Mutuelle santé senior : le psoriasis

Environ 3 millions de Français sont affectés par le psoriasis. Il s’agit d’une inflammation chronique de la peau dont l’évolution se fait par poussées. Cette pathologie dermatologique non contagieuse apparaît généralement à l’âge adulte vers la trentaine et touchent autant les femmes que les hommes. La Sécurité sociale rembourse à 100 % les soins en rapport avec cette maladie. Cette prise en charge est à compléter avec celle de la mutuelle santé senior. Tout savoir sur l’essentiel des symptômes, causes et traitements du psoriasis.

Cette maladie chronique de la peau se caractérise par l’apparition des lésions squameuses arrondies ou ovales et qui prennent la forme de plaques rouges et épaisses. Elle peut survenir à tout âge mais l’affection débute souvent vers l’âge de 10 à 30 ans. Les squames proviennent de l’accumulation de l’excès des cellules mortes car le psoriasis favorise le renouvellement cellulaire. En grattant les épaisses plaques de peau, on voit apparaître une pellicule transparente. L’affection qui évolue par cycles peut causer des douleurs et des démangeaisons sur la peau. Les lésions peuvent apparaître sur les coudes, les genoux, le cuir chevelu, le bas du dos, les fesses, le visage, l’aine, l’aisselle et les ongles. Le psoriasis n’est pas transmissible et le traitement médical pourrait soulager la régression et l’apparition des symptômes.

Les causes de l’apparition de cette pathologie ne sont pas encore bien définies pour le moment. Mais selon les recherches, la prédisposition génétique pourrait déclencher les symptômes. En effet, 30 % des patients atteints de cette affection ont des antécédents familiaux présentant ce cas.
Outre le risque héréditaire, d’autres facteurs peuvent également déclencher le psoriasis :

  • le stress causé par une surcharge de travail, un événement traumatisant comme la perte d’un être cher
  • le taux d’hormone dans le sang : certaines femmes affichent un accroissement des symptômes à certains moments de leur cycle menstruel
  • la prise de certains médicaments comme les bêtabloquants, le lithium…
  • la consommation de tabac et de l’alcool : cette pratique entrave le traitement tout en augmentant la gravité des symptômes
  • le fait de s’exposer au soleil pourrait aussi dans certains cas favoriser l’apparition des lésions même si les rayons UV peuvent améliorer l’évolution de l’affection.

Jusqu’à ce jour, les chercheurs n’ont pas encore trouvé le traitement permettant d’avoir une guérison définitive. Toutefois, il existe plusieurs traitements permettant d’alléger les lésions.

  • les traitements par médicaments : le médecin traitant pourrait prescrire la prise des médicaments accélérant la desquamation ou l’élimination des croutes. Il peut aussi orienter le patient vers la prise des dermocorticoïdes, de vitamine D, l’antihistaminique ou les rétinoïdes
  • si les plaques épaisses s’étendent sur des nombreuses parties du corps, le médecin peut opter pour le traitement à l’aide d’un rayonnement électromagnétique d’une certaine intensité. Ce traitement est accompagné d’une prise par voie orale des agents photosensibilisants. Une trentaine de séances pourrait faire disparaître les lésions.
  • le patient pourrait aussi choisir d’autres traitements naturels pour apaiser l’aggravation de l’affection. A titre d’exemple, il peut utiliser les feuilles de plante comme l’aloès vera pour activer la capacité de guérison des lésions ou utiliser l’huile essentielle de camomille pour soulager les démangeaisons. Les bains dans une eau avec du sel marin renforcent également le système immunitaire. Le traitement nécessite un suivi tous les 6 mois.

Concernant les mesures préventives pour éviter l’apparition ou l’aggravation de cette atteinte cutanée chez les sujets à risques, il est conseillé d’éviter les stress physiques ou psychiques qui pourraient déclencher l’affection.