Santé des seniors : les yeux secs

La baisse du système immunitaire ainsi que les changements hormonaux apparaissent au fur et à mesure qu’une personne vieillit. Ces modifications la rendent plus sensible aux diverses pathologies. Une des maladies chroniques qui touche notamment les femmes âgées de plus de 65 ans est la sécheresse oculaire ou les yeux secs. Comment reconnaître les signes de cette maladie ? Quel sont les traitements ? Existe-t-il des mesures préventives pour prévenir l’apparition de ces syndromes avec le régime alimentaire ?

Cette maladie appelée aussi kératite sèche ou xérophtalmie peut toucher des personnes jeunes tout aussi bien que des personnes d’âge avancé. Les personnes atteintes de cette pathologie n’ont pas assez de volume lacrymal. Ce liquide se propage sur toute la surface de l’œil lorsque la personne cligne les paupières. Il protège la cornée contre les agressions telles que le vent, la poussière ou les bactéries.

Les larmes sont produites par des glandes situées sous les paupières. Ces larmes humectent la conjonctive et alimentent également la cornée. Si une personne n’a pas de larmes, cela peut impliquer des problèmes de sécrétion des glandes lacrymales (les glandes de Meibomius). En effet, ces dernières garantissent la qualité des larmes. Leur mauvais fonctionnement diminue la couche d’huile qui aide à la production du film lacrymal. Cela pourrait arriver lorsque les canaux excréteurs sont obstrués ou dans le cas d’une meibomite. Quand la composition en graisses est modifiée, l’évaporation des larmes se fait plus rapidement et il n’y aura pas de lubrification suffisante de l’œil.

En conséquence, les paupières deviennent moins souples, et sont plus sensibles aux inflammations. Elles ne parviennent plus à protéger les yeux contre les poussières. Ainsi, chez la majorité des seniors âgés souffrant de sécheresse oculaire, on remarque à la fois une inflammation des paupières et des glandes lacrymales.

Outre le dysfonctionnement des glandes lacrymales, les personnes souffrant de changements hormonaux (ménopause, l’andropause, grossesse), les personnes qui prennent certains médicaments ou celles qui portent des lentilles de contact peuvent être aussi sujettes à l’assèchement des yeux. En effet, le vieillissement dû à l’âge cause une sécheresse des yeux à tel point qu’elle touche 15 % des personnes de plus de 60 ans. Les glandes lacrymales deviennent mal nourries dues aux modifications des hormones apparaissant à la ménopause ou à l’andropause. La consommation de tabac et de cannabis peut également provoquer cette pathologie. Il existe aussi certaines maladies comme la maladie de la thyroïde, le diabète, la conjonctivite ou le syndrome de Gougerot-Sjörgen qui entraînent la baisse de production de larmes provoquant la sécheresse oculaire. Les facteurs de risque comme la pollution de l’atmosphère, la fumée de cigarette, l’air climatisé peuvent aussi entraîner la sécheresse oculaire.

Les chercheurs indiquent également que le travail intensif devant l’écran et la prise de certains médicaments impactent sur la santé des yeux. En travaillant devant l’écran, la personne cligne moins souvent les paupières, ce qui produit l’irritation et l’assèchement oculaire. Les patients qui prennent certains médicaments comme la pilule contraceptive, les antalgiques, les somnifères, les médicaments soulageant la congestion, la diarrhée, les douleurs, la dépression, l’acné peuvent être aussi prédisposés à cette affection.

Enfin, les patients qui viennent de subir un traitement au laser par le biais d’une chirurgie réfractive peuvent également ressentir un assèchement des yeux pendant une durée variable de 6 mois à 1 an.

Le syndrome de sécheresse oculaire se manifeste par les signes suivants : le patient a la sensation d’avoir de sable dans les yeux. Cet inconfort des yeux lui cause des picotements, des yeux rouges et irrités et une sensation de brûlure. Par ailleurs, le patient ressent une gêne lorsqu’il est exposé à une lumière et il peine à ouvrir les yeux le matin à cause de ses paupières collées. La fatigue, la démangeaison et l’inflammation oculaire s’accompagnent d’une baisse de l’acuité visuelle et d’une apparition d’une sécrétion excessive de mucus autour des yeux. Ces derniers deviennent sensibles non seulement à la lumière, mais aussi au vent, au froid, à la fumée. Le patient souffrant de la kératite sèche peut aussi avoir un larmoiement excessif. A part la production de ces larmes de mauvaise qualité, il a également une envie fréquente de fermer les yeux.

Pour faire le diagnostic de cette pathologie, le médecin entreprend le test de Schirmer. A cet effet, il met un papier absorbant autour de l’œil pendant 2 minutes. La tâche du papier imprégnée de larmes lui sert à évaluer l’état de la maladie. Le traitement adéquat de cette pathologie consiste à humidifier la zone sèche par des gouttes de larmes artificielles à raison d’une ou deux fois par jour. Certains spécialistes des yeux préconisent aussi l’utilisation de pommades hydratantes ou de gels lubrifiants à appliquer la journée ou avant d’aller se coucher. Les collyres et pommades ne doivent pas contenir de conservateur ou d’excipient. Si l’œil est infecté, le médecin peut également prescrire un collyre anti-inflammatoire.

Le patient atteint de cette maladie peut également opter pour le massage des yeux. L’exercice consiste à masser les paupières inférieures et supérieures tout en posant sur les 2 yeux pendant quelques minutes un gant de toilette qu’il a préalablement chauffé. Ce traitement pourrait atténuer la sécheresse oculaire. La personne âgée souffrante de ce syndrome peut également se reposer pendant quelques minutes en posant ses mains sur ses yeux. Le bâillement plusieurs fois l’aide également à détendre les muscles entourant ses yeux, ce qui permet de mieux répartir les larmes.
Lorsque les canaux excréteurs sont obstrués, l’ophtalmologiste envisage parfois le recours à la pose de bouchons lacrymaux dans les paupières qui permet d’humidifier l’œil.

Pour les personnes âgées qui doivent sortir dans le vent, le froid, la pollution, il est conseillé de se protéger les yeux en portant des lentilles de contact. L’entretien de sa climatisation est également utile afin que l’appareil ne produise pas un air trop sec. Par ailleurs, les personnes qui travaillent devant l’ordinateur plus de 8 h par jour doivent aussi prendre des pauses d’une demi-heure et ne pas oublier la ration hydrique de 1,5 l par jour.

La prévention par l’alimentation de cette maladie consiste à consommer des aliments riches en oméga 3 comme le thon, l’espadon, le saumon, les noix et les graines de lin. Pour rappel, l’oméga 3 assure le bon fonctionnement de l’appareil cardio-vasculaire. La consommation de complément en oméga 3 permet également de corriger rapidement le manque en acides gras essentiels.

La personne âgée devrait également éviter de consommer du cannabis ou du tabac car, ces produits sont susceptibles de causer de la sécheresse oculaire. Si la maladie est causée par les médicaments, il est préférable de suspendre la prise de ces médicaments. Dans tous les cas, le senior âgé est conseillé d’aller se rendre chez son médecin traitant dès lors qu’il a un problème de santé. Notons enfin que la souscription à une mutuelle pour personnes âgées de bénéficier d’une prise en charge lors du traitement, de l’analyse en laboratoire ou de l’intervention chirurgicale.

La Réforme Santé 100% en général permet aux français d’accéder à des soins de qualité pris en charge conjointement à 100% par le régime obligatoire de la Sécurité Sociale et la complémentaire Santé, notamment dans trois domaines dont le dentaire, l’audiologie et l’optique.

Spécifiquement pour les soins optiques, les soins du panier 100% Santé permettent aux assurés de ne plus payer de frais, sans omettre la possibilité de choisir d’autres équipements non inclus dans l’offre Santé 100%. En effet, 2 classes d’équipements optiques sont proposées, à savoir la Classe A et la Classe B. La première fait l’objet de l’offre 100% Santé tandis que la seconde est hors offre pour laquelle les prix sont libres.

Dans le cadre de l’offre 100% Santé ou Classe A, les opticiens concernés, depuis le 1er Janvier 2020, doivent présenter des montures aux normes européennes avec un prix qui ne dépasse pas 30€. Puis, ils doivent proposer au minimum 17 modèles de montures adultes en 2 coloris et 10 modèles de montures enfants en 2 coloris aussi. Pour les verres relatifs à l’offre 100% Santé, les opticiens doivent proposer des verres amincis, antireflet et anti-rayures permettant le traitement des troubles visuels. Les prix de ces équipements sont plafonnés. La Sécurité sociale est appelée à revaloriser et à recentrer les bases de remboursement sur cette classe A, tout en assurant la qualité des équipements mis en vente. Le reste à charge à Zéro est l’objectif de l’offre Santé 100%, en admettant que le dispositif s’installe progressivement.

Quant à la Classe B, les équipements optiques concernés sont vendus avec des tarifs libres. Les patients ne peuvent pas s’attendre au reste à charge zéro, car la prise en charge des montures est limitée à 100€ par les assureurs complémentaires. Les détails sont à vérifier auprès de la mutuelle choisie par l’adhérent.