Santé des seniors : maladies endocriniennes des troubles de l’hydratation

Les troubles de l’hydratation font partie des pathologies qui surviennent avec l’âge. Il y a d’abord les modifications physiologiques qui apparaissent au fur et à mesure qu’une personne avance en âge. Ce qui fait que la teneur en eau dans le corps et la sensation de soif diminuent. Les problèmes liés à la fonction rénale rendent aussi difficile le maintien d’un apport d’eau suffisant. Tout cela impacte sur la balance hydrique d’un senior. Le point sur les causes de cette maladie endocrinienne et sa prévention.

Il s’agit d’une pathologie causée par la mauvaise fonction des glandes thyroïdes. Parmi le groupe de pathologies dû au mauvais fonctionnement de ces glandes, on peut citer le diabète, la disthyroïdie et les troubles de l’hydratation. Ces glandes thyroïdiennes sont commandées par l’hypophyse. Concernant les troubles de l’hydratation, c’est l’une des causes les plus fréquentes d’hospitalisation des seniors âgés. Les sujets d’âge avancé qui vivent en institution ont également des niveaux élevés de troubles de l’apport en liquide. Or, l’eau est un nutriment essentiel qu’importe l’âge parce qu’elle maintient le bon fonctionnement de l’organisme humain. Pourtant, avec l’âge, les mécanismes de l’équilibre de la balance hydrique se dérèglent. Ce qui peut entraîner les troubles de l’hydratation. Ces derniers ne sont pas les moindres car ils peuvent provoquer à leur tour des conséquences graves sur la santé du senior. C’est l’une des raisons pour lesquelles il importe de connaître les causes et les mesures préventives de cette maladie.

Ce mot se définit comme la perte de l’eau dans l’organisme par insuffisance de boisson, par transpiration excessive ou par la combinaison de ces deux facteurs. Ce déséquilibre peut être dû à une teneur égale en eau et en sodium dans le corps comme dans le cas d’une diarrhée. Il peut s’agir d’une teneur en sodium à l’eau dans le cas d’une fièvre. Notez toutefois qu’en cas d’abus des diurétiques, la carence en sodium est supérieure à la carence en eau. Plusieurs éléments peuvent développer ces troubles chez les seniors.

La modification de la physiologie :
Les altérations de la fonction nutritionnelle apparaissent lorsqu’une personne vieillit. Elle manifeste quelquefois de refus alimentaires et se prive de boisson. L’eau n’étant pas toujours agréable à boire, les seniors ont la mauvaise habitude de ne pas boire. Or, la diminution de la consommation de boisson accompagnée par la perte de liquide peut dérégler l’équilibre de l’hydratation.

La baisse de la teneur en eau totale du corps humain :
Les médecins préconisent qu’il fallait boire au moins 1 litre et demi d’eau par jour. Cela est valable à toute étape d’une vie. D’autant plus que la teneur en eau du corps humain connaît une baisse avec l’âge à cause de la perte de la masse du corps et la hausse de tissus adipeux. Ainsi, jusqu’à 80 ans, le corps d’une personne peut perdre 4 à 6 litres d’eau. Si cette perte n’est pas corrigée, le sujet âgé pourrait souffrir de trouble de la déshydratation.

La diminution de la sensation de soif :
Un senior âgé a besoin de consommer des aliments caloriques et protidiques que d’eau. Si son corps montre un déficit hydrique, cela est très grave. Or, comme on l’a déjà dit, lorsqu’une personne avance en âge, il a moins soif. Cela est causé par la modification des hormones et des neurotransmetteurs responsables de la sensation de soif. Après un temps de privation de boissons, un sujet âgé peut ne plus sentir le besoin de boire de l’eau. Or, pendant la saison chaude et si l’aîné fait des exercices physiques, il devrait boire le ratio normal de 1,5 l d’eau ou les boissons équivalentes. A noter aussi qu’un adulte peut mourir de soif en trois ou quatre jours.

La présence de pathologie de longue durée :
Dans le cas d’une insuffisance rénale sévère, les médecins conseillent de baisser la prise de boissons. L’entourage du patient ne lui donne qu’un peu plus que la quantité excrétée par les urines, mais cette impossibilité de rétention de l’eau par les reins est le signe d’un vieillissement. La réaction du rein par rapport à l’hormone antidiurétique (ADH) est moins lente. L’excrétion du sodium par les reins est également moins efficace. En conséquence de ce trouble de la fonction rénale, l’accroissement de la déshydratation de l’aîné s’aggrave. La diminution des réserves d’eau entraîne la perte de la masse maigre et l’accroissement de la masse grasse. D’autres pathologies comme la fièvre, le diabète, l’incontinence peuvent également favoriser cette insuffisance hydrique. Ainsi, les perturbations métaboliques ont un impact sur l’habitude alimentaire du patient.

Les facteurs psychoaffectifs et sociologiques :
L’isolement, la manque de communication ou d’interaction avec son entourage (absence de personnel soignant), l’immobilité (les seniors qui restent souvent à domicile devant leur télé), l’incapacité de déglutition (due à une infection buccale par exemple) peuvent causer l’insuffisance de l’apport en liquides. La prise de médicaments laxatifs, diurétique etc. est aussi un facteur favorisant ce trouble.

Concernant les signes de déshydratation, on peut citer la faiblesse de la pression sanguine et du pouls, les yeux enfoncés, la perte du poids supérieur à 1 kg par jour et la hausse de la créatinine sérique.

En Europe, les valeurs de référence indiquées pour les aînés sont de2,5 l pour les hommes et 2 l pour les femmes. Pour que le sujet âgé boive sa ration avec plaisir s’il vit en collectivité, les responsables peuvent trouver des idées de boissons plus attrayantes comme le thé chaud aromatisé avec des rondelles d’orange, thé à la menthe fraiche, café au lait léger. La couleur joue un rôle aussi dans l’appétence d’une boisson. Les responsables peuvent ainsi privilégier les jus de fraise, de papaye, d’abricot etc. aromatisé pour vaincre la soif des aînés. Il faut se méfier cependant des sodas, des colas, des limonades et des boissons alcoolisées qui peuvent conduire à de la dépendance. A noter que les colas contiennent des excitants peu recommandés aux seniors.

Les gazs carboniques contenus dans les sodas, limonades etc. sont aussi nocifs pour les seniors âgés souffrant d’ulcères et de problèmes gastriques. Il en est de même pour la boisson alcoolisée. Cette consommation de son ratio de boisson au quotidien est d’une importance primordiale pour les aînés. De plus, chez les seniors âgés qui font signes de polypathologie, les troubles de l’hydratation peuvent favoriser le séjour fréquent en hôpital et l’hospitalisation en urgence. Le traitement de cette maladie diffère selon sa gravité. Si le niveau de l’hydratation n’est pas sévère, la modification du régime hydrique suffit. Pour les cas très graves, l’administration de liquide par voie sous-cutanée est indispensable.

Il faut noter que notre corps élimine entre 2 et 2,5 litres d’eau par jour. Il faut donc compenser cette perte en se référant aux recommandations nutritionnelles. Il ne s’agit pas non seulement de se limiter à l’eau minérale ou à l’eau de robinet (entre 1,5 litres et 2 litre par jour), car on peut également abuser d’autres boissons en quantité limitée s’il s’agit de boissons excitants ou de breuvages sucrés.

En outre, plusieurs sont les aliments qui apportent une bonne dose d’eau à l’organisme, des aliments riches en eau qui contribue à l’hydratation du corps.Il y va les fruits et légumes, les laitages, les œufs, les poissons, etc. Tout le monde n’est pas nutritionniste de formation, donc il va falloir demander l’avis des nutritionnistes professionnels pour se procurer des recommandations nutritionnelles de qualité, selon l’état sanitaire, l’âge, le poids, les pathologies, etc.

Un médecin nutritionniste, en sus de sa formation généraliste, a suivi une formation spécifique et complémentaire en nutrition. Il peut reconnaître facilement les maladies liées à la nutrition, à la dénutrition ou à la mal nutrition voire à la déshydratation, surtout à la déshydratation. Il peut également apporter ses savoirs face à de pathologies cardio-vasculaires, du diabète, du surpoids, de la thyroïde, de l’anorexie, etc.

En sa qualité de nutritionniste, et face à une maladie due au manque d’eau, le médecin nutritionniste peut axer ses recommandations vers la consommation rationnelle des fruits et légumes, y compris le concombre, et d’autres légumes très hydratants tels que le radis rouge, l’endive, la laitue, la courgette, la tomate, le poivron vert, etc. Le nutritionniste ne va pas manquer d’instruire le mode de cuisson afin de garder la teneur en eau de ces légumes et d’autres aliments hydratants. A noter aussi que les frais de consultation chez un nutritionniste conventionnés ont remboursés à hauteur de 70% sur la base BRSS. Il suffit d’avoir une bonne mutuelle senior pour compléter cette prise en charge.