Mutuelle santé : les fibromes

Le fibrome est une pathologie touchant 30 % à 50 % des femmes âgées de plus de 30 ans. Il s’agit d’une tumeur non cancéreuse qui croît dans l’utérus. Cette pathologie figure parmi les premières causes de troubles de fertilité des femmes. La Sécurité sociale rembourse le traitement des fibromes si l’assuré respecte le parcours des soins coordonnés. Cette prise en charge est complétée par celle de la mutuelle santé senior. Le point sur les symptômes, les causes et le traitement des fibromes.

Cette tumeur gynécologique qui affecte une femme sur 10 est causée par la migration des cellules de l’endomètre vers les ovaires, les trompes, le rectum… Ce qui produit des kystes de l’ovaire et des problèmes d’infertilité. Le nombre et la taille de ces masses dures, arrondies de l’utérus varient d’une femme à une autre. Ces tumeurs peuvent avoir plusieurs centimètres chez certaines femmes et elles peuvent se développer dans le myomètre, vers l’extérieur de l’utérus ou sous-muqueux (c’est-à-dire sous l’endomètre) sous l’influence des hormones féminines. Les fibromes sous-muqueux ou situés dans le muscle de l’utérus peuvent causer de l’infertilité. Cette pathologie est plus fréquente chez les femmes âgées de plus de 45 ans qui mènent une vie sédentaire. Elle évolue silencieusement et pourrait ne causer aucun symptôme même dans le cas d’un utérus polyfibromateux.
Cependant, il existe des signes qui pourraient indiquer la présence d’un ou de plusieurs fibromes :

  • inconfort causé par la douleur au niveau de l’utérus
  • envie fréquente d’uriner
  • une sensation de pesanteur dans le petit bassin qui pourrait causer une véritable douleur dans certains cas
  • un accroissement du volume de l’abdomen
  • saignement important causant une anémie
  • compression de la vessie, de l’uretère
  • règles abondantes de plus d’une semaine
  • constipation
  • douleur aux jambes ou au dos
  • douleur pelvienne intense si la taille du fibrome est importante
  • mauvaise vascularisation de la tumeur qui entraîne sa nécrose. Cette éventualité pourrait survenir à la suite d’une grossesse
  • une incapacité de la patiente à obtenir une grossesse ou à mener une grossesse à terme
  • dégénérescence de la tumeur en cancer dans des cas rares

L’évolution des fibromes suit le cycle féminin. Si la femme enceinte a des fibromes, elle pourrait avoir une fausse couche spontanée, un avortement tardif ou un accouchement avant le DPA. Sinon, la plupart des fibromes de volume modéré ne nécessitent pas de traitement médical sauf s’ils sont responsables d’infertilité. En outre, ces tumeurs disparaissent normalement sans traitement après la ménopause puisqu’ils dépendent de la production hormonale.

Les hormones, les facteurs de croissance des tissus organiques et le changement génétique sont responsables de la formation de cette tumeur. Les femmes qui n’ont jamais eu d’enfants, et la population noire sont aussi des personnes à risque. Toutefois, si une femme en âge de procréer mène un mode de vie sain avec une consommation quotidienne de fruits et de légumes, et si elle fait une pratique sportive modérée tout en maintenant un poids équilibré, elle a moins de chance de développer cette tumeur.
Concernant le diagnostic de cette pathologie, le médecin va prescrire une échographie pour vérifier à l’aide d’une image de l’utérus la présence, la taille et le nombre de fibromes. Il peut aussi indiquer une prise de sang en cas de métrorragies.

La suppression définitive des fibromes de l’utérus n’est pas possible avec un traitement. Cependant, le médecin pourrait proposer divers traitements en fonction de l’âge de la patiente, son désir de grossesse, et son état de santé. Les traitements peuvent être la prise des progestatifs pendant les menstruations, des antalgiques pour alléger les douleurs. Si les fibromes causent l’infertilité, le médecin pourrait proposer la myomectomie, l’ablation de l’utérus, la laparotomie ou la cœlioscopie. Et si la patiente ne souhaite pas avoir un enfant, le médecin pourrait proposer l’embolisation des artères.