Santé des seniors après 50 ans : la presbyacousie

Cette pathologie touche 2 sur 3 des personnes âgées de plus de 50 ans. Elle touche les deux sexes et se caractérise par une baisse progressive de l’audition. Ce phénomène est naturel car, il est causé par un vieillissement normal du système auditoire et il peut s’aggraver au fil des ans. Aujourd’hui, on compte plus de 3 millions de personnes souffrant de cette maladie en France. Existe-t-il un traitement spécifique pour ce type de dégénérescence de la capacité sensorielle et quels en sont les symptômes ? Explications.

Cette perte auditive se manifeste par la diminution de la perception des sons aigus (la voix féminine et la voix des enfants). Le patient a également du mal à entendre les mots qu’on lui adresse dans un environnement bruyant. Il peut ressentir ce trouble auditif lors d’une réception, d’une réunion familiale, d’un concert ou même dans un endroit public moins saturé par le public comme un restaurant. Les syndromes peuvent s’accentuer à mesure que la personne vieillit et la communication avec elle devient difficile.

Son entourage devrait ainsi répéter les questions qu’on lui pose ou elle ne répond pas lorsqu’on l’interpelle. Elle sera aussi amenée à monter le volume de la télévision ou de la radio car, elle a du mal à entendre même les sons graves dans un environnement calme. Ces troubles auditifs s’accompagnent quelquefois des bourdonnements et des sifflements dans l’oreille. La personne touchée par cette pathologie pourrait s’isoler progressivement de son entourage car, il n’arrive pas à interagir avec les gens qui l’entourent. Le plus grave réside dans le fait qu’elle ne sera pas protégée des dangers de la circulation (entend mal le klaxon des voitures, etc.). Ce qui pourrait lui donner un sentiment de frustration et d’isolement et l’entraîner à se tenir à l’écart des autres. Cet isolement produirait à terme des troubles cognitifs ou psychologiques. Il importe ainsi de traiter ce problème et de se rendre chez son médecin traitant afin de traiter sa surdité et de trouver une solution à ce trouble handicapant.

Lorsque les régions du cerveau qui prennent en charge l’audition sont moins performantes, le cerveau n’arrive plus à percevoir certaines fréquences. Les neurones, censés faire cette tâche, se chargent alors d’autres fonctions, ce qui entraîne la déformation de sons et une difficulté à décrypter les signaux. Cette situation de surdité peut être due au développement d’une maladie. Cependant, les capacités sensorielles (la vue, l’audition, le toucher, l’odorat, la sensibilité à la pesanteur) peuvent aussi baisser avec l’âge. Les cellules garnies de cils dans l’oreille interne deviennent plus rares. Cela entraîne la perte auditive progressive. Les muscles des osselets deviennent alors moins souples et le nerf auditif se dégrade en même temps.

Outre la maladie et le facteur lié à l’âge et au vieillissement des organes, le facteur génétique est aussi une des causes déclenchant cette pathologie. En règle générale, la presbyacousie survient une dizaine d’années après la perte de la vue. Elle peut débuter à l’âge de 45 ans chez certaines personnes. La prise de certains antibiotiques ou les maladies inflammatoires fréquentes des oreilles (otites) favorisent également l’apparition de cette maladie. Enfin, les personnes qui sont souvent exposées à un milieu bruyant (discothèque, etc.) tout au long de leur vie sont également prédisposées à cette perte auditive. L’activité professionnelle pourrait également prédisposer une personne à cette maladie (traumatismes sonores subis au cours de leur vie professionnelle).

Lorsqu’une personne se fait répéter les mots ou les questions qu’on lui adresse, elle devrait se rendre chez son médecin traitant pour vérifier la cause de ce problème auditif. Si elle a aussi de la difficulté à entendre la conversation de plusieurs personnes, ces symptômes révèlent une dégradation du système auditif. Seul le test d’audition du médecin ORL (l’audiogramme) permet d’identifier l’état de santé du patient. Le professionnel de santé ORL effectue une exploration des sons graves et aigus des deux oreilles. Si le résultat affiche une courbe en pente descendante sur les sons aigus, cela signifie que le patient souffre de presbyacousie. La dégradation auditive est symétrique. Le médecin fait en complément un test d’audiométrie de voix pour déterminer la gêne sociale du patient. Ce deuxième test lui permet de s’assurer quels sons ou quelles syllabes peuvent être entendues par le patient.

Bon à savoir : la souscription à une mutuelle auditive senior permet de se prémunir contre les dépenses de traitement liées aux maladies associées à l’âge et au vieillissement. Cette assurance santé propose une prise en charge du traitement des maladies auditives (consultations, examens dans les laboratoires, intervention chirurgicale ou achat d’un appareil auditif). Ce qui permet au senior d’avoir moins de problèmes financiers en cas de pépin santé grâce aux remboursements de la Sécurité sociale et de la mutuelle santé senior.

Une enquête a montré que 26 % des personnes de plus de 60 ans ont un trouble auditif. Cette dégradation de la perception du son est irréversible dans bon nombre de cas. Il est presque impossible d’atténuer les causes de cette pathologie. Cependant, le senior peut recourir à la prothèse auditive externe qui lui permettra d’augmenter les sons et d’améliorer le lien social avec son entourage. Il faut noter toutefois que cette solution n’attire pas beaucoup les personnes âgées de plus de 50 ans. Si elles adoptent volontiers les corrections visuelles, seules 20 % d’entres elles qui souffrent de perte auditive se font appareiller.

En fonction de la dégradation auditive, l’audioprothésiste pourrait proposer soit un appareil auditif de type intra-auriculaire soit un contour de l’oreille. Ces deux appareils ont chacun leur efficacité si la baisse d’audition n’est pas encore à son stade grave. Le premier est plus discret tandis que le contour de l‘oreille est plus adapté à la presbyacousie. Au cas où le malentendant a un problème d’allergie ou de démangeaisons avec les matériaux de fabrication de son appareil auditif, il pourra aussi consulter son médecin qui le conseillera sur le traitement qui corrigera cette intolérance. A noter qu’un malentendant peut porter son appareil pendant 4 à 7 ans. Il devrait renouveler par la suite son appareillage.

Remarque : pour avoir un appareil auditif qui s’adapte parfaitement à ses besoins auditifs, il est conseillé de consulter un médecin ORL plutôt que d’acheter l’appareillage en pharmacie.

Même si cette dégradation de l’audition pourrait survenir avec l’âge, elle peut être évitée dans certains cas. Ainsi, au cours de sa jeunesse, une personne peut éviter l’exposition fréquente tant que possible des environnements bruyants. Cela peut être son lieu de travail ou un endroit où elle a l’habitude de se rendre fréquemment. Il faut également éviter d’écouter de la musique avec un volume très fort, surtout avec un casque audio. Ces circonstances favorisent la baisse de l’audition et entraînent à la longue la surdité de l’oreille. Enfin, les acouphènes et les otites devront être soignés pour éviter qu’ils ne s’aggravent.

La réforme du reste à charge zéro reconfigure les modalités de prise en charge des appareils auditifs par apport à 2018, étant donné qu’une nouvelle classification de ces appareils est conçue, comprenant un panier de soins qui sera remboursé à 100% en 2021, avec un prix plafonné. A titre d’information, la durée de vie moyenne des appareils auditifs est de 4 ans. Lorsque le fonctionnement de l’appareil se dégrade, il y a les risques de distorsion, les risques de pannes fréquentes, etc. Cependant, tout dépend de l’entretien, de l’utilisation et notamment de la gamme d’appareils.

Avant la réforme 100% Santé, le remboursement des appareils auditifs, dûment prescrits par un médecin généraliste ou un ORL, par l’Assurance Maladie sur la base de 100% est fixé à 350€ par appareil auditif. En général, sur le marché, un appareil auditif de Classe 1 ou entrée de gamme est vendu à 800€. Ce sont notamment les appareils comme le contour d’oreille, le micro-contour, l’intra-auriculaire, avec 12 canaux réglables et des options comme le système anti-acouphènes, réduction de bruit du vent, et une amplification minimum de 30dB.

Le dispositif Reste à Charge Zéro ne sera effectif qu’en 2021, sous réserve que le patient a une mutuelle santé. Pour les produits concernés par la loi 100% Santé, les remboursements de la Sécurité Sociale augmentent dans le temps dont 50€ par oreille par an jusqu’à atteindre le reste à charge zéro, depuis l’année 2019. Effectivement, en 2019, les patients bénéficient en moyenne de 200€ de moins quant au reste à charge, 250€ en 2020 et 400€ en 2021, résultant un reste à charge zéro.