Santé seniors après 50 ans : les essoufflements

L’âge entraîne diverses modifications du métabolisme comme le vieillissement de la peau, la baisse de l’acuité visuelle et la baisse de l’audition, les troubles de la digestion ou encore les problèmes cardiaques. Ces derniers peuvent être à l’origine de l’essoufflement chez les seniors. Les essoufflements peuvent survenir brutalement ou d’une façon chronique chez les sujets âgés. Le plus souvent, ils sont dus à des pathologies comme la bronchite, la pneumonie, l’asthme, les tumeurs ou d’autres maladies endocriniennes. Dans cet article, nous allons faire un tour d’horizon sur les signes évocateurs des essoufflements chez les seniors de plus de 50 ans. Voyons également ensemble le traitement et les mesures préventives pour éviter ces difficultés respiratoires.

Il s’agit d’une sensation de gêne qui apparaît lorsqu’une personne a fait des efforts intenses. Les difficultés respiratoires s’accompagnent d’une augmentation du rythme de la respiration. Chez un sujet en bonne santé, jeune ou d’un âge avancé, les essoufflements sont normaux s’ils font des exercices physiques éprouvants comme la course à pied ou le footing. Cependant, si la personne âgée se sent essoufflée lorsqu’elle fait d’effort minime, comme monter quelques marches d’un escalier ou laver un linge, cela pourrait cacher un problème de santé plus grave. Cela nécessite la consultation immédiate chez le médecin. En général, cette forme d’essoufflement s’accompagne de fatigue et d’un œdème de pieds ou d’une sensation d’oppression dans la poitrine.

Il y a également le cas des essoufflements des personnes sujettes à l’anxiété et des personnes âgées qui supportent mal la chaleur. Elles ont l’impression de manquer d’air, ce qui les force à respirer plus vite pour évacuer la chaleur. Ce cas est par contre bénin et peut être évité.

Remarque : lorsque le senior essoufflé fait également signe de gonflement de chevilles ou de sifflement dans la respiration, il convient de se rendre immédiatement chez le médecin traitant. La maladie est également problématique lorsque la personne essoufflée tousse beaucoup et en même temps, elle a une forte fièvre avec les lèvres qui prennent une coloration bleue. Si elle est également essoufflée alors qu’elle est au repos ou si elle a des sueurs nocturnes ou une douleur thoracique, il est aussi conseillé de consulter au plus vite un médecin.

Rappelons que l’adhésion à une mutuelle santé permet à une personne âgée de bénéficier d’un remboursement supplémentaire de ses dépenses de santé en dehors de la prise en charge de l’assurance-maladie. Le taux de remboursement d’un traitement de maladies cardiovasculaires ou pulmonaires dépend de la formule de souscription. Quoi qu’il en soit, il est toujours avantageux de comparer les diverses formules des mutuelles seniors.

Il y a avant tout le changement de l’organisme dû à l’âge ou à des maladies. Lorsque la pompe cardiaque et les muscles de la respiration perdent leur tonus, la gêne apparaît. Cela pourrait provenir d’une maladie des poumons puisqu’ils deviennent distendus entraînant, par la suite, le blocage du diaphragme. Ce qui a pour effet d’entraver la bonne respiration de la personne atteinte. Il se pourrait également qu’il y ait d’air ou de liquide dans la membrane qui enveloppe les poumons.

Les essoufflements peuvent donc provenir d’un développement de certaines maladies, en particulier les maladies cardiaques ou pulmonaires ou les problèmes du métabolisme ou du psychique. En effet, un excès de poids ou des crises d’angoisse favorisent l’essoufflement chez les adultes. C’est pour cette raison que dans le cas des essoufflements chroniques, il est recommandé de se faire ausculter chez le médecin. Ce professionnel de santé vérifiera par la suite l’état du cœur et du poumon du patient. Il pourrait alors prescrire une radiographie bronchique, une fibroscopie du poumon ou un scanner de l’appareil respiratoire pour mieux déterminer les causes des difficultés de respiration. A noter qu’une lésion ou une tumeur peuvent également siéger dans cette partie.

Parmi les causes les plus courantes de l’essoufflement des jeunes seniors de plus de 50 ans, on peut citer les éléments suivants :

Les maladies de la respiration et des poumons :
Citons entre autres la pneumonie, l’asthme, la tuberculose, la fibrose kystique, l’embolie pulmonaire, etc.

La consommation du tabac :
On impute au tabac non seulement l’accumulation des plaques dans les artères conduisant à la formation de cailloux dans les vaisseaux sanguins, mais aussi les troubles du rythme cardiaque lorsque la personne fait des efforts. Le tabac provoque également le cancer du poumon dont l’un des symptômes est la difficulté respiratoire.

Les maladies cardiaques :
Citons entre autres l’insuffisance cardiaque, l’angine de la poitrine, la tension artérielle inférieure à la normale, l’hypertension artérielle pulmonaire, etc. L’insuffisance cardiaque favorise l’apparition de la dyspnée chez les personnes atteintes d’insuffisance rénale. Par ailleurs, l’insuffisance rénale grave, la hausse du diabète sucré ou le fait d’avoir ingéré des poisons peuvent également provoquer l’accumulation d’une quantité d’acide sanguin. Ce qui fait haleter le patient.

Les personnes ayant des antécédents d’anémie ou qui ont perdu une quantité importante de sang à cause d’une blessure peuvent également avoir ce syndrome d’essoufflement. Il en est également le cas pour les sujets âgés qui ne supportent pas les voyages ou les cures en haute altitude.

Bon à savoir : si le senior se sent subitement essoufflé, après avoir fait quelques efforts peu conséquents, il importe d’appeler au plus vite le médecin. Ce dernier est le seul habilité à prescrire le traitement efficace et à déterminer s’il s’agit d’une crise cardiaque ou d’une autre maladie. Un essoufflement qui évolue lentement et qui se prolonge pendant des années nécessite également l’intervention d’un médecin. Cette maladie ne doit pas être négligée car, elle pourrait entraîner la mort de la personne dans le cas d’une insuffisance rénale dans sa phase finale.

Lors de la consultation médicale, le médecin pose d’abord des questions sur les antécédents médicaux du senior. Il s’informe également sur le début de l’essoufflement, la durée, l’évolution ou l’aggravation, les facteurs qui déclenchent les signes. L’examen clinique lui permet de déceler une congestion ou des bruits anormaux du cœur (murmures, sifflement etc). Si les deux jambes du patient sont gonflées, cela pourrait impliquer une insuffisance cardiaque. Toutefois, si c’est sa seule jambe qui fait état de gonflement, cela pourrait être l’effet d’une embolie pulmonaire. Parfois, le médecin peut recourir aux bronchodilatateurs pour s’assurer que les symptômes vont disparaître. Néanmoins, il n’est pas rare qu’il décide d’entreprendre une radiographie du thorax, une bronchoscopie ou une électrocardiographie. L’analyse de sang permet aux médecins de mesurer le taux d’oxygène sanguin et la gravité de la pathologie. Après l’examen clinique, le médecin traite les essoufflements par des médicaments contenant de la morphine, des antibiotiques, d’un antihistaminique, de vitamine E, A et C, d’un antioxydant coenzyme Q10 selon les formes de la maladie. Dans les cas graves, il pourrait prescrire une respiration assistée par ventilation mécanique.

Pour éviter l’apparition du halètement et les difficultés respiratoires, il est recommandé de faire un test de dépistage dès lors qu’on a des problèmes de respiration d’autant plus si le patient a des antécédents d’asthme, de maladies pulmonaires, de tumeurs, d’hypertension pulmonaire, etc. Enfin, l’arrêt de la consommation de tabac, la pratique modérée d’un sport et une alimentation équilibrée permettent également d’éviter le développement des difficultés respiratoires.

Il s’agit de parler d’abord de l’insuffisance cardiaque qui est une maladie symptomatique de l’affaiblissement du muscle cardiaque entraînant le problème de pompage du sang. Plus de 2,3% de la population française adulte subissent l’insuffisance cardiaque et pour les plus de 70 ans, la proportion va jusqu’à 10%. En réalité, le cœur n’arrête pas de pomper le sang, mais c’est plutôt le muscle cardiaque qui n’arrive plus à répondre aux besoins de l’organisme. De cause à effet, le sujet se sent fatigué, il manque d’énergie et l’organisme fait de la rétention d’eau. Extérieurement, le sujet est essoufflé.

A noter que cette maladie s’aggrave du jour au lendemain. L’insuffisance cardiaque est progressive à tel point que le sujet ne s’en aperçoit même pas au début de la pathologie. Au fur et à mesure de la progression, le sujet manque petit à petit d’énergie, le manque d’énergie peut être périodique. Le sujet commence à subir de congestion respiratoire et arrive difficilement à trouver sommeil. Les troubles de mémoire commencent et s’amplifient avec l’âge. Le besoin d’uriner devient de plus en plus fréquent, surtout la nuit. Le sujet remarque quelques gonflements de ses jambes et de ses pieds. Il perd son appétit et expose de toux grasse. Durant ces manifestations, le sujet endure l’essoufflement.

Si au début l’essoufflement n’est pas très noté sérieusement par le sujet, le médecin traitant peut déjà avoir supputé l’insuffisance cardiaque, mais il devait attendre l’évolution pour confirmer. En général, le médecin teste le patient en lui invitant à faire un effort, puis en constant certaines douleurs à la poitrine. A vrai dire, l’essoufflement est le premier signe de l’insuffisance cardiaque.