Médicaments génériques et médicaments de marque : le principe de remboursement

Beaucoup ne savent pas différencier les médicaments de marque des médicaments génériques, aussi bien sur le plan scientifique (composition) que sur le plan social (remboursement). Par contre, ces deux produits ne se ressemblent pas du tout et il est nécessaire de bien savoir les distinguer. Il importe de connaître les conditions de remboursement des médicaments de marque et celui des médicaments génériques.

Selon la définition dans le Code de la Santé Publique, le médicament représente « une substance ou une composition présentée ayant des propriétés curatives ou préventives à utiliser au profit de l’homme ou de l’animal. Le médicament peut être administré pour établir un diagnostic médical ou pour se procurer d’autres résultats dans le cadre de la médecine et de la pharmacologie. Les pharmaciens ont conçu des médicaments de marque qui peuvent être remplacés par des médicaments génériques, selon le cas.

Les médicaments génériques sont des médicaments déjà connus lorsqu’ils sont mis sur le marché, c’est-à-dire à l’étalage des pharmacies. A noter qu’un médicament original retiré officiellement du marché pour des raisons de sécurité ne peut plus devenir un médicament générique. En effet, un médicament générique est fabriqué sur la base de la molécule d’un médicament déjà autorisé, c’est-à-dire un médicament original appelé princeps. Selon les règles, le médicament générique doit avoir la même composition en principes actifs et la même forme pharmaceutique que le princeps. Il doit avoir la même efficacité thérapeutique, la même biodisponibilité.

Cependant, une différence confirme la règle, c’est-à-dire que le médicament générique peut contenir des excipients différents du médicament original et peut présenter un aspect ou un goût différent, peut-être même une couleur différente. Toujours est-il, la même efficacité thérapeutique doit être confirmée. Selon encore la règle, un médicament générique est interdit de commercialisation jusqu’à l’échéance du brevet qui protège le médicament original.

Un médicament de marque est reconnu facilement car on peut identifier la notice « marque déposée » qui confirme que c’est un médicament princeps. Il y a des cas où le médecin traitant mentionne dans l’ordonnance que le médicament original est « non substituable » pour des raisons médicales. Le médicament de marque est le médicament que l’on va copier lorsque son brevet est expiré. Il est possible que les docteurs-pharmaciens aient changé la couleur, l’aspect physique, la forme et même la couleur. Ils ont leurs raisons. Ce qui est constaté est le prix du médicament de marque plus cher, très cher même, par rapport au médicament générique copié.

Si les médicaments authentiques ou princeps portent le nom de la marque, les génériques, eux, sont nommés différemment. Souvent les médicaments génériques sont présentés sous sa dénomination commune internationale (DCI). Leur nom est tiré de la molécule ou de la substance active du médicament. Bien que ces deux produits portent des noms différents, les deux traitements ont exactement les mêmes effets thérapeutiques. Les deux médicaments se présentent seulement sous des apparences différentes. Il en est de même pour les excipients et le montant qui sont susceptibles de changer.

Les deux produits devraient présenter les mêmes effets secondaires indésirables, les mêmes intérêts dans le traitement du patient et les mêmes contre-indications. Ils « devraient » être identiques car certains médicaments génériques présentent des dosages différents de la substance active et les excipients utilisés peuvent être de qualité inconvenable.

Les princeps et les médicaments génériques sont vendus à des tarifs différents. Les princeps coûtent nettement plus chers que les génériques. Ainsi, lorsque les patients récupèrent des génériques ou des princeps en pharmacie, la Sécurité sociale en prend charge par des différentes conditions.

Le montant des médicaments génériques sert de base au TFR, un tarif de référence, que l’Assurance maladie utilise dans le remboursement des médicaments à efficacité identique mais qui coûtent moins chers. Pour ainsi dire, il est préférable d’opter pour les médicaments génériques qui coûtent moins chers que les princeps. Ainsi, en optant pour un princeps à la place d’un médicament générique, l’on s’engage à payer plus cher alors que les effets de traitement sont les mêmes. Le patient n’aura pas la possibilité de privilégier du tiers payant même si le médicament est pris en charge sur la base du Tarif Forfaitaire de Responsabilité. La présentation d’une Carte Vitale auprès d’une pharmacie permet, d’habitude, de privilégier du tiers payant. Ainsi, le patient n’aura pas à payer l’avance les dépenses qui seront prises en charge par l’Assurance Maladie. Par contre, si celui-ci refuse que le pharmacien lui propose un générique, il ne pourra pas bénéficier de la couverture de l’avance de dépense.

La mutuelle santé couvre la part non remboursée par l’Assurance Maladie, comme elle le fait avec les autres frais de santé. Il en est donc de même pour les médicaments. Le ticket modérateur est à la charge de la mutuelle. En fait, les médicaments et les autres produits délivrés en pharmacie constituent les plus gros postes de remboursement des complémentaires santés. Pour éviter de se retrouver face à un problème financier, il est recommandé de choisir au mieux le contrat proposé par la mutuelle santé, vu que les produits délivrés en pharmacie constituent un important poste de dépense. De nombreux sites comparateurs de mutuelles santé sont à la disposition des clients afin de mieux choisir la meilleure offre. En consultant ce site, l’internaute pourra obtenir rapidement un devis mutuelles santés en effectuant quelques clics. Cet outil lui permettra également d’effectuer en un seul coup d’œil, une comparaison d’offres de garanties. En optant pour la formule santé au meilleur rapport qualité prix, l’on pourra bénéficier d’une bonne condition de remboursement tout en préservant la santé de son portefeuille !