Mutuelle santé senior : la bronchite chronique en BPCO

L’avancée en âge accroît les risques d’apparition de diverses pathologies, en plus du facteur génétique et du mode de vie. Parmi les affections séniles, on retrouve la bronchite chronique qui touche 7 % des adultes de plus de 40 ans et 13 % des personnes âgées de plus de 65 ans. La Sécurité sociale prend en charge le traitement de cette infection. La souscription à une mutuelle santé senior permet de compléter le remboursement. Dans cet article, nous allons faire un petit tour d’horizon sur les symptômes, causes et traitements possibles de cette maladie respiratoire.

Cette maladie correspond à une inflammation de bronches qui peut se présenter sous une forme aigüe mais bénigne avec une disparition des symptômes dans moins d’un mois sans traitement. Mais elle peut aussi avoir une forme plus grave de bronchopneumopathie chroniqueobstructive (BPCO) et insuffisance respiratoire chronique. La BPCO se traduit par une détérioration graduelle des poumons et des bronches, la perte de l’élasticité des alvéoles pulmonaires qui entraîne le blocage de l’air dans les poumons.
Voici les symptômes courants de la bronchite chronique :

  • la personne atteinte tousse beaucoup d’une manière discrète, le matin au réveil
  • la toux est accompagnée des crachats incolores
  • la toux s’étend toute la journée et même pendant la nuit lorsque la maladie commence à s’aggraver
  • le patient s’essouffle légèrement à l’effort et se sent fatigué ou perd l’appétit

Si la maladie se dégrade en BPCO, la personne atteinte montre les signes suivants :

  • une toux identique à la bronchite aigüe mais persistante pendant 3 mois
  • une baisse de la capacité respiratoire accompagnée d’une suffocation au moindre effort et une fatigue persistante. Ainsi, le patient aura du mal à monter un petit escalier lorsque la maladie montre des exacerbations.
  • un prolongement des infections des poumons comme la grippe, la pneumonie…
  • une perte de poids non provoquée

Cette infection survient souvent pendant la période hivernale à la suite d’une infection virale par inhalation ou dans des cas rares, par une infection bactérienne. Elle pourrait disparaître sans aucun traitement au bout de 3 semaines si la personne atteinte est en bonne santé. Il est nécessaire de se rendre chez le médecin si la toux est forte ou si le patient âgé souffre d’une fièvre élevée. Cela permet d’éviter les conséquences néfastes sur la santé.

La cause la plus courante de cette pathologie est une infection virale. Mais la consommation de tabac, l’exposition à des produits irritants dans l’industrie textile, agricole ou à un environnement pollué sont aussi incriminées dans son apparition. La génétique pourrait également prédisposer la personne à cette infection. Les personnes à risques sont les enfants, les personnes avancées en âge et ceux qui ont l’habitude de fumer le cannabis ainsi que les asthmatiques et les personnes ayant un système immunitaire plus faibles. Le pourcentage des femmes consommatrices de tabac atteint de cette maladie est aussi tout élevé que celui des hommes.

Le diagnostic de cette pathologie se fait d’abord avec le test appelé « spirométrie ». Ce test aide à vérifier la vitesse de l’expiration et le volume de l’air de la personne souffrante. En fait, jusqu’à maintenant, il n’existe pas encore de remède pour guérir définitivement de la BPCO. Mais pour soulager les syndromes de cette maladie, le médecin peut prescrire l’exercice physique, l’amélioration de la qualité de vie et l’arrêt de la consommation de tabac pour les fumeurs. L’inhalation des corticoïdes peut aussi alléger le risque d’aggravation de l’infection.