur. Cette gamme sans questionnaire de santé, ni délai de stage, ni limite d’âge est répartie en 4 formules. L’assuré bénéficie aussi du tiers payant. Le niveau le plus performant permet de bénéficier d’un remboursement des dépassements d’honoraires des médecins et spécialistes jusqu’à 175 % du BRSS et des prothèses dentaires et de l’orthodontie jusqu’à 200 % du BR. Il existe un forfait de prise en charge de soins issus de la médecine douce sur tous les niveaux.