Santé des seniors : l’hématologie

L’hématologie est une partie de la médecine qui s’occupe des maladies du sang. Cette branche s’articule autour de l’étude des cellules sanguines ainsi que certaines molécules relatives au plasma. Les pathologies hématologiques touchent toutes les tranches d’âge, mais elles deviennent plus graves chez les personnes âgées à cause de leur système immunitaire déficient. Les maladies les plus graves sont le cancer du sang ou la leucémie, le lymphoedème, et l’hémophilie. Zoom sur ces pathologies, leurs symptômes, causes et traitement.

Le classement des maladies hématologiques peut être fait selon les cellules touchées (globules rouges, blancs, ou les plaquettes), selon leur origine (mauvais fonctionnement de la moelle osseuse ou des ganglions lymphatiques). Le dysfonctionnement peut être causé par un excès de production dans le cas de leucémie ou de lymphome ou un manque de production dans le cas de l’anémie par exemple.

Cette maladie se manifeste par une augmentation du nombre de globules blancs dans le sang. Ces derniers s’occupent de la défense du corps contre les infections virales et les bactéries. Leur bonne santé permet un sujet de lutter contre les microbes pathogènes. Or leur production désordonnée dans le cas de leucémie résulte en l’apparition de nombreux globules blancs qui atteignent leur maturité (leucémie chronique) ou des cellules immatures (leucémie aigue). La présence de ces cellules anormales peut altérer le fonctionnement des organes hématopoïétiques comme la moelle osseuse, les ganglions ou le rate. Le patient âgé aurait alors du mal à combattre efficacement les infections. L’interférence avec le fonctionnement des globules rouges et des plaquettes est également possible.
Les causes des cellules leucémiques sont encore non déterminées. Mais certains facteurs peuvent favoriser la survenance de cette maladie hématologique. Parmi ces éléments, on peut citer le traitement antérieur de chimiothérapie ou de radiothérapie, l’exposition permanente avec des produits chimiques et la fumée de cigarette. Les antécédents de famille, l’anomalie ou l’influence génétique sont également à l’origine de cette pathologie. Dans le cas d’anomalie génétique, le cancer entraîne l’altération dans la cellule souche de la moelle des os qui fabrique toutes les autres cellules sanguines. Il y aura alors un accroissement désordonné de cellules. Par ailleurs, l’apparition de globules blancs immatures dans le cas de leucémie aigue réduit la fabrication de globules rouges ou de plaquettes. Le sujet âgé pourrait alors souffrir de l’anémie. La progression de ce type de maladie peut se faire dans quelques jours alors que dans le cas de leucémie chronique, la surproduction de cellules se fait pendant quelques mois ou quelques années. La leucémie lymphocytaire chronique est la forme qu’on rencontre le plus souvent chez les personnes âgées. Les symptômes de cette pathologie sont l’augmentation du volume de rate et de ganglions, les vomissements, les maux de tête, les éruptions de la peau, le teint pâle, les saignements excessifs et la fatigue. Le médecin prélève un échantillon de sang pour déterminer le type de cancer et le nombre des globules blancs. L’analyse cytogénétique permet également d’identifier les cellules désordonnées. Concernant le traitement, le médecin traitant peut prescrire des médicaments qui bloquent la production en excès des cellules sanguines. Il peut également choisir une transfusion sanguine au cas où les globules rouges sont en très petite quantité. Le médecin traitant peut également recourir à la prise des antibiotiques et à la chimiothérapie. Ce dernier traitement se fait en hôpital. La souscription à une mutuelle santé senior est à conseiller pour la personne âgée afin de bénéficier d’une meilleure prise en charge

Les premiers sont des tumeurs apparaissant dans les organes riches en tissus lymphoïdes comme la rate ou les ganglions. Quant au lymphoedème, il s’agit d’une pathologie causée par le mauvais écoulement du fluide du système lymphatique. Ce blocage peut arriver suite à une intervention chirurgicale ou la présence d’une tumeur. La cause génétique ou la maladie congénitale n’est pas aussi à exclure. Cette interruption du flux lymphatique touche principalement les jambes des sujets âgés. Elle peut également survenir dans les bras, la tête ou le cou. Le patient qui souffre de cette maladie de varice chronique peut avoir une sensation de lourdeur de peau ou de rigidité au niveau des articulations. Au toucher, on constate un changement de température de la zone touchée. A son début, il est possible que la pathologie ne montre pas de signes cliniques visibles. Mais le patient peut sentir cette sensation de lourdeur et les articulations moins flexibles. L’examen du médecin permet de s’assurer s’il s’agit d’un lymphoedème. Le traitement consiste au soulagement de la douleur. Par ailleurs, il existe quelques mesures préventives que le sujet âgé peut suivre. Il lui est conseillé de surveiller son poids et son problème de diabète ou de thyroïde. Le surpoids ainsi que ces troubles endocriniens favorisent en effet le lymphoèdeme. Les exercices physiques moins éprouvants comme la natation ou la marche à pas lent sont également recommandés. Le patient âgé souffrant de ce trouble de lymphes devrait également adopter des chaussures confortables et pratiques pour la marche.

Cette pathologie rare se manifeste par un mauvais fonctionnement de la coagulation du sang. La personne souffrante de cette maladie présente un temps de coagulation allongé ou un retard de coagulation sanguin. La moindre blessure peut engendrer alors une hémorragie importante. On retrouve deux types de cette maladie : l’hémophilie A où il y a absence ou diminution en qualité de facteur de coagulation VIII et l’hémophilie B où il y absence du facteur de coagulation IX. L’hémophilie B est plus rare. Cette affection héréditaire est transmise par les femmes à leurs enfants et il atteint toutes les tranches d’âge, et toutes les races. Les hommes en sont les plus sensibles et peuvent montrer des cas graves. Dans des cas peu fréquents, les femmes qui portent ces gènes peuvent aussi montrer des signes cliniques faibles. Les signes d’alerte de l’hémophilie sont les saignements abondants et la formation d’ecchymoses. L’apparition du saignement n’est pas plus rapide que chez la personne en bonne santé, mais la durée est plus longue. Le flux du sang dépend de l’état de l’hémophilie. Le saignement peut être externe (coupure, nez, bouche…) ou interne (saignement des reins, de l’estomac, du cerveau etc.) Ce dernier symptôme est grave et il peut arriver suite à un choc crânien ou un coup sur la tête. La personne souffrante montrera alors des signes de changement de comportement. Sa vision est touchée. Il peut avoir des violentes migraines, et de raideur au cou. Il peut également vomir souvent ou avoir des contractions des muscles et des membres. Son bras ou sa jambe peut aussi devenir faible. L’analyse sanguine du médecin traitant permet de préciser le type d’hémophilie et le traitement adéquat. Ce dernier varie selon les activités au quotidien du patient ainsi que l’état de sa maladie. L’injection des facteurs VIII et IX à l’intérieur d’une veine est le traitement habituel. Si l’organisme du malade fabrique des anticorps qui empêchent l’efficacité du traitement, le médecin peut préconiser une dose plus importante du traitement. La desmopressine, les médicaments antifibrinolytiques, la réparation des gênes anormaux par la thérapie de gène sont les autres traitements de cette maladie.
A part ces maladies, il y a également la leucopénie qui se caractérise par une diminution de globules blancs (leucocytes) du sang et l’anémie qui lui est également associé. Afin d’éviter une complication grave pour les sujets âgés, il lui est conseillé de se rendre chez le médecin dès qu’il montre des symptômes anormaux.