Maladies épidémiques : origines, traitements et préventions

Une maladie endémique est une maladie qui est persistante dans une région. Chaque année, on assiste notamment à l’apparition d’une nouvelle version de maladie endémique dans le monde. Certaines sont faciles à contrôler, d’autres non. On constate que les habitants dans les pays en voie de développement sont surtout les victimes de la méningite, le choléra et le paludisme.

Généralement, les épidémies sont dues aux problèmes climatiques. Ce genre de virus est transmissible et se produit entre le mois de novembre et le mois d’avril. Comme l’épidémie est contagieuse, elle peut affecter plusieurs individus d’un village ou d’une ville. Pourtant, les chercheurs n’ont pas encore trouvé les moyens efficaces pour lutter contre cette situation. Tant en France que dans les pays tropicaux, voire dans le reste du monde, certaines maladies endémiques sont plus répandues que d’autres. Certaines ont d’ores et déjà leur traitement, d’autres n’en disposent pas encore comme le CoviD19 qui est classé comme pandémie mondiale en 2020 . On peut citer par exemple le paludisme, les infections respiratoires de toutes sortes, les infections sexuellement transmissibles, le choléra, etc. Si vous voyagez dans certains pays d’Afrique, vous risques encore aujourd’hui la dengue, ou la fièvre jaune, etc.

Si certaines comme le paludisme et bien d’autres encore disposent d’ores et déjà de traitement, les maladies endémiques peuvent être dangereuses dans certains cas. Par exemple, actuellement, la médecine ne peut encore qu’augmenter l’espérance de vie des personnes atteintes du SIDA, mais ne peut pas encore traiter ce genre de maladie.

Pour le moment, les traitements des maladies endémiques se passent encore par les pilules dans la majorité des cas. En fonction de la gravité de la situation, les soins peuvent durer quelques semaines ou plusieurs années. Le traitement ne suffit pas pour éliminer les épidémies, il faut aussi mettre en place des moyens de lutte.

La méningite, le choléra et le paludisme sont les maladies les plus propagées. La première se manifeste durant la période de sécheresse. La seconde maladie, connue sous le nom de choléra, est due au non-respect de l’environnement. Cette dernière est surtout répandue dans les zones défavorisées. La troisième maladie concerne le paludisme. Celle-ci est due à une hausse de température et à l’humidité entraînant la prolifération des moustiques. Les Éthiopiens et les Sénégalais sont les plus contaminés par cette épidémie et le taux de mortalité ne cesse de s’accroître tous les ans.

Selon les scientifiques, il faut anticiper les événements météorologiques afin de faire disparaître les épidémies. Pour cela, le centre national des études spatiales a mis en place un système de surveillance épidémiologique. Grâce à ce suivi, il est possible de repérer facilement les éléments pouvant entrainer les maladies et d’éviter qu’elles se propagent.

La technique proposée par les chercheurs pour la détection des épidémies est la surveillance par satellite. Toutefois, les maladies sont provoquées par les événements climatiques. C’est à partir d’un équipement de haute technologie qu’on peut déterminer le niveau de poussière et la température pouvant causer la méningite, le choléra et le paludisme.

Primo, il faut sensibiliser les habitants dans les pays en voie de développement à se vacciner et appliquer les règles de vigilance sanitaire. Ensuite, le gouvernement doit effectuer des collectes de fonds et constituer des stocks préventifs de la maladie tels que les vaccins et les traitements. Pour ne pas contaminer les autres, il faut isoler les patients en quarantaine ou en cordon sanitaire. En outre, les personnes décédées suite à des maladies épidémiques doivent être enterrées loin de la ville et dans une tombe.

Ensuite, les hommes doivent se séparer de leurs animaux domestiques en cas de maladies graves comme la grippe aviaire. Par ailleurs, il est important de porter un masque respiratoire et des gants pour lutter contre les virus qui se propagent à l’air libre. Le port de préservatif est également conseillé en cas de VIH. Pour ne pas être touché par la maladie de la vache folle, il est recommandé de décontaminer les chaussures.

Une prise en charge santé est possible pour ce genre de cas. Bien évidemment, si pour les maladies de longue durée, la couverture est de 100 %, ce ne sera pas le cas pour toutes les maladies endémiques. Les assurances complémentaires santé et la SECU proposent un plafond de remboursement, laissant une partie de la facture à la charge de l’assuré. Mais au moins, vous n’aurez pas ainsi à débourser la totalité des soins de votre poche.