Santé seniors après 50 ans baisse de la libido et de l’énergie sexuelle

La baisse d’hormone touche les femmes de 40 à 50 ans. Au cours de cette période de transition vers l’arrêt définitif de la menstruation, leurs réactions envers leur partenaire sexuelle dépendent de l’image qu’elles ont d’elles-mêmes, de leur propre corps et de leur santé. De l’autre côté, les hommes passent aussi par l’andropause à partir de 45 ans, période pendant laquelle certains peuvent afficher une panne ou un trouble sexuel. Comme la gent féminine, la baisse du tonus sexuel est également liée à plusieurs facteurs chez les hommes. Explications.

Pour un certain nombre de seniors, l’avancée en âge constitue une raison pour déserter les relations sexuelles, surtout lorsqu’ils ont plus de 60 ans et qu’ils sont en couple depuis l’âge de 30 ans. Leurs relations sexuelles deviennent alors rares, dues en partie à leur impuissance sexuelle ou à leur problème d’érection. Ce qu’il faut savoir c’est que la sexualité est différente chez les hommes. En effet, les hommes ont tendance à faire l’amour pour prouver leur virilité et par appétit sexuel à l’inverse des femmes qui font l’acte sexuel par amour ou par désir d’avoir un enfant. Ce qui fait que même un homme plus jeune peut connaître aussi des problèmes d’érection s’il n’a aucun désir pour son partenaire.

Pour les femmes, elles peuvent se sentir également moins désirables à partir de 50 ans voire à 45 ans. Ces inquiétudes sont fondées sur leurs problèmes hormonaux, leur apparence physique (prise de poids et rides), stress ou autres raisons. Cette perception impacte sur leur énergie sexuelle. Elles n’arrivent plus à satisfaire leur partenaire à cause des problèmes comme la sécheresse vaginale, la baisse de la libido, etc.

Pour les deux sexes, cette diminution du désir sexuel est liée à leur crainte de ne pas être performant au niveau de l’acte sexuel, mais aussi au manque de désir et à d’autres facteurs. L’effet négatif de cette baisse de l’énergie sexuelle pourrait impacter sur le couple et son harmonie sexuelle. C’est pour cette raison qu’il est important d’identifier les facteurs qui les provoquent afin de mieux la traiter.

L’âge n’impacte pas réellement sur le désir si la personne est bien dans sa peau et si elle est en bonne santé et bien entourée. Ainsi, si une femme rencontre un homme qu’elle aime même à 55 ou à 60 ans, elle peut sentir le désir si c’est réciproque. Il en est de même pour un homme âgé de 60 à 65 ans qui pourrait être attirés par les femmes plus jeunes de 30 ans. Cependant, la cinquantaine est le passage qui pourrait déstabiliser une personne, surtout si la vie n’a pas été tendre pour elle. Outre les changements hormonaux qui arrivent vers la cinquantaine et le changement physique qui l’accompagnent, d’autres facteurs comme le stress, la fatigue ou certaines maladies entrent également en jeu. En effet, les pathologies diverses comme la hausse de pression artérielle, les troubles de digestion, la goutte, les problèmes de l’articulation, la baisse de densité des os peuvent impacter sur la libido du sujet âgé. A cela s’ajoutent les problèmes sexuels qui pourraient survenir (incontinence urinaire, maladies sexuelles…). Par ailleurs, la prise de certains médicaments comme les pilules contraceptives ou la consommation du tabac et des cigarettes peuvent également causer la baisse de l’énergie sexuelle. Enfin, l’hygiène intime insatisfaisante diminue aussi le désir même chez les personnes plus jeunes.

Bon à savoir : chez les femmes, les symptômes de la ménopause sont des signes comme les bouffées de chaleur, le dérèglement de la menstruation, les transpirations pendant les nuits, l’irritabilité, la déprime, etc. Ces syndromes sont dus à la chute d’hormones. Quant à l’andropause, elle se traduit par une baisse de production de testostérone dans le sang. Les signes évocateurs de l’andropause sont minimes, mais aussi déstabilisants car, ils font baisser la libido. L’homme atteint d’andropause souffre également de bouffées de chaleur et de baisse d’appétit sexuel, mais aussi de baisse de pilosité. A cela s’ajoutent les signes de grande nervosité, l’absence de sommeil, la prise de poids accompagnés des périodes dépressives. D’où l’intérêt de se rendre chez le médecin traitant lorsqu’on a des problèmes sexuels ou érectiles afin que le professionnel de santé traite ces indispositions ou ces maladies.

Pour aider les seniors à réduire leur dépenses santé, vu que l’âge avancé signifie généralement aussi baisse de rentrée d’argent, il leur est également conseillé de souscrire à une complémentaire santé senior. Cette assurance santé leur propose un remboursement en supplément de l’assurance-maladie pour la plupart des dépenses santé, y compris la médecine douce. La comparaison de différentes formules des assurances santé senior en ligne permet de trouver l’assurance qui convient mieux à leur budget et à leur problème de santé.

La baisse du tonus sexuel est boostée par le traitement hormonal chez le médecin. Ce dernier peut prescrire l’administration de testostérone sous forme de gel ou de patch. A noter que seul le médecin est habilité à faire cette prescription car, il existe des contre-indications et des risques secondaires à la prise de ce médicament.

Les troubles de la ménopause et les problèmes gynécologiques comme la sécheresse vaginale ou l’incontinence urinaire peuvent également être soignés par des médicaments. Cependant, il est également à noter que les œstrogènes et les progestérones ont des effets secondaires. Ils peuvent causer l’accident cardiovasculaire et le cancer du sein. Mieux vaut ainsi se fier à son médecin gynécologue pour le traitement de ces problèmes. Par ailleurs, la visite chez le médecin est conseillée pour traiter les problèmes comme l’hypertension artérielle, le diabète, les problèmes de l’estomac et de foie, les problèmes dentaires provoquant la mauvaise haleine, etc. En effet, ces problèmes font baisser le tonus sexuel.

Enfin, afin que les sujets âgés puissent franchir avec moins de problèmes cette période anxiogène du demi-siècle, il existe quelques mesures à prendre. Il leur est recommandé de faire une consultation médicale régulière pour dépister et traiter les maladies du métabolisme. La pratique d’une activité sportive et la bonne hygiène de vie (arrêt de consommation de tabac, de l’alcool) constituent également des mesures efficaces pour prévenir la baisse de l’énergie sexuelle et pour le bien-être du corps.

Plusieurs sont les personnes atteintes de la dysfonction sexuelle qui ont du mal à recevoir de l’aide venant d’une tierce personne, en présumant que c’est un signe de faiblesse. Certaines personnes pensent que c’est tabou de parler telle chose à une autre personne, même à un proche, à cause de l’éducation et de la socialisation depuis l’enfance et l’adolescence. Ce sont des faits, mal gré bon gré.

Malgré cela, il est important de rappeler que personne ne peut être à l’aise et épanoui dans sa sexualité si on n’arrive pas débloquer la situation. Il faut se donner la possibilité d’être heureux dans sa sexualité. Pour ce faire, le sexologue est le professionnel le mieux placé pour intervenir, de manière neutre et impartiale.

Le sexologue peut faire disparaître les frustrations, la dépression et la culpabilité. Il est important de consulter un sexologue pour remettre la bonne relation du couple, et le fonctionnement harmonieux du ménage. Parfois, le sexologue traite simultanément les problèmes physiques/sanitaires (troubles d’érection, troubles d’éjaculation, anorgasmie ou les difficultés d’atteindre l’orgasme, les douleurs durant les rapports sexuels, etc.) et les problèmes psychologiques (la perte de désir, l’insatisfaction lors des relations sexuelles), étant donné qu’il en existe un lien de causalité.

Le tarif du sexologue va de 50€ à 100€ à l’heure, selon la région. A noter que la Sécurité Sociale couvre une partie des dépenses, à hauteur de 70% du tarif de convention, si le sexologue est un médecin titulaire du DIU. Le couple ou le patient peut souscrire une mutuelle qui propose des garanties optionnelles pour compléter le remboursement de la Sécurité sociale.