Santé des seniors : la démence sénile

La démence sénile est un affaiblissement ou disparition des facultés mentales qui affecte en général les personnes âgées au-delà de 65 ans. On constate chez les seniors une détérioration progressive et irréversible des capacités cérébrales. Les causes en sont nombreuses mais la cause plus courante est la maladie d’Alzheimer. Dès lors qu’il y a une dégradation de la mémoire, accompagnée de problèmes d’élocution ou d’altération de facultés exécutives, cela pourrait présager cette pathologie. Lisez notre guide pour découvrir les symptômes, les causes, les préventions ainsi que le traitement de cette maladie grave.

Cette maladie se traduit par une baisse progressive des capacités psychiques. Cela apparaît lorsque le système nerveux central est endommagé. La communication entre les cellules est ainsi entravée. Il ne s’agit donc pas d’une maladie mentale mais des troubles du fonctionnement du cerveau. L’affection touche l’ensemble des fonctions psychiques et cause l’altération de l’affectivité et les fonctions exécutives du patient. Son comportement social est également altéré. La pathologie évolue progressivement et elle est en général irrémédiable. Les troubles du développement de cette maladie les plus courants sont l’autisme et le syndrome d’Asperger.

Des nombreuses études ont été faites pour déterminer les facteurs qui déclenchent la démence sénile chez les sujets âgés. Voici une liste de ces causes :

  • Démence de type Alzheimer : qui concerne environ 65% des cas des démences séniles. Cette maladie est caractérisée par la disparition ou la perte des neurones causant la difficulté d’orientation spatiale et temporale, la perte de souvenirs et de la mémoire etc. Dans ce cas la démence sénile est due à des facteurs héréditaires, à des antécédents familiaux, ou à l’avancée en âge.
  • Démence vasculaire : qui concerne environ 15% des sujets atteints. Cette catégorie est causée par des troubles de circulation du cerveau suite à un accident vasculaire (AVC), à des lésions cérébrales ou le vieillissement.
  • Démence provoquée par d’autres facteurs secondaires comme l’abus de l’alcool, de tabac ou de stupéfiants, la carence en vitamine B12, les troubles de la fonction de la thyroïde, la maladie comme le SIDA ou la syphilis, l’augmentation de la pression artérielle, le diabète, la prise de certains médicaments.

Ces facteurs entraînent l’altération de transmission de messages au niveau du cerveau. Ce qui provoque les disparitions des facultés psychiques. Seuls certains cas peuvent être traités. Il s’agit de la troisième catégorie. Mais lorsque la démence sénile est causée par la maladie d’Alzheimer, ou une détérioration des vaisseaux sanguins, elle est incurable.

Les symptômes de cette maladie sont souvent chroniques et évolutifs. La maladie altère les facultés cognitives d’une façon plus importante que celle qu’on observe dans le cas d’une vieillesse normale. Dans son premier stade, l’affection touche d’abord la mémoire, le sens du raisonnement et le sens de l’orientation du patient. Ce dernier peut commettre des actes illégaux comme le vol dans un supermarché ou l’exhibitionnisme ou il peut récupérer et collectionner des objets sans valeur. Dans la vie au quotidien, le patient n’arrive pas à faire des gestes simples comme s’habiller et il ne parvient pas à faire la différence entre l’image et l’objet réel. La fabulation ou le délire chronique de persécution ainsi que les mensonges sont également des signes évoquant cette maladie. Par ailleurs, le sujet âgé n’arrive pas aussi à faire une opération de calcul simple et a du mal à apprendre quelque

chose. On lui retrouve également un trouble de langage et du jugement accompagné par une baisse de contrôle émotionnel. Ses émotions changent alors rapidement de la tristesse, à l’impulsivité ou à la colère. Ce qui provoque des problèmes d’interactions sociales du fait que la personne âgée n’arrive plus à communiquer avec son entourage. Dans son stade terminal, des fréquentes crises d’épilepsie, ainsi que la baisse de la motricité apparaissent. Des fausses routes de l’alimentation sont également fréquentes. Ce qui accroît le risque d’atteinte pulmonaire. Tous ces signes présagent parfois la déficience ou la perte de la fonctionnalité cognitive.
Les conséquences de la démence sénile sont donc graves pour les sujets atteints mais également pour ses proches qui leur viennent en aide. Ces syndromes impliquent la nécessité de l’assistance des aides sociaux ou l’hébergement dans les maisons de retraite. Lorsque la maladie atteint son stade terminal, le patient âgé peut vivre en moyenne 7 ans.

Même si le vieillissement est le facteur de risque le plus connu, la démence peut également toucher aussi les personnes plus jeunes. En effet, selon les chiffres, 9% des personnes atteintes de cette pathologie n’ont pas encore 65 ans. Par ailleurs, les études ont démontré qu’il existe un lien entre les altérations des facultés cognitives et le mode de vie du patient. Le manque d’activité physique, l’usage abusif du tabac, de la cigarette ou de l’alcool, le régime alimentaire déséquilibré, le surpoids, le diabète sucré, la hausse de pression artérielle sont autant des facteurs de risques pouvant provoquer l’apparition de la démence sénile. Et ce à partir de la quarantaine. D’autres facteurs de risques comme la dépression, l’isolement social pourront également provoquer la démence. Il est ainsi important de modifier la mode de vie, le régime alimentaire, et les facteurs modifiables comme l’isolement ou l’enfermement du patient âgé pour prévenir la maladie. L’exercice physique, un régime faible en gras et l’arrêt du tabac ou de l’alcool constituent des mesures préventives.

Seul le médecin de famille ou le médecin traitant peut vérifier s’il s’agit d’une démence sénile ou d’une autre pathologie liée à la vieillesse. Il est recommandé alors d’amener la personne âgée à l’hôpital dès qu’il fait signe de comportement bizarre (perte ou altération de mémoire, perception visuelle et raisonnement défaillants…). Le professionnel de santé diagnostique d’abord la maladie d’Alzheimer, puis d’autres formes de démence. Il se base sur l’historique médical du patient, les tests du laboratoire, ainsi que les altérations au niveau de la pensée. Quelquefois, il est difficile au médecin de préciser quel type de démence touche le patient car les symptômes peuvent coïncider. Pour avoir plus de précision, la consultation d’un spécialiste en neurologie est nécessaire.

Le traitement de la maladie varie selon sa cause. Si elle est d’origine neurodégénérative comme la maladie d’Alzheimer, il n’existe pas de remèdes permettant d’arrêter l’évolution ou la progression de la maladie. Mais il existe cependant des médicaments qui aident à alléger temporairement les syndromes de la démence. Le médecin prescrit les mêmes médicaments que ceux qu’il utilise dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Les interventions comportementales peuvent également soulager les symptômes de la démence. Jusqu’à maintenant, le traitement efficace de la démence fait encore l’objet de la recherche des médecins et chercheurs.

La démence sénile est une maladie qui affecte généralement les sujets âgés. Elle est due à l’endommagement du cerveau. Ce qui empêche les cellules cérébrales de fonctionner librement. La génétique, le tabagisme, l’effet secondaire de la prise de médicaments, certaines maladies comme le diabète ainsi que le mode de vie inadéquat provoquent l’apparition des symptômes. L’aîné peut protéger son cerveau en prenant des mesures comme l’exercice physique, l’arrêt de la prise de tabac, le régime alimentaire sain, le suivi de sa glycémie ou de sa pression artérielle etc.