Mutuelle pour auto entrepreneur chauffeur VTC

Le régime de micro-entreprise s’adapte aux besoins de certains travailleurs qui souhaitent bénéficier d’obligations comptables simples et d’avantages administratifs intéressants. En effet, le montant de la cotisation sociale d’un micro-entrepreneur est calculé en fonction de leur chiffre d’affaires. Ils n’ont, de plus, pas besoin d’être à la tête d’un budget conséquent lors du lancement de leur activité. Toutefois, ils ont intérêt à compléter la prise en charge de la sécurité sociale des indépendants, d’autant plus qu’ils ne sont pas éligibles aux avantages du contrat Madelin. Le chauffeur VTC fait partie de ces professionnels. Le point sur ce métier, ses risques professionnels et la mutuelle santé « auto-entrepreneur » adaptée à ses besoins.

Le chauffeur de VTC ou véhicule de tourisme avec chauffeur propose les mêmes prestations qu’un chauffeur de taxi. Il conduit une personne d’un point A à un point B au bord de son véhicule, mais son service est considéré comme haut de gamme et les conditions de prises en charge sont fixées à l’avance entre les deux parties. Le VTC ne peut pas prendre en charge plus de 9 passagers, sinon il est catégorisé dans le transport lourd des personnes. Cet auto-entrepreneur peut travailler en tant que partenaire d’un hôtel ou d’une société ou offrir ses services à une plateforme de réservation de VTC avec chauffeur. Pour exercer ce métier, il faut obtenir une carte professionnelle VTC, délivrée par la préfecture. L’obtention de cette carte requiert la réussite à un examen VTC, divisé en 7 modules théoriques et un examen pratique. Le chauffeur VTC doit aussi avoir un permis de conduire de plus de 3 ans, présenter un casier judiciaire vierge et suivre une formation de 7 heures tous les 5 ans. Enfin, sur le plan de l’immatriculation, le chauffeur VTC doit s’acquitter de 170 euros tous les 5 ans. Ce qui reste très abordable comparé à la licence coûteuse d’un chauffeur de taxi.

Le chauffeur VTC est particulièrement exposé aux risques de problèmes dorsaux et lombaires, aux accidents de la route pouvant causer un handicap physique, aux pathologies cardiovasculaires et respiratoires, liées au stress. Ce professionnel peut aussi avoir des troubles gastriques et intestinaux, du fait d es horaires de repas. Et même si le chauffeur VTC conduit une voiture permettant l’adoption de postures au volant, il doit effectuer une visite médicale annuelle pour surveiller son état de santé. En effet, en cas de pathologies graves, un auto-entrepreneur prend en charge les dépenses santé non remboursées par la sécurité sociale des indépendants. Ce qui pourrait impacter sur ses revenus et sa finance. Pour éviter ces difficultés financières, il est judicieux pour ce professionnel de souscrire à une mutuelle pour auto-entrepreneur comme Apicil.

Ce groupe de protection sociale français, créé dans les années 40, commercialise un contrat d’assurance santé dédié aux auto-entrepreneurs. Ce contrat propose une prise en charge allant jusqu’à 500 % du BRSS pour les poste de médecine courantes des honoraires des généralistes et spécialistes DPTAM et 200 % du BRSS pour les non-DPTAM. En cas d’hospitalisation, l’auto-entrepreneur peut obtenir un remboursement de la chambre particulière allant jusqu’à 70 euros par jour. Concernant le remboursement des postes dentaire et optique, le contrat prévoit une prise en charge allant jusqu’à 500 % du BRSS avec un plafond de 1 800 euros par an et un forfait de 650 euros pour un monture et deux verres. Les intéressés peuvent réaliser une demande de devis gratuit sur le site d’Apicil. S’ils souhaitent dénicher une mutuelle « auto-entrepreneur » pas chère, ils peuvent aussi recourir au comparateur de mutuelles gratuit en bas de ce site.