Santé des seniors : le glaucome

Santé des personnes âgées le glaucome

Le glaucome est une maladie qui peut toucher toute tranche d’âge. Elle n’est donc pas uniquement réservée aux personnes avancées en âge. Elle se définit comme le durcissement du globe oculaire dû à l’augmentation de la pression interne du liquide contenu dans le globe. Ce qui a pour conséquence d’entraîner une baisse de la vision accompagnée de maux de tête. Il s’agit d’un trouble progressif oculaire. En France, plus de un million de personnes sont touchées par cette pathologie mais la moitié d’entre eux ne sont pas traités par ignorance. Le glaucome apparaît souvent chez les personnes les plus de 40 ans. Zoom sur les symptômes et les mesures préventives pour lutter contre cette maladie qui cause la cécité.

La difficulté avec cette maladie qui provoque une baisse irrémédiable du champ de vision est qu’elle ne présente pas des symptômes visibles. Cela est dû au fait qu’il est impossible de ressentir la pression de l’œil. Seuls quelques syndromes tels que les maux de tête, ou des yeux rouges permettent d’appréhender la présence d’une maladie oculaire. Mais il faut faire un test chez le professionnel de santé pour s’assurer s’il s’agit d’un début de glaucome. La vision embrouillée est également un signe d’alerte. Par ailleurs, si la personne ne fait pas des examens des yeux, il y aura des trous dans le champ de vision. La maladie, si elle n’est pas traitée mène à la cécité.

L’augmentation de la pression intraoculaire peut dépendre de plusieurs facteurs bien qu’on ne connaît pas exactement la cause de son apparition. Le facteur majeur de risque est d’abord l’hérédité. S’il y a des antécédents familiaux de cette maladie, sa survenance est probable lorsque la personne arrive à un certain âge. L’origine africaine pourrait également causer le glaucome. Cette maladie est aussi associée à la myopie, à la cataracte ou un problème de la vue tel que la blessure de l’œil ou la fréquente augmentation d’une pression artérielle. Le diabète sucré, la prise des médicaments contenant de cortisone ou d’autres corticostéroïdes sont également susceptibles de favoriser le glaucome. Le risque est surtout accru si le patient prend le médicament par voie orale ou il l’administre dans les yeux. Mais pour les autres formules en crème, elles n’ont aucun effet sur l’apparition de cette maladie.
Cette pathologie de gêne visuelle est caractérisée par une hausse indolore de pression dans le globe oculaire. Cela se fait d’une manière progressive mais elle peut comprimer irrévocablement le nerf optique. Quand cela survient, il y a une réduction d’apport en sang de cellules nerveuses, et les cellules finissent pas dégénérer. Les premiers touchés sont les nerfs externes en commençant par les extrémités puis le trouble cause progressivement la cécité totale. Le problème avec ce phénomène, c’est que les symptômes ne sont pas visibles et la douleur n’accompagne pas généralement la maladie. C’est pourquoi, il est recommandé de faire un examen des yeux 2 fois par an pour les sujets âgés.

On retrouve 5 types du glaucome selon l’augmentation de la pression interne oculaire :

  • Le glaucome primaire à angle ouvert : celui-ci est plus fréquent chez les personnes âgées de plus de 50 ans et ceux d’origine africaine. Le réseau de la trabécule n’arrive pas à drainer correctement le liquide aqueux qui approvisionne l’œil en nutriments. Cela est peut-être dû au vieillissement. L’accumulation de la pression provoque la défaillance du nerf optique. Des taches irréparables embrouillent la vue périphérique et centrale. La maladie s’aggrave si le patient âgé ne consulte pas un professionnel de vue.
  • Le glaucome à angle fermé : celui-ci touche les personnes d’origine asiatique et les personnes souffrant de diabète ou d’uvéite. L’accumulation de la pression dans la partie principale du globe oculaire fait pousser vers l’avant l’iris. Ce qui a pour effet de refermer l’angle du réseau trabéculaire.
  • Le glaucome à pression normale : dans ce type de glaucome, la pression oculaire est normale mais le nerf optique se porte mal du à un mauvais fonctionnement de perfusion de sang du nerf optique.
  • Le glaucome pigmentaire : ce type de maladie concerne essentiellement les personnes myopes encore jeunes. Le réseau trabéculaire est obstrué par des fragments de matière blanche. Le risque de contracter le glaucome est ainsi accru.
  • -Le glaucome traumatique qui résulte d’un traumatisme de l’œil des années après la survenance de l’accident.

Pour s’assurer si une personne âgée est atteinte de cette maladie ou non, les professionnels de vue procèdent à quelques examens. Le médecin des yeux peut par exemple mesurer l’épaisseur de la cornée. Si la cornée est épaisse, il y a hausse de la pression. Mais si elle est mince, cela présage une baisse de la pression. Le test rapide de tonométrie permet également de mesurer la pression intraoculaire. Il y a la tonométrie à air pulsé et la tonométrie à aplanation. Ces deux tests ne provoquent pas de douleur. L’oculiste peut aussi observer l’œil des dégâts du nerf optique avec un appareil qui projette une lumière dans l’œil. Enfin, il peut également faire un test de champ de vision au patient pour estimer l’étendue de son champ visuel.
Remarque : pour la personne âgée, il est recommandé de consulter un médecin des yeux lorsqu’il a un problème de baisse de vision. Les vives douleurs à l’œil et l’œil rouge doivent également être traités avec sérieux. Pour obtenir un meilleur remboursement de ses dépenses de santé, à savoir, le traitement de l’infection oculaire ou l’opération chirurgicale de l’oeil, il est conseillé à un senior âgé de souscrire à une mutuelle senior.

La pression oculaire peut être soulagée par des médicaments. Le patient peut les administrer par goutte dans l’œil. Il y a par exemple des médicaments comme le bétaxol, le timolol, la brimonidine, la dorzolamide, le bimatoprost, le latonoprost etc. L’inconvénient de la prise de ces médicaments, c’est que le patient doit les prendre à vie. C’est pourquoi, les personnes souffrant de cette maladie préfèrent recourir à l’intervention chirurgicale ou le traitement au laser. Ce dernier ne cause pas de douleur et il se fait dans moins de 20 mn. La lumière du laser réduit le volume de liquide et dégage l’obstruction des ouvertures. Si cette solution s’avère infructueuse, le patient peut également recourir à l’intervention chirurgicale.

Les mesures préventives pouvant retarder ou stopper l’apparition de cette maladie concernent le dépistage précoce de l’œil à partir de 50 ans. Quand il devient rouge sans cause apparente, il vaut mieux faire une consultation chez l’ophtalmologiste. La prise en charge permet de freiner l’aggravation de la maladie, voire de guérir complètement la personne atteinte dans le cas d’une opération chirurgicale. Les aliments contenant de vitamine A et les compléments alimentaires antioxydants peuvent également améliorer la circulation sanguine. Enfin, s’il est possible de ne pas prendre de cortisone ou des hormones favorisant cette maladie, cela constitue aussi un traitement préventif contre son apparition. A rappeler enfin que si la maladie n’est traitée que dans sa phase avancée, les dommages oculaires peuvent être irrémédiables.