Dangers de la canicule pour les seniors : risques et préventions

La vague de forte chaleur qui pourrait survenir au cours de l’été dans certaines régions de la France peut indisposer certains sujets sensibles comme les personnes âgées. La canicule se traduit par une montée de température allant jusqu’à plus de 35 °pendant la journée alors que pendant la nuit elle ne descend pas jusqu’à moins de 18°. Cette situation dure pendant quelques jours. Ces chaleurs très fortes exposent non seulement les sujets à risques aux troubles de production de sueur, mais aussi à l’effet de déshydratation. Zoom sur les dangers de la canicule pour les seniors ainsi que les précautions à prendre.

En 2003, la très grande chaleur qui s’installe sur l’ensemble de l’Hexagone ou sur certaines régions a causé la mort de 20 000 personnes en France. La grande majorité de ces victimes sont des seniors. En 2013, 15 000 personnes ont également trouvé la mort pendant les vagues de températures élevées dont la plupart sont toujours des personnes âgées de plus de 65 ans. Bon nombre de ces victimes vivent dans les agglomérations et 35% des personnes mortes ont rendu l’âme à leur domicile. Si les morts sont nombreux, c’est en particulier parce que l’impact de la canicule a été sous-estimé. Les personnes sensibles n’ont pas suivi les préventions et les recommandations pour mieux se protéger. En plus, les personnes âgées ont aussi oublié de prendre contact avec leurs proches ou voisins, leur famille ou leur médecin traitant. Elles ne sont donc pas préparées à ce phénomène. Cela souligne également l’importance de la préparation des établissements spécialisés pour les seniors et des hospices à ces situations à risques. A noter que depuis l’apparition de phénomène, le gouvernement a mis en place un plan national canicule. Celui-ci informe le public sur la pratique à tenir pendant les périodes de fortes chaleurs.

Soulignons d’abord que les seniors ne sont pas les seules personnes à risques pour ces très grandes chaleurs. La santé de chacun peut être altérée mais la réaction du corps diffère de l’âge de la personne. Pour les personnes avancées en âge, elles ne produisent pas assez de transpiration. Ainsi, la température de leur corps peut monter jusqu’à 40°. Mais pour l’enfant et l’adulte, leur corps exhale de la chaleur, ils suent beaucoup ce qui leur permet de maintenir une température tenable. En revanche, ils sont sujets à la déshydratation. Les gens qui travaillent à l’extérieur, même s’ils boivent beaucoup d’eau peuvent également souffrir de déshydratation. Outre les personnes de plus de 65 ans, les nourrissons, les enfants moins de 5 ans, ceux qui travaillent ou qui restent en plein air, les personnes clouées en fauteuil, les personnes souffrant de maladies chroniques ou alitées qui peuvent s’aggraver pendant la forte chaleur etc. sont tous des personnes à risques pendant la canicule.
Mais en première ligne se trouvent les seniors âgés de plus de 65 ans. Du fait que leur organisme ne supporte moins la forte chaleur que l’adulte. En plus, ils peuvent souffrir des pathologies chroniques, de perte d’autonomie, de dégradations de facultés mentales ou intellectuelles, de troubles de mémoires, de difficulté d’orientation etc. A cela s’ajoute l’altération de la fonction rénale qui impose un suivi particulier pour maintenir l’équilibre dans les organes entre l’eau et les électrolytes. Par ailleurs, à cause de l’âge, le nombre de glandes sudorifères est en baisse. En cas de forte chaleur, la stimulation en continu de ces glandes finit par les épuiser à la longue. Et si la canicule dure quelques jours, la production de sueur fait défaut. Cela a pour effet d’augmenter la température du corps du senior âgé. D’autant plus qu’il ne puisse pas aussi quelquefois faire des exercices physiques pour pouvoir transpirer.
Les signes d’alertes se traduisent par une grande fatigue, ou une extrême faiblesse et une absence d’urine pendant plus de 5 heures. La personne avancée en âge a également de difficulté de mouvement (elle a du mal à se déplacer). Sa peau devient à la fois chaude et sèche. Ces malaises peuvent entraîner des étourdissements, des vertiges, des pertes de conscience ou même un état convulsif. Chez certaines personnes âgées, on pourrait noter des nausées ou des vomissements, accompagnés de soif et de diarrhée. A part cela, les personnes qui présentent une capacité réduite à la chaleur peuvent également avoir des crampes de muscles, des troubles de sommeil pendant la nuit (sommeil agité), et le coup de chaleur. Et si on ausculte leur température, cela pourrait frôler le 38,5°C voire plus. Et si la personne âgée souffre d’une affection de longue durée, l’exposition de son corps à la chaleur pourrait aggraver leur maladie. C’est pourquoi, on a enregistré un décès de forte ampleur lors des précédents épisodes caniculaires en France.

L’aménagement d’une zone de fraicheur dans son intérieur est la première solution. Pour les personnes à risques et les seniors, le fait de se retirer dans une pièce climatisée leur rend la chaleur plus supportable. La pièce doit être équipée d’un ventilateur ou d’un brumisateur. Des serviettes humides ou des poches de glace aident également à rafraîchir la température du corps (jambes, visage et bras). Le senior doit également prendre une douche fréquente si cela lui est possible. Il lui est également conseillé de boire beaucoup d’eau. S’il n’aime pas l’eau minéralisée embouteillée, un jus de fruits pourrait le remplacer de temps en temps pour l’encourager à boire de l’eau pendant la journée.
Remarque : boire beaucoup est une bonne idée si le fonctionnement rénal du senior est bon. Mais si son rein est défectueux ou s’il suit un traitement de médicaments, il faut consulter un médecin.
Concernant les menus, il faut privilégier les plats frais et légers comme les salades, les poissons, les desserts froids… L’organisme a aussi moins du mal à digérer le repas.
Par ailleurs, le port de vêtements légers comme les chemisiers à manches courtes, les pantalons courts etc. permet aussi d’atténuer la chaleur du corps. Évidemment, il est déconseillé aux personnes âgées et aux personnes sensibles à la canicule de sortir à l’extérieur. Mais s’ils doivent sortir, ils doivent se protéger la tête.
L’isolement étant un facteur qui aggrave les risques de la canicule. Si le senior âgé vit seul, et s’il est d’accord, il faut l’inscrire sur les services sociaux (CCAS). Quand une alerte canicule survient, les noms figurant sur ces registres seront contactés par téléphone. Les agents des services sociaux leur rappellent également les précautions à prendre et demandent de leurs nouvelles de leur santé. Si besoin est, un médecin viendra à leur domicile pour les soigner. Mais la présence d’un parent ou d’un ami qui vient passer quelques jours chez le senior constitue un moyen de sécurisation pour lui.
Enfin, si un senior se trouve dans un état de danger, il faudrait rapidement le mettre à l’ombre. Il faut aussi le faire boire et l’asperger d’eau fraîche ensuite. Cela ravive son esprit. On enveloppe après ses jambes et ses bras avec des linges humides.
Enfin, si le senior a une fatigue anormale, un malaise ou une fièvre, il ne doit pas hésiter à appeler le médecin ou le service des urgences.