Santé seniors après 50 ans : diminution de l’audition et hypersensibilité au bruit

On dit souvent que l’âge avancé n’améliore pas les choses, surtout la santé. En effet, les problèmes comme la baisse de mémoire, la diminution de l’acuité visuelle et de l’audition, les divers troubles des appareils de la digestion ou autres organes surviennent souvent vers 55 à 60 ans. Ces problèmes de santé sont dus à la modification du métabolisme. Mais aujourd’hui, nous allons parler de la baisse de l’audition et de l’hypersensibilité au bruit. C’est un phénomène qui ne touche pas uniquement les seniors âgés, mais aussi les personnes plus jeunes, bien que les signes de surdité s’accroissent avec l’âge. Quels sont les causes et le traitement de cette altération de la performance de l’audition ? Les réponses dans l’article suivant.

Les chercheurs disent que la perte de la vue et la perte d’audition augmentent avec l’âge. Cela est tout à fait vrai car dans son entourage, si on vit avec les seniors d’un grand âge de 70 ans, on remarque qu’ils ne voient pas bien loin et font souvent répéter les questions qu’on leur pose. Les symptômes de la perte auditive sont même plus graves si la personne était exposée aux bruits bruyants dans son passé. Par exemple, si elle avait l’habitude d’écouter de la musique trop forte, ou elle entendait tous les jours les bruits des usines, des embouteillages, ou des cris des nourrissons et des enfants. Car les bruits fatiguent et affaiblissent les capacités auditives humaines avant de détruire les cellules sensorielles de l’oreille. Pour la petite info, l’oreille est composée de quelque 15 000 cellules sensorielles. Celles-ci ont pour rôle de transmettre les sons de l’oreille vers le cerveau. Ces cellules se démarquent par leur fragilité. Si elles sont agressées à cause d’un bruit assourdissant, elles peuvent être détruites et ne repousseront plus. Or, leur destruction entrainerait aussi du bouleversement dans la vie des millions de patients car c’est le début de la surdité.
La gêne dans l’audition des sujets âgés a trois aspects :

  • Dans le premier cas, la personne entend d’une manière imparfaite la parole dans le bruit. Ou elle entend mal la parole qu’on lui adresse dans un milieu plus calme. Son entourage devrait alors élever la voix pour qu’elle entende. Cette erreur de compréhension et baisse d’audition est due à la presbyacousie ou la diminution des facultés auditives à partir d’un certain âge. C’est une pathologie normale qui touche les sujets avancés en âge. Si elle est non traitée, elle pourrait entrainer l’acouphène.
  • Dans le cas de l’acouphène, le patient semble entendre de bourdonnement ou du souffle permanent dans son oreille alors qu’il n’y a pas de bruit autour de lui. Il se peut aussi qu’il entende une pulsation ininterrompue dans l’oreille ou dans la tête. Cette maladie qui apparait souvent vers la soixantaine pourrait survenir à la suite d’une aggravation de la presbyacousie. Elle peut aussi apparaître après un traumatisme sonore (une détonation à proximité par exemple). Une pathologie de l’oreille comme l’otospongiose, ou une inflammation de l’oreille causée par l’otite peuvent être également à l’origine de cette maladie qui entraîne la baisse d’audition. Notons également que les personnes qui ont des oreilles bouchées de cérumen ou qui ont un corps étranger dans leur conduit auditif intérieur ont aussi des problèmes de transmission d’ondes sonores.
  • parmi les gênes de l’audition, on retrouve également l’hypersensibilité aux bruits ou l’hyperacousie en terme médical. Dans ce cas, l’audition de la personne âgée est normale, mais elle est très sensible aux bruits de l’environnement. Les sons sont amplifiés dans l’oreille interne, et les bruits peuvent lui causer une sensation douloureuse. Or, il est à noter que ces bruits ne provoquent aucun inconfort chez une personne normale. Ainsi, qu’il s’agit d’une modification de la performance auditive ou d’une baisse de l’audition, ces maladies invalident le quotidien des patients. Elles impactent également sur l’équilibre de leur santé car les patients ont du mal à interagir avec leur entourage, une situation entrainant le manque ou l’absence de communication. Cela pourrait causer à la longue non seulement leur isolement mais aussi des troubles cognitifs ou psychologiques. Le recours à un médecin est à recommander dès que le senior commence à avoir des symptômes de dégénérescence de ses facultés auditives.

Actuellement, les scientifiques font de recherche sur les moyens de produire de nouvelles cellules à partir des cellules de soutien, mais la recherche est encore loin d’aboutir. En attendant, le médecin ORL essaie de traiter ces pathologies. D’ailleurs, il est le seul habilité à juger si la maladie est bénigne ou si elle est plus grave. Il lui appartient également de faire une acouphénométrie pour vérifier l’intensité de l’acouphène. Par la suite, il peut prescrire le recours à des appareils auditifs conventionnels pour régler le problème de la diminution de l’audition ou d’autres solutions. Ces appareils ont pour rôle d’amplifier les sons ou les implants cochléaires. Cela se fait en stimulant les

fibres du nerf auditif afin de restituer l’audition. Ce qui permet aux personnes souffrant de baisse auditive d’aller vers un mieux-être. En ce qui concerne l’autre alternative de soins de l’acouphène, l’ORL peut également mettre en place la thérapie de bruit. Il s’agit d’une thérapie qui consiste à éviter le silence ou à écouter volontairement des bruits personnalisés. Le patient pourrait porter ou non ses appareils auditifs pendant cette thérapie. Le médecin spécialiste pourrait également orienter le patient vers une guidance psychologique. Dans ce cas, le psychothérapeute explique au patient les causes des acouphènes et comment s’habituer avec cette gêne. Le patient pourrait à la fin ignorer cette perception ennuyeuse en modifiant ses habitudes et se protégeant des bruits sonores assourdissants.
Bon à savoir : la souscription à une mutuelle senior permet de bénéficier d’un remboursement complémentaire à l’assurance-maladie lors du traitement de ces maladies. Cette prise en charge concerne tout aussi bien les consultations médicales, paramédicales que l’achat des appareils auditifs ou le coût d’un autre traitement thérapeutique. Il est conseillé de faire une mise en concurrence de diverses formules proposées par les mutuelles santé pour avoir un rapport qualité-prix satisfaisant.

Dans la grande majorité des cas, les acouphènes ne sont pas graves et ils peuvent disparaître au bout de quelques semaines ou quelques jours. Sinon, il faut porter un dispositif auditif. Par ailleurs, le senior âgé peut éviter ces problèmes en suivant les conseils suivants :

  • il aurait à éviter l’exposition à des sons trop forts et inversement au silence absolu. S’il a l’habitude de rester dans le silence, il est recommandé d’écouter un bruit de musique douce pour familiariser les oreilles avec le bruit.
  • il aurait aussi à arrêter la consommation de boissons alcooliques car ce breuvage provoque la dilatation de vaisseaux sanguins et augmente le flux sanguin dans l’oreille. Ce qui risque de favoriser l’acouphène. La nicotine ainsi que les boissons excitantes sont également à proscrire.
  • la pratique d’un sport ou l’apprentissage des techniques de relaxation permettent également d’atténuer le stress source de l’hyperacousie.
  • Il lui est conseillé de surélever son oreiller en dormant car cela permet d’améliorer la circulation sanguine du cerveau et de la partie ORL.