5 points pour mieux comprendre les mutuelles : connaître les avantages et éviter les risques

Les termes d’un contrat de mutuelle sont compris différemment selon la personne qui devrait les lire. Selon les capacités d’acquisition, certaines personnes vont tout de suite comprendre les termes de références sur le contrat, d’autres ont du mal à le comprendre. Pour donner quelques éclaircissements sur les termes relatifs aux mutuelles santés, on a conçu un petit résumé afin de pouvoir aider les intéressés dans la lecture d’un contrat.

On ne cesse de vous dire de bien comparer les offres avant de souscrire à une mutuelle santé. Mais encore faut-il pour ce faire comprendre ce genre de prestation. Voici 5 must know afin de vous permettre de bien gérer votre contrat :

  • Le plafonnement des remboursements

Les remboursements sont plafonnés. Les plafonds varient en fonction de votre contrat. Mais ils ne dépassent pas les tarifs moyens proposés par la SECU, notamment en ce qui concerne les consultations médicales.

  • La liste des prises en charge

La qualité et la liste des prises en charge changent en fonction de la catégorie de contrats de mutuel que vous aurez choisis. Il y a notamment les compléments assurances santés qui ne couvrent que les soins dentaires ou ophtalmologiques. Ils sont certes moins chers, mais ne couvrent pas toutes les dépenses liées à la santé. Pour ce faire, vous devez opter pour une couverture prémium. Et attention aux carences cachées dans ce cas : les délais de non-remboursement de certains frais après la souscription, etc.

  • La formule

Les assurances santé, une fois arrivées à plus de 60 ans, coutent généralement plus cher. C’est d’autant plus risqué que vous allez devoir assumer les frais personnellement. on doit déchiffrer ce que le contenu du document. Comme tout contrat en général, avant de signer et d’approuver, il faut bien lire son contenu pour mieux comprendre ses avantages et ses inconvénients. Ceci est aussi valable pour un contrat de mutuelle. On ne doit pas arrêter de lire ou de demander plus d’informations si seulement toute est claire comme de l’eau de roche.

Malgré la présence des couvertures d’entreprise, on vous conseille de souscrire à un contrat sur mesure.

  • Le réseau de soin

Les assureurs peuvent vous proposer leur propre réseau de soin. Ce qui vous garantira une meilleure qualité de prise en charge pendant les soins.

  • La rapidité des services

La prise en charge peut se faire en moyenne sous 48 heures pour les meilleurs assureurs.

Selon les mutuelles, il existe plusieurs niveaux de couverture (le ticket modérateur qui est pris en charge par la couverture de base, et pouvant toucher jusqu’à 400% des tarifs recommandés de la Sécu aux autres couvertures). Bien évidement, le tarif de la mutuelle dépend du niveau de la prise en charge : s’il s’agit du niveau de couverture de base, le coût est abordable mais s’il s’agit du haut de gamme, ce sera plus élevé. En tout cas, l’assuré doit choisir la couverture mutuelle qui lui convient.

Mutuelle individuelle : comme son nom indique, est un contrat proprement individuel. La formule a été sélectionnée et souscrite par l’assuré en personne. Elle le prend en charge avec les personnes légalement susceptibles des effets du contrat et qu’il aurait désigné durant la souscription comme ses ayants droits. L’assuré est libre de la nomination de ces derniers. Normalement, cette mutuelle est destinée à ceux qui ne jouissent pas d’une mutuelle dans leur activité professionnelle.

Mutuelle collective : le choix de cette formule vient de l’employeur, la mutuelle est collective c’est-à-dire pour tous les salariés. Mais l’adhésion peut être obligatoire ou facultative selon les conditions de l’employeur. Au cas où la souscription à une mutuelle santé collective est obligatoire, le salarié n’a plus l’intérêt de souscrire à une mutuelle individuelle. La mutuelle collective assure le frais de santé du salarié ainsi que sa famille. Les cotisations sont prises en charge parallèlement par le salarié et l’employeur.

Dernièrement, il faut se référer à la loi Châtel, un texte spécialement conçu pour les consommateurs afin de soutenir ses confiances et ses protections. Durant l’effet d’un éventuel contrat d’assurance, l’assureur doit rappeler à ses clients au mois 15 jours avant la date d’anniversaire ou d’un autre terme, la date de l’échéance du contrat. Dans ce cas, il doit leur laisser librement le choix de le poursuivre ou de résilier. La résiliation n’est valable que lorsque la date d’échéance annuelle du contrat arrive, et à cet instant, l’assuré a le droit de comparer les conditions des assurances pour choisir ce qu’il lui serait le mieux approprié.