Santé des seniors âgés  : la maltraitance

Les mauvais traitements d’une personne âgée concernent 1 cas sur 10 mais ceux qui vivent en communauté sont beaucoup plus susceptibles d’être touchés. Ce phénomène peut se développer compte tenu du progrès de la médecine qui entraîne l’allongement de l’espérance de vie surtout dans les pays développés. Les traumatismes physiques et psychologiques figurent parmi les conséquences de la maltraitance sur l’aîné. Ces effets sont visibles sur du long terme. Zoom sur les facteurs de risques et les mesures préventives pour éviter cet acte.

Commençons d’abord par expliquer la définition de ce terme. Il s’agit de l’acte isolé ou répétitif qui entraîne des blessures morales ou physiques à un aîné dans le cadre d’un rapport de confiance. L’acte peut être volontaire ou résultant d’un manque d’attention ou de respect. Ce type de maltraitance est considéré comme une violation des droits de l’homme. Cela peut prendre des formes comme les brutalités physiques, morales, psychologiques ou financières. La personne âgée peut également être victime de violences sexuelles même si cela n’est pas un cas fréquent. La maltraitance financière peut aussi prendre la forme de détournement de biens ou de patrimoine immobilier de l’aîné. Le problème c’est que les seniors âgés craignent souvent de parler à d’autres des mauvais traitements dont ils sont victimes. La statistique que nous avons avancée plus haut sur le pourcentage des aînés confrontés à la maltraitance (1/10) est ce qu’on reçoit des plaintes et des notifications aux autorités. Mais il est probable que l’ampleur de ce phénomène est beaucoup plus importante. Les personnes résidant en institution sont les plus sujets à la maltraitance. Certains souffrent de harcèlement psychologique, d’autres de violence physique commis par le personnel de la maison d’assistance, et d’autres sont aussi témoins de maltraitance faite à un senior âgé. Le personnel en institution peut se montrer irrespectueux envers l’ainé en ce sens qu’il ne se préoccupe pas de changer leurs linges sales. Il peut également leur imposer un mode de vie ou un régime alimentaire qui risque de nuire à leur santé. La personne en charge des aînés dans une maison de retraite peut également abuser ou oublier intentionnellement les soins (pansements).
Cette négligence ou manque de respect et de soins peut conduire à des traumatismes physiques de la personne âgée. Une simple fracture peut occasionner une incapacité permanente ou un traumatisme crânien. Un bras immobilisé suite à un AVC peut entraîner l’immobilisation totale du corps de l’aîné. Sans oublier les conséquences psychologiques qui mènent jusqu’à la dépression ou à l’anxiété. A noter que les effets de la maltraitance peuvent être plus graves chez les personnes avancées en âge que chez les jeunes parce qu’ils souffrent déjà de fragilisation de l’os et d’autres troubles fonctionnels dus à l’âge. Ils mettent ainsi plus de temps à guérir en cas de violence physique qu’une personne âgée sans gros soucis de santé. Dans de nombreuses parties du monde, ce problème n’intéresse pas les autorités et il est considéré comme une affaire familiale. Toutefois, les données des cas maltraités augmentent dans les pays avancés. Bien que le taux de maltraitance des seniors âgés dans les pays sous-développés soit encore inconnu, dans ces régions les services de soins ne sont pas équipés pour prendre en charge efficacement les maladies des ainés. En plus, la population souffre de malnutrition. Ce qui indique qu’il figure parmi les problèmes de toutes les sociétés.

Ces facteurs de risque se trouvent au niveau de la culture de la communauté, de la famille ou au niveau individuel. Les personnes souffrant d’une affection de longue durée, les déments, les toxicomanes et alcooliques risquent d’être confrontées à une maltraitance. La perte d’autonomie peut également causer des actes de violence morale de l’entourage du patient âgé par suite du stress. Par ailleurs, dans certaines sociétés traditionnelles où les femmes sont considérées inférieures aux hommes, elles perdent leur estime lorsqu’elles n’ont plus de maris. Les gens peuvent également confisquer ses biens. Il arrive également qu’on leur oblige à se marier avec un homme qu’elle n’aime pas, tandis que les femmes âgées qui habite seules sont accusées d’être sorcières.
Toujours au niveau de la vie en communauté, l’isolement social et l’absence d’aide sociale de la personne avancée en âge constituent des facteurs de risque de la maltraitance. A cause de la défaillance de leur capacité physique ou mentale, il est délaissé par son proche et les membres de sa famille. D’autant plus que ses enfants peuvent également avoir des problèmes de ressources pour le soigner. Enfin, le conflit de générations peut également causer ce phénomène. Le lien entre les membres d’une famille est brisé. Les personnes âgées sont considérées comme des charges inutiles.
La maltraitance augmente le risque de placer l’aîné dans la maison de retraite. Mais les violences physiques qu’il a subies peuvent également entraîner son séjour à l’hôpital, ou voire son décès.

Pour alléger les conséquences de ce phénomène, l’Etat met en œuvre quelques stratégies visant à sensibiliser le public. Il y a également le dépistage des personnes victimes de mauvais traitements et des auteurs de violences. On retrouve aussi l’amélioration des soins dans les établissements de santé pour les seniors âgés ainsi que la formation sur les maladies démentielles à destination du personnel en charge du patient. Dans les écoles, l’Etat a mis des programmes concernant la relation entre les générations. Cela permet de former les jeunes de bas âge au respect des personnes âgées et de lutter contre les préjugés à leur égard. Par ailleurs, pour la personne qui s’occupe d’un patient âgé souffrant de perte d’autonomie, il importe de faire un service de relève pour éviter sa fatigue. En effet, le personnel en charge pourrait se montrer blessant ou désagréable voire violent lorsqu’il est las de soigner le patient âgé.
D’autre part, pour empêcher la survenance de maltraitance, il y a les interventions pour les personnes s’occupant des seniors âgées. Notons aussi l’obligation de signaler de cas de maltraitance aux autorités même si peu de personnes osent le faire. L’Etat a également mis en place des groupes d’entraide et des foyers d’accueil. Enfin, il existe des assistants téléphoniques qui donnent des conseils sur ce qu’on doit faire en cas de mauvais traitement contre les personnes avancées en âge.
L’organisation mondiale de la santé œuvre également à la prévention de la maltraitance de cette partie de la population. Les moyens qu’ils utilisent consistent à diffuser des informations auprès des différents pays pour la prévention de violence des personnes âgées, ainsi que la collaboration avec les institutions et organisations internationales pour remédier à ce type de fléau de la société.
De son côté, le senior âgé ne doit pas penser qu’il mérite les mauvais traitements à cause de sa vieillesse ou sa dépendance. Il s’agit d’une atteinte à sa dignité qui peut lui coûter la vie. S’il se sent en danger, il peut téléphoner à un numéro d’urgence pour bénéficier d’une assistance immédiate.

La famille, les amis et l’entourage de la personne âgée sont responsables s’ils sont témoins d’une maltraitance physique, morale ou psychologique envers lui. Ils peuvent prendre des mesures préventives ou signaler les autorités.