Limitation de la prise en charge des diabétiques par l’Assurance maladie

Le diabète touche en moyenne 3 millions de Français et les chiffres ne font qu’augmenter. Il s’agit d’une maladie à longue durée qui nécessite un traitement qui dure toute une vie. En effet, depuis toutes ces années, les experts n’ont pas encore trouvé une alternative efficace pour lutter contre cette maladie.

Le diabète est une anomalie du corps incapable de gérer le niveau de sucre dans le sang. Il peut être héréditaire dans certains cas. Il peut aussi être le résultat de quelques anciennes mauvaises habitudes : l’alcoolisme, l’abus de la malbouffe, le surpoids, etc. Dans la société, on peut trouver du diabète de type A ou B et le diabète gestationnel qui est passager. La dernière étant une augmentation du taux de sucre dans le sang à cause de la grossesse qui est à risque.

Sachez que le diabète peut toucher aussi bien les adultes que les enfants et les traitements sont les même pour tout le monde : de l’exercice physique et la prise de médicament ou des injections.

Les personnes atteintes de cette maladie doivent utiliser un lecteur de glycémie afin de tester leur taux de diabète. Pour cela, il faut disposer des bandelettes d’autocontrôle. Le problème souvent rencontré c’est que le remboursement de ces bandelettes est faible et l’assurance maladie n’assure le paiement qu’une fois par an. Ce mode de couverture risque d’alourdir les charges des patients, car ils devront attendre un an pour être indemnisés.

La Haute Autorité de Santé ou la HAS oblige les diabétiques de type 1 et de type 2 à faire des tests d’auto-surveillance 4 fois par jour au minimum. Les femmes enceintes sont aussi recommandées à effectuer ce genre de test afin d’éviter les conséquences néfastes. En ce qui concerne les personnes non-insulinodépendants, il est conseillé de faire deux tests par jour.

Les diabétiques doivent profiter d’un suivi médical minutieux. Pour cause, il faudra non seulement adapter les traitements en fonction du taux de diabète dans le sang, mais aussi il faudra vérifier l’état de santé en général du patient afin de palier aux éventuelles complications médicales. En outre, ceux qui souffrent de diabète devront faire attention à ne pas se blesser, car cela pourrait entrainer une amputation des membres dans certains cas pour éviter les infections.

Heureusement, tant les déplacements pour les suivis et les soins avec un taxi conventionné que les soins médicaux et les traitements ainsi que les hospitalisations en tout genre peuvent être pris en charge par la SECU et l’assurance santé complémentaire. Ne vous laissant ainsi qu’un minimum de reste à charge.

Les prix des bandelettes sont élevés alors que les gens diabétiques ont besoin d’une surveillance sévère. Pour réduire les dépenses de santé et pour assurer la santé de ces personnes, les assurances complémentaires leur proposent un remboursement partiel ou total des bandelettes utilisées par ces dernières. Ainsi, elles n’auront plus aucun souci et elles peuvent effectuer quotidiennement leurs tests d’auto-surveillance.

Généralement, une meilleure complémentaire assure la couverture de ces lecteurs de glycémie et de ces bandelettes. En outre, elle peut prendre en charge des cures et des suivis alimentaires des patients ainsi que les frais non indemnisés par le régime obligatoire.

Il est recommandé aux patients de souscrire à une mutuelle santé afin de bénéficier d’une bonne couverture. Plusieurs sites proposent des complémentaires, mais le choix n’est pas toujours facile. Il y en a celles qui offrent une prise en charge de vos traitements et celles qui procurent une formule plus intéressante comme le remboursement intégral de vos bandelettes et de vos dépenses non acquittées par la Sécurité Sociale.

Avant d’opter pour une complémentaire, il est nécessaire de définir vos attentes primordiales. Après cela, il faut effectuer une recherche en ligne. A cet effet, un formulaire à remplir vous sera proposé. Par la suite, le comparateur listera les formules qui correspondent à vos besoins et à votre revenu. Pour ne pas se tromper, il est possible de demander un devis ou de faire appel à un conseiller de mutuelle. Le courtier peut analyser les offres et vous guidera vers la bonne voie. Par ailleurs, il faut bien connaître les modes de remboursement et le taux pratiqué par les organismes d’assurance.