Santé des seniors : la cancérologie

Les sujets âgés sont la tranche d’âge la plus susceptible de développer un cancer. Selon une étude réalisée en 2015, plus de 233 400 cas sont enregistrés chez les seniors de plus 65 ans. Les hommes constituent 57 % de ce chiffre. Les cancers de la prostate, du sein, du poumon et du colorectal sont les tumeurs malignes les plus fréquentes. En dépit des progrès effectués sur cette pathologie, certains cancers sont encore incurables. C’est pourquoi, il importe de prendre des mesures préventives et de soigner dès le stade initial de la pathologie. Dans cette étude, nous allons voir les symptômes, les causes et le traitement de cette maladie mortelle.

Cette pathologie est caractérisée par une tumeur maligne dont les cellules se multiplient d’une façon désordonnée. Les cellules cancéreuses ont une structure anarchique, grossissent et pénètrent dans les tissus voisins en les envahissant. D’autres cellules vont se détacher aussi de la masse de tumeur et vont passer dans un vaisseau sanguin ou un ganglion. Elles vont ensuite se greffer un peu plus loin en formant de métastases de même structure que le tissu malin primitif. Cette prolifération de cellules ou cancer secondaire peut prendre un certain temps avant de se déclencher selon l’état du patient, le type de cancer et sa taille.
Le cancer se présente ainsi initialement sous forme de tumeur ou d’augmentation de volume d’un tissu ou d’un organe, ou de nodule. Mais il peut aussi prendre naissance à la peau, ou dans les os suite à une blessure par exemple. Il peut toucher toutes les parties du corps : le gorge, l’œsophage, l’estomac, le foie, la peau, le testicule, l’utérus, l’ovaire etc. Par ailleurs, les cellules cancéreuses peuvent commencer au niveau du sein et se propagent ensuite dans le sang ou dans les os. Les métastases surviennent souvent avec le cancer du sein, de prostate ou de colon.
On retrouve plus de 100 types de cette pathologie. On distingue entre autres les épithéliomas qui se développent à partir de la peau ou de muqueuse, la leucémie qui se propage dans le sang, le lymphome qui se forme dans les lymphes, les sarcomes qui commencent dans les muscles, les os etc.
Cette maladie est indolore à son début. Ce qui rend son dépistage difficile. D’autant plus que certains des sujets âgés ont des mauvaises conditions de vie dues à leur diminution de ressources. Elles peuvent donc refuser les soins à cause du coût que cela implique. Or, il existe une solution pour alléger le coût du traitement : la souscription à une mutuelle senior. En effet, l’assurance santé propose de rembourser le traitement des ALD si l’assuré répond à certaines conditions.
A noter que dans le cas d’une tumeur cancéreuse généralisée, l’amoncellement de cellules a entraîné la destruction de la zone touchée. Les cellules vont alors se migrer vers les autres zones via le processus de métastases. Sans traitement, la maladie est rapidement mortelle. Le traitement du cancer nécessite par ailleurs la préservation de la qualité de vie et le soutien de l’entourage.

Les signes cliniques dépendent du type de cancer. Pour le cancer de l’estomac par exemple, le patient ressent une fatigue chronique, il perd l’appétit et perd du poids. Il peut aussi montrer un état et problème de déglutition et d’anémie. Pour le cancer du rein, on peut remarquer une présence d’urine dans le sang, une masse lombaire lorsqu’on palpe la personne et une dégradation de son état général accompagné de fièvre. Pour le cancer de sein et de testicule, c’est la personne elle-même qui le découvre. Il s’agit d’une masse indolore et dure dont le volume s’accroît si non traité.
Pour faire le diagnostic, les médecins traitant étudient les symptômes et font un examen physique. Si la tumeur est assez grosse, il peut la palper. Il effectue ensuite une analyse sanguine et une radiographie ou échographie. Le recours à une intervention chirurgicale est par la suite indispensable. Les chirurgiens retirent la tumeur et les laborantins examinent les cellules pour s’assurer s’il s’agit d’une tumeur cancéreuse ou non. Cela leur permet d’identifier aussi le stade de la maladie et son degré de prolifération dans l’organisme.

Certains facteurs peuvent favoriser l’apparition de cette pathologie maligne. Ainsi, la consommation de tabac augmente 1.5 fois le risque de contracter un cancer de rein pour une personne fumeur comparé à un non-fumeur. Les personnes ayant un excès de poids ou les obèses ainsi que les patients sous traitement de dialyse dans les 3 dernières années peuvent développer des kystes rénaux. L’influence génétique et les antécédents familiaux entrent également en jeu dans le développement du cancer. Outre ces facteurs, les chercheurs avancent aussi les facteurs environnementaux comme la prise de tabac (pouvant causer le cancer de poumon, de la vessie, de la bouche, de l’œsophage etc.), l’exposition aux produits chimiques néfastes (colorants industriels par exemple), le rayonnement ionisant ainsi que certains virus (comme le sida). Les séropositifs sont plus prédisposés au cancer de l’anus ou du col de l’utérus. L’exposition prolongée aux rayons solaires peut également entraîner le cancer (par exemple le cancer de la peau).

Pour traiter cette pathologie grave, les médecins ont recours à l’intervention chirurgicale, la radiothérapie ainsi que la chimiothérapie. Ils peuvent aussi prescrire la prise de médicaments qui arrête la sécrétion hormonale ou qui réduit la masse tumorale. Le traitement consiste à l’éradication des cellules malignes tout en évitant d’endommager les tissus sains. L’opération chirurgicale permet de retirer la tumeur maligne et d’en faire une biopsie. Les médecins prélèvent également les cellules saines dans le voisinage de la tumeur pour déterminer si celle-ci présente de risque de propagation ou non. Si les cellules cancéreuses envahissent les tissus voisins, il est difficile de les retirer via l’intervention chirurgicale.
Par ailleurs, la radiothérapie sert également dans le traitement des cancers. Pour ce, le médecin envoie un faisceau de rayonnement près de la zone touchée. La radiation détruit les cellules cancéreuses mais aussi les cellules normales.
Il y a également l’injection des particules radioactives dans le sang ou dans un organe. Ces particules transmettent une dose de rayonnement aux cellules.
Mais lorsqu’il y a propagation du cancer dans tout le corps du patient, le médecin adopte alors la chimiothérapie. L’utilisation de médicaments est également fréquente dans le traitement de cancer du sein. Cependant, beaucoup de cancers ne montrent que peu de réaction aux médicaments anticancéreux. Les chercheurs exploitent également la possibilité d’un vaccin anti cancéreux pour lutter contre cette maladie.

Certains types de cancer peuvent être évités en modifiant son habitude de vie. A titre d’exemple, le cancer causé par la consommation de tabac ou de l’alcool. La personne prédisposée à ce type de cancer à cause de ses antécédents familiaux ferait donc mieux d’arrêter de fumer ou de boire des boissons alcooliques. On peut également prévenir le cancer de la peau en se servant d’une protection lorsqu’on est exposé au soleil. Enfin, le régime alimentaire devrait être aussi révisé. L’alimentation pauvre en grasse et riche en fibres réduit le risque de cancer du sein ou de la prostate et du colon.