Santé des personnes âgées : l’arthrose

L’arthrose ou l’inflammation chronique du cartilage des articulations est une pathologie répandue chez la grande majorité des sujets âgés de plus de 70 ans. Des personnes plus jeunes peuvent également être atteintes par cette maladie dégénérative. L’âge, le surpoids, l’hérédité, le choc brutal sont des facteurs prédisposant à ces poussées de douleurs aiguës ou inflammatoires. Cette pathologie handicapante figurant dans la famille des affections rhumatismales peut causer la perte de l’autonomie du senior âgé. Décryptage des symptômes, causes et traitements de l’arthrose.

Cette maladie se manifeste et évolue différemment d’une personne âgée à une autre. Elle se manifeste par la perte de l’élasticité du cartilage qui joue le rôle de protecteur de l’extrémité des os. Il est même possible qu’il disparaisse et laisse les os seuls pour encaisser les chocs. L’aîné peut ressentir alors des douleurs sourdes ou vives quand il bouge ses membres. Mais la douleur peut aussi persister même s’il est inactif ou au repos. Au toucher, les parties concernées sont raides et perdent leur flexibilité. La raideur du cou et du dos peut également caractériser l’arthrose. Quand le senior âgé bouge la partie atteinte, on pourrait entendre un bruit de broiement. Les articulations douloureuses entraînent des difficultés de mouvement. Le senior a du mal à marcher et ses indispositions peuvent lui causer des chutes. En outre, lorsque l’os est en contact direct, cela entraîne sa destruction. De nouveaux os vont se reconstruire d’une façon anormale provoquant à la longue des protubérances osseuses. Ces excroissances sont sources d’une inflammation. En ce qui concerne les articulations gonflées, elles sont dues aux attaques des ligaments et des tendons. Les lésions causées par la difformité des articulations sont irréversibles. Des nodosités dans les articulations médianes peuvent également apparaître. Il est à remarquer que les genoux, les hanches, les pieds, les mains sont plus sensibles aux risques de cette maladie. Notons également que bon nombre d’arthrites n’éprouvent aucun syndrome. Or, si le membre atteint est souvent sollicité, cela provoquerait l’aggravation de la pathologie. Seul le praticien peut diagnostiquer la présence d’un risque d’arthrose. Pour ce, le professionnel demande des informations sur les signes et symptômes qui apparaissent au quotidien. Puis il examine les articulations touchées en jugeant sa déformation et sa mobilité. Après le diagnostic, il prescrit le traitement approprié.

Les causes exactes de cette pathologie ne sont pas encore déterminées. Mais les chercheurs pensent que certains facteurs prédisposent au déclenchement de l’arthrose. En premier lieu, il y a l’âge. Bien que cette maladie ne soit pas réellement liée à la vieillesse, il faut tenir compte de l’usure du cartilage avec le temps, avec la maladie congénitale ou les efforts. Ainsi, les jeunes sportifs qui pratiquent du football, du tennis ou du basket ball sont aussi susceptibles à cette maladie. Mais, à partir de 65 ans, le pourcentage de la population aux prises avec cette affection atteint 90%. Les études ont aussi avancé que les gênes peuvent jouer un rôle assez important dans cette maladie. Elle peut être une pathologie héréditaire qui se transmet de génération en génération et qui ne se manifeste qu’à l’âge adulte ou à l’âge avancé des personnes d’un même lien de sang. L’obésité ou le surpoids est également une cause probable de l’arthrose. En effet, l’excès de poids constitue une charge non négligeable sur les articulations majeures comme les hanches, les genoux etc. Le cartilage de s’usera alors plus facilement. Outre la surcharge du poids, l’utilisation excessive des articulations peut également avoir un impact sur leur état. Le traumatisme articulaire peut survenir. Ce développement de l’arthrose s’applique en principe aux sujets plus jeunes qui font une pratique sportive intense. La blessure ou l’entorse de la personne âgée peut également déclencher cette maladie. Il est conseillé de consulter rapidement un médecin en cas de chute provoquant une entorse ou une déchirure. Enfin, il y a également l’arthrite rhumatoïde qui peut causer des dommages aux articulations et favoriser l’évolution de cette maladie.

Après avoir examiné la partie touchée du corps du sujet âgé, le médecin traitant prescrit une analyse radiologique pour mieux évaluer l’étendue de la perte de cartilage, les dommages des os, la prolifération de tissu osseux au voisinage de l’inflammation. Le professionnel peut éventuellement aussi opter pour une IRM (imagerie par résonance magnétique) pour exclure d’autres blessures dans la région touchée. D’autres diagnostics tels que l’analyse du liquide lubrificateur des surfaces osseuses atteintes ou d’une analyse de sang.

Il n’existe pas de thérapie curative pour guérir cette maladie. Mais les progrès de médecine ont permis de soulager les souffrances et les douleurs occasionnées par l’inflammation des articulations. Des remèdes sont ainsi disponibles pour freiner le développement de l’arthrose tout en diminuant les douleurs et les enflures. Pour les syndromes plus graves, le pharmacien peut exiger une ordonnance Parmi ces médicaments qui calment les douleurs, citons en guise d’exemple l’acétaminophène, l’ibuprofène. L’efficacité de diclofenac est aussi prouvée dans le traitement des symptômes légers mais pour les douleurs aigües, l’usage de la codéine est plus courant. Pour le traitement à long terme, les médecins privilégient l’injection de la cortisone à l’intérieur de l’articulation. Le recours aux injections d’acide hyaluronique permet également d’apaiser les douleurs. L’effet bénéfique de la glucosamine est également démontré dans le traitement de l’arthrose. Si une articulation de la personne âgée a subi de dommages graves, le médecin pourrait envisager une intervention médicale si la santé du patient permet une telle opération. Le chirurgien peut par exemple remplacer l’articulation, réparer l’os difforme ou reconstruire l’articulation grâce à une intervention chirurgicale. Pour le sujet âgé, le remplacement par la chirurgie de l’articulation du genou ou de la hanche endommagé lui permet de reprendre une vie normale après la phase de rééducation. Cela lui permet d’en finir avec l’invalidité. A noter que les séances de rééducation peuvent également être bénéfiques aux arthrites qui n’ont pas subi une intervention chirurgicale. Soulignons aussi que les risques de cette intervention sont minimes. Outre le recours aux médicaments et à l’opération chirurgicale, la physiothérapie permet également de corriger la flexibilité de l’articulation atteinte. Pour ce, le professionnel médical pourrait proposer des aides à l’ergonomie telles que les cannes.
Remarque : Les parties du corps humain telles que les genoux, les mains, les épaules, les hanches peuvent être opérées. Le coût du traitement et de l’opération chirurgicale peut être assez onéreux pour la personne âgée. Il serait avantageux pour lui de se souscrire à une mutuelle seniors qui propose un meilleur remboursement des postes de soins correspondant à ses maladies.

Le maintien d’un poids moyen constitue la meilleure mesure préventive pour le sujet âgé. Si le senior est déjà arthrite, il lui est conseillé de pratiquer des exercices physiques réguliers et modérés afin de soulager ses douleurs et stimuler ses défenses immunitaires. Le port des charges lourdes ou des semelles inappropriées favorisent également la survenue de cette affection articulatoire. Les souliers à semelles orthopédiques sont à conseiller pour les personnes avancées en âge souffrant d’arthrose. Bref, les voies thérapeutiques permettent de soulager les douleurs mais comme l’adage le dit bien, mieux vaut prévenir que guérir. Le suivi régulier de la santé du sujet âgé et la prévention sont toujours importants pour éviter cette maladie invalidante.